dimanche, septembre 14, 2008

À propos de l'eau dans le pays de Fayence, Fréjus et Saint-Raphaël; entre pléthore et pénurie

à propos de l'eau dans le pays de Fayence.

8 commentaires:

  1. Bonjour Pierre
    Vous oubliez la source de La Foux à Fondurane qui a été sollicitée par les romains bien avant le Neïssoun de Siagnole. Voir les explications et les merveilleuses photos de Michel Royon en cliquant sur le lien suivant :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Aqueduc_de_Mons_%C3%A0_Fr%C3%A9jus

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce lien que je rajoute dans le texte.

    RépondreSupprimer
  3. La source de la Foux à Fondurane et de l'aqueduc construit d'abord de Fondurane à Fréjus puis prolongé jusqu'à la résurgence de la Siagnole est une thèse récente des archéologues (1992); elle résulte de la découverte de cette portion d'aqueduc à Fondurane orienté à 45° par rapport à l'aqueduc principal et dont on a cherché l'explication... Voir ici.

    RépondreSupprimer
  4. réflexe d'un citoyen lemda lorqu'il sait qu'il va manquer d'eau. Il fait des provisions, rempli des bidons...
    Les élus pourraient faire de même, créer des retenues, de nouveaux barrages... Faudrait peut être un peu arrêter les polémiques, se retrousser les manches, et prendre les mesures qui s'imposent... à moins d'être "bidon" !

    RépondreSupprimer
  5. Oui le stockage de l'eau serait une solution, mais pas facile à mettre en oeuvre. Il n'y a que 2 façons de stocker l'eau:

    - barrer la résurgence pour faire monter l'eau et la pression dans le karst;
    - aménager un lac. Voir ici le lac de la Minière en bas de la vallée des Merveilles au dessus du lac des Mesches. On voit au premier plan le captage de la résurgence. Et ici la conduite qui passe le barrage.

    1. C'est la première solution qui me semble la plus facile car elle n'impliquerait pas de modifications du réseau hydraulique de la source au JasNeuf; mais peut-on réaliser un tel barrage sans perturber l'alimentation en eau du canton. Et quelle serait la capacité de stockage liée à l'élévation de pression?

    2. Le lac présenterait de nombreuses difficultés:
    - les terrains à acquérir, les maisons à exproprier, l'immersion du moulin de Mons...
    - et le lac se chargerait en sédiments du bassin versant lors des pluies, l'eau serait turbide voire polluée et devrait être traitée... et la sécurité quant aux produits toxiques déversés...
    - le réseau hydraulique de la source au JasNeuf a été conçu pour une alimentation à l'air libre; il serait alors en charge, d'où des modifications importantes du réseau hydraulique.... et par suite, ajouté au traitement, une augmentation de coût de l'eau.
    Quel gain y aurait-il de passer d'une eau de qualité "source" à une eau traitée plus vulnérable?
    La solution adoptée au lac de la Minière semble d'avoir capté la source indépendemment du barrage de sorte que le lac ne sert que d'agrément de loisirs et pour les usages agricoles.

    Ne parlez pas de polémique. Il s'agit de contribuer à la réflexion pour l'avenir. Comment adapter la demande et l'offre d'eau de la Siagnole en période critique de l'été, compte tenu que la population de toutes les communes servies va probablement continuer d'augmenter.

    RépondreSupprimer
  6. ...de l'eau turbide pour pour arroser mon jardin et laver ma voiture, je suis preneur...

    La solution est là... Comme je suis attristé de voir les maires du canton "butter" sur un tel sujet qui nous met dans l'embarras à tous. Ils devraient faire appel à un spécialiste de l'eau. Dietmar Hoop par exemple. Après tout, lui réussi là où ils échouent ou s'applatissent.

    RépondreSupprimer
  7. le problème de l'eau est récurrent et il est vrai que nous manquons cruellement de réservoirs d'eau. Le barrage de Malpasset dont on commémorera la tragique issue l'an prochain n'a jamais été remplacé. Son emplacement et sa destination mettent en relief qu'il était le réservoir d'eau du var EST.
    On ne peut évidement que regretter que 50 ans après, personne ne s'est soucié vraiment des réserves d'eau locale. Et nous payons aujourd'hui cette nonchalance...
    Autre sujet qu'il nous faudrait peut être abordé ou rappeler sur le blog est celui de la LGV. Monsieur Falco se réveille à ce propos. (Il est certainement plus facile de traiter des affaires de "Pignans ville" que celles d'aménagement du territoire...) mais ce n'est pas une excuse. La encore, les grands élus n'attendent que trop pour réagir et surtout agir... comme ils l'ont fait pour le problème de l'eau... d'où la situation actuelle.

    Que chacun veuille bien m'excuser de "déraper" du sujet, mais je crois le dossier de la LGV d'une importance extrême.

    sylvain scant

    RépondreSupprimer
  8. construire une (ou des) nouvelle retenue d'eau aurait nécessité de spolier les terres de propriétaires fonciers. Vous avez la joie et le bonheur de construire vos maisons sur ces terres. Auriez vous préféré y voir une étendue d'eau ?

    RépondreSupprimer

Bonjour, vous êtes les bienvenus pour partager ici vos commentaires sur la vie du pays de Fayence. Liberté de penser, de commenter et de s'exprimer, est un des fondements d'une vraie démocratie; celle qui permet le bonheur et la prospérité des peuples par la qualité des institutions et leur mode de fonctionnement. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie des propos. Les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs, mais j'en suis seul pénalement responsable.

Les commentaires sont modérés. Vous pouvez commenter sous pseudo ou anonyme; mais je me réserve de supprimer ou modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus ou sans rapport avec le billet: propos racistes, attaques et invectives personnelles, propos insultants, injurieux, diffamatoires...

Je recommande d'utiliser l'option nom/url. Le champ url est lien vers un site web ou une photo; il est facultatif, il peut rester vide.

Mais les personnes qui ne souhaitent pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme; merci d'indiquer un pseudo en début ou fin de commentaire pour faciliter les échanges.