vendredi, avril 02, 2010

à propos des banlieues et des évènements du Tremblay


La loi du Ghetto de Luc Bronner, journaliste du monde, nous informe sur les banlieues, la violence, la drogue, et les souffrances dont les habitants ordinaires sont les premières victimes. Les évènements du Tremblay viennent de mettre ce livre d'un grand journaliste, lauréat du prix Albert Londres, au devant de l'actualité. En pays de Fayence, nous venons aussi de connaître une forme de violence urbaine avec les agissements répétés d'un pyromane sur la commune de Fayence. Je suis informé que la gendarmerie vient de l'arrêter. Voir la vidéo de gauche: interview de Luc Bronner sur RMC. Voir en lien titre les évènements du Tremblay.

18 commentaires:

  1. Impossible pour les gens vivant ici de se faire ne serait-ce qu'une idée de ce qu'est la vie pour un citoyen calme, ordinaire et travaillant dans ces endroits. J'y ai vécu et sais de quoi je parle. Une chose est certaine : peu a peu, vous y aurez aussi droit et ce ne sont pas les grillages et caméras des "resorts" qui les mettront a l'abri, pas plus que les grandes gueules qui, au-delà d'un certain rapport de force s'écraseront.

    RépondreSupprimer
  2. Aux états Unis, pour vaincre le trafic d'alcool, celui ci fut légalisé et Eliot Ness et les incorruptibles allèrent pointer au chômage. La seule façon de vaincre le trafic de drogues, et vaincre l'économie souterraine et parrallèle passe par la légalisation de celles ci.
    Ainsi, Brice Hortefeux et sa clique and clic iront pointer aux assedics plutôt que je cite "taper du poing sur la table, donner des coups de pieds dans la fourmillière, éliminer la racaille au karcher..."
    Que je sache, cette montée de violence au tremblay est liée à une saisie de drogue chez les trafiquants
    Seule solution, vente légale des drogues chez le pharmacien au au bureau de tabac

    RépondreSupprimer
  3. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi la drogue dure se vend si chère et soit si lucrative pour les producteurs et les trafiquants. Légaliser et vendre en pharmacie changerait-il quelque chose? Le prix doit forcément être lié à la quantité produite et où, et à la quantité consommée, par qui et pourquoi! J'ai fumé autrefois, c'était une drogue; on ne pouvait pas s'en passer; j'ai essayé une par jour; mais impossible!

    RépondreSupprimer
  4. Tous ces liens google sont à lire: cliquer.

    et particulièrement celui-ci: comme vous je m'interroge, car il va dans le sens que vous indiquez.

    RépondreSupprimer
  5. Aux états unis pendant la prohibition, l'alcool atteignait un coût dit prohitibitif profitant à la seule mafia. En légalisant l'alcool, les prix de l'alcool devinrent "normaux" et l'état se trouva doublement bénéficiaire en taxant celui ci
    Cela n'augmenta pas la consommation d'alcool, et tout le monde y trouva son compte, sauf les trafiquants.
    Boire ou consommer des drogues au volant doit rester cependant puni par la loi.
    Ce qu'il faut ne jamais ignorer, c'est que ce qui est interdit se négocie mieux que ce qui ne l'est pas.

    RépondreSupprimer
  6. je ne peux qu'approuver l'idée que seule la prohibition des stupéfiants permet le trafic et que seule la légalisation de son usage et production mettra un terme à celui ci.
    Evitons de passer par la prescription médicale qui permettrait de continuer le trafic. Nous le constatons tous les jours avec les médicaments tels que méthadone, subutex, codéine, tramadol, etc

    sylvain

    ps : à part la cigarette, qq anti inflamatoires, et un verre de vin (bio) de temps à autre, je ne consomme aucune drogue.

    RépondreSupprimer
  7. OK avec sylvain que la pipe , tirage de coup et branlette soient gratuit y aura moins de viol ,d'échangiste,et de maqueraux quoi que !!!!!


    la bioquette

    RépondreSupprimer
  8. bioquette serait il en mal de zézètte ?

    Piqueboufigue

    RépondreSupprimer
  9. Parfaitement d'accord avec Sylvain, à cette seule petite restriction près : le candidat "junkie", pour se voir autorisé a se bourrer le pif sanbs retenue, doit signer auparavant un engagement écrit qui délivre la société de toute obligation envers lui, concernant les dommages créés par sa passion. La liberté, y compris de se suicider, doit etre totale, mais garantie sans recours ni procès envers la communauté.

    RépondreSupprimer
  10. Les suicidés auxquels votre commentaire fait allusion n'étaient pas des "junkies" contrairement à leurs actionnaires dopés au cac 40

    Syvlain

    RépondreSupprimer
  11. Je ne vois par le rapport entre le CAC 40 et la chnouf. Mais peut etre etes vous un spécialiste en la matière. Auquel cas j'arrête les frais. Et vous souhaite un joyeux trip.

    RépondreSupprimer
  12. Une pensée émue à SCANT'AIR lors de l'émission objet du scandale, sur la prestation de son ami
    LEGRAND, en perdition devant "marine", en grande forme.
    fORT HEUREUSEMENT BON NOMBRE VIVAIT LE FOOT, ainsi cette contre publicité de l' écolo ne sera pas trop préjudiciable.
    legalliard

    RépondreSupprimer
  13. @ l'anonyme du 8-04 à 20h43, l'important c'est que vous soyez d'accord avec la dépénalisation.

    RépondreSupprimer
  14. Avec un commentaire legaillard, découvrez la vie des braillards !

    "coluche"

    RépondreSupprimer
  15. No problèmo pour la dépénalisation de tout. Après tout si les drogués y laissent leur peau ce ne sera que la sélection naturelle. Par contre s'ils m'agressent je réponds et fort.

    RépondreSupprimer
  16. no problémo pour la dépénalisation de la connerie humaine. Après tout si les couillons y laissent leur peau, ce ne sera que la sélection naturelle. Par contre s'ils agressent "monsieur le président, je vous fais une lettre, que vous lirez peut être, si vous avez le temps...."

    RépondreSupprimer
  17. Les braillards, lisent avec la méthode "braille", vaut il mieux
    que d'être si persuadé d'avoir bien compris ce qui a été vu.
    legalliard.

    RépondreSupprimer

Bonjour, vous êtes les bienvenus pour partager ici vos commentaires sur la vie du pays de Fayence. Liberté de penser, de commenter et de s'exprimer, est un des fondements d'une vraie démocratie; celle qui permet le bonheur et la prospérité des peuples par la qualité des institutions et leur mode de fonctionnement. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie des propos. Les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs, mais j'en suis seul pénalement responsable.

Les commentaires sont modérés. Vous pouvez commenter sous pseudo ou anonyme; mais je me réserve de supprimer ou modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus ou sans rapport avec le billet: propos racistes, attaques et invectives personnelles, propos insultants, injurieux, diffamatoires...

Je recommande d'utiliser l'option nom/url. Le champ url est lien vers un site web ou une photo; il est facultatif, il peut rester vide.

Mais les personnes qui ne souhaitent pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme; merci d'indiquer un pseudo en début ou fin de commentaire pour faciliter les échanges.