mardi, juillet 27, 2010

Internet révolution culturelle: deux exemples concrets de cette révolution

Deux articles récents parus aujourd'hui dans la presse internet participative (Blog de Sophie Verney-Caillat, rédactrice à Rue89) suscitent mon intérêt. Il s'agit d'un billet sur Pierre Rahbi et d'un billet sur la zone industrielle de Fos sur Mer. Nous sommes ici dans le journalisme de la "révolution culturelle d'Internet" telle que la décrit Manuel Castells .... La majorité des politiques, et particulièrement nos politiques locaux cad. les maires des huit communes du pays de Fayence, n'ont pas encore compris la révolution culturelle qui se déroule sous leurs yeux. Il en est de même de la presse dite "classique" qui est moins en moins indépendante. Quelles sont les caractéristiques essentielles de cette révolution? Lire la suite...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bonjour, vous êtes les bienvenus pour partager ici vos commentaires sur la vie du pays de Fayence. Liberté de penser, de commenter et de s'exprimer, est un des fondements d'une vraie démocratie; celle qui permet le bonheur et la prospérité des peuples par la qualité des institutions et leur mode de fonctionnement. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie des propos. Les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs, mais j'en suis seul pénalement responsable.

Les commentaires sont modérés. Vous pouvez commenter sous pseudo ou anonyme; mais je me réserve de supprimer ou modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus ou sans rapport avec le billet: propos racistes, attaques et invectives personnelles, propos insultants, injurieux, diffamatoires...

Je recommande d'utiliser l'option nom/url. Le champ url est lien vers un site web ou une photo; il est facultatif, il peut rester vide.

Mais les personnes qui ne souhaitent pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme; merci d'indiquer un pseudo en début ou fin de commentaire pour faciliter les échanges.