samedi, mars 19, 2011

Les agriculteurs malades des pesticides

Paul François dans sa ferme en Charente. Cet exploitant agricole de 47 ans est aujourd'hui atteint de troubles neurologiques. Ces produits chimiques très utilisés hier encore peuvent causer maladies neurologiques et cancers. Ils sont agriculteurs, ne sont âgés que de 40, 47, 50 ans et sont atteints de la maladie de Parkinson, d'un lymphome, d'un cancer de la prostate, de la vessie.

Ils ont manipulé des années durant herbicides, insecticides et autres fongicides pour traiter leurs cultures. Tous ont de fortes suspicions à l'égard de ces produits chimiques auxquels ils ont tant cru : pourquoi de telles pathologies se multiplient-elles au sein de cette génération d'agriculteurs qui se sont lancés dans les années 1970 et 1980, en plein boom de ce que l'on a appelé la révolution verte ?

Aujourd'hui, ils ont décidé de briser l'omerta. Et lancent, samedi 19 mars à Ruffec (Charente), une association : Phyto-victimes. Pour susciter une prise de conscience des pouvoirs publics et offrir une aide aux autres -malades qui, comme eux, sont atteints mais n'osent parler de ce qui leur arrive.

Paul François, à l'initiative de l'association, est un des premiers à avoir rompu le silence. La vie de cet exploitant de 47 ans à la tête de 240 hectares, longtemps dédiés à la monoculture céréalière, a basculé le 27 avril 2004. Ce jour-là, voulant vérifier le nettoyage de la cuve d'un pulvérisateur, il a inhalé une forte dose de chlorobenzène. Chauffés par le soleil, des résidus de ce produit utilisé comme solvant au Lasso - un désherbant de Monsanto retiré du marché français en 2007 - se sont transformés en gaz. Depuis, il souffre de troubles neurologiques et doit subir un IRM tous les six mois, des lésions étant apparues au niveau du cerveau.

Jamais Paul François n'avait imaginé que ces produits, tant vantés hier, pouvaient être un tel poison. " L'agriculture intensive, c'était merveilleux, avoue-t-il. On utilisait des produits chimiques mais on produisait plus. Et comme tous, j'en étais fier. " Tous les ans, les marchands de produits venaient délivrer leur ordonnance. " Et j'appréciais de discuter avec eux ", reconnaît Paul François, qui se " reproche d'avoir été aussi naïf avec ces firmes ".

Mais à l'époque, " c'était le bonheur d'arriver à éradiquer tel ou tel insecte... le rêve de ne plus avoir de maladies sur nos vignes ! ", abonde Jacky Ferrand. " C'est là qu'on s'est fait piéger. Nous avons notre part de responsabilité ", lâche ce viticulteur à la retraite qui ne -décolère pas depuis qu'on a découvert en avril 2010 chez son fils Frédéric, 40 ans, un cancer métastasé de la vessie.

Depuis 1997, la Mutualité sociale agricole (MSA) mène un programme de surveillance des intoxications aiguës, baptisé Phyt'attitude. " Phyt " pour phytosanitaires, terme utilisé par les pouvoirs publics et les industriels pour désigner les pesticides. Grâce à ce dispositif, la MSA reçoit quelque 150 signalements annuels d'intoxications aiguës. Reste que jusqu'à une date récente l'impact à long terme des pesticides sur les utilisateurs, résultant d'une exposition chronique à faible dose et répétée dans le temps, n'était pas pris en compte.

La mutualité reconnaît aujourd'hui recevoir de plus en plus de dossiers de maladies neurologiques et de cancers. " Comme pour l'amiante, trente ans après le boom des pesticides, les pathologies chroniques commencent à apparaître ", relève un médecin du réseau Phyt'attitude. Mais leur reconnaissance en maladie professionnelle est rare : à ce jour, seuls une quarantaine d'agriculteurs malades sont concernés.

Alors que leur pathologie n'est pas prise en compte dans les tableaux des maladies professionnelles du régime agricole, quelques autres tentent et parfois finissent eux aussi par obtenir cette reconnaissance. Au prix d'une longue procédure passant par une commission spécialisée et se terminant souvent devant les tribunaux des affaires sociales. " Combien voient leur demande refusée ? Combien aussi y renoncent, devant la difficulté ? ", interpelle Paul François, qui a mis quatre ans et demi pour obtenir cette reconnaissance. Jean-Yves accepte aujourd'hui de témoigner - parce qu'" il faut qu'on se compte ", dit-il -, mais souhaite rester anonyme et n'envisage pas de solliciter une reconnaissance en maladie professionnelle. Pourtant opéré en novembre 2010 d'un cancer de la prostate, il se dit " mutilé sur l'autel de la rentabilité ". " Je suis impuissant, je ne ressens plus rien ", confie-t-il. Mais il accepte de " payer de - sa - personne ". Comme pour beaucoup, ce métier l'a nourri, et s'il est malade, c'est le destin.

" Il est difficile d'admettre que le système auquel vous avez cru est en train de vous empoisonner ", explique Paul François, qui sait le sujet tabou dans la profession. Combien de fois s'est-il entendu dire " Paul, tu nous emmerdes à parler de ça. La profession n'a vraiment pas besoin de cette polémique " ? Et pourtant, depuis qu'il a lancé avec quelques autres un premier SOS il y a un an, les appels à l'aide se multiplient. " On va en crever. Et il ne faudrait rien dire ? ", lâche-t-il, persuadé comme Jacky Ferrand, comme Jean-Yves, qu'on est face à " une bombe à retardement ".

Laetitia Van Eeckhout Le Monde 19 mars 2011

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bonjour, vous êtes les bienvenus pour partager ici vos commentaires sur la vie du pays de Fayence. Liberté de penser, de commenter et de s'exprimer, est un des fondements d'une vraie démocratie; celle qui permet le bonheur et la prospérité des peuples par la qualité des institutions et leur mode de fonctionnement. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie des propos. Les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs, mais j'en suis seul pénalement responsable.

Les commentaires sont modérés. Vous pouvez commenter sous pseudo ou anonyme; mais je me réserve de supprimer ou modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus ou sans rapport avec le billet: propos racistes, attaques et invectives personnelles, propos insultants, injurieux, diffamatoires...

Je recommande d'utiliser l'option nom/url. Le champ url est lien vers un site web ou une photo; il est facultatif, il peut rester vide.

Mais les personnes qui ne souhaitent pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme; merci d'indiquer un pseudo en début ou fin de commentaire pour faciliter les échanges.