jeudi, mars 21, 2013

Les crispations alarmantes de la société française

http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/01/24/les-crispations-alarmantes-de-la-societe-francaise_1821655_823448.html


Envoyé de mon iPad

2 commentaires:

  1. Crispations alarmantes? L'auteur de cet article ne s'est pas posé la question de la lucidité, plutôt. Il est vrai qu'avec Le Monde a l'impartialité exemplaire.....

    RépondreSupprimer
  2. crispation... fatale pour un destin traçé : les manches retroussées
    sans trop regarder des heures, les jours, les années, pour retouver
    un semblant de pays à l'image de celui construit par nos anciens
    fiers de leur racine.... aujourd'hui parler de racine engage un débat crispé, alors les bras ballants comme ceux de notre président devant le vide abbyssal de nos illutions perdues. Croire le contraire :
    Jean Rigol Ankhor

    RépondreSupprimer

Bonjour, vous êtes les bienvenus pour partager ici vos commentaires sur la vie du pays de Fayence. Liberté de penser, de commenter et de s'exprimer, est un des fondements d'une vraie démocratie; celle qui permet le bonheur et la prospérité des peuples par la qualité des institutions et leur mode de fonctionnement. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie des propos. Les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs, mais j'en suis seul pénalement responsable.

Les commentaires sont modérés. Vous pouvez commenter sous pseudo ou anonyme; mais je me réserve de supprimer ou modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus ou sans rapport avec le billet: propos racistes, attaques et invectives personnelles, propos insultants, injurieux, diffamatoires...

Je recommande d'utiliser l'option nom/url. Le champ url est lien vers un site web ou une photo; il est facultatif, il peut rester vide.

Mais les personnes qui ne souhaitent pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme; merci d'indiquer un pseudo en début ou fin de commentaire pour faciliter les échanges.