jeudi, août 21, 2014

Le CICE, ou l'échec patent de l'incitation fiscale

Le CICE, symbole du malgoverno français Alors que le gouvernement s'apprête à jeter ses ultimes forces dans la bataille du pacte de responsabilité, Michel Sapin vient de faire une sortie tout à fait étrange: il semble s'étonner que le CICE, ancêtre du pacte, n'ait produit aucun effet en matière d'investissement ni d'emploi. En écoutant notre ministre des Finances, on hésite entre la lucidité et la naïveté. A-t-il vraiment cru un instant que le CICE, qui permet une diminution de l'impôt sur les bénéfices proportionnelle à la masse des salaires inférieure à 2,5 SMIC, aurait un quelconque effet sur l'économie? Lire la suite sur Économie Matin
Plus:
- Bourse : 41 milliards de dollars de dividendes versés en France au 2ème semestre
- Face à la crise, les français plus fourmis que cigales

9 commentaires:

  1. Xerfi Canal Olivier Passet21 août, 2014 10:27

    Mi 2013, toutes les conditions d’une reprise étaient pourtant réunies. Le Sud semblait toucher un point bas. L’Allemagne semblait en passe de rallumer sa demande intérieure. Les États-Unis s’affirmaient comme le moteur du monde. Les conditions de financement étaient historiquement favorables. Les entreprises comme les ménages étaient entrés dans une logique de reconstitution des parcs d’équipements et de biens durables et toutes les enquêtes industrielles de tous les pays-développés étaient orientées à la hausse. Les gouvernements semblaient de surcroît lâcher du leste en matière de rigorisme budgétaire.

    Mi 2014 néanmoins, le processus s’est enrayé et l’Europe stagne à nouveau, menaçant la dynamique de reprise mondiale, tandis que l’emploi recule à nouveau. Comment en est-on arrivé là ?

    D’abord parce que le régime d’inflation-zéro dans lequel sont piégés les pays de la zone euro mais aussi d’autres pays développés est le révélateur d’une concurrence exacerbée par les coûts. Partout, que ce soit du côté des entreprises ou des Etats, cette logique généralisée de rationalisation, de stagnation des salaires, de pression sur les prix des fournisseurs, mine la demande intérieure et conduit au report des projets d’investissement. Résultat, toutes les régions du monde s’engagent aujourd’hui dans des stratégies néo-mercantilistes, cherchant à bâtir leur croissance en siphonnant la demande intérieure des autres. Un jeu dans lequel il peut y avoir des gagnants et des perdants à court terme, mais qui inhibe la diffusion positive des reprises à travers le monde.

    La deuxième cause profonde de ce raté c’est que sur aucun segment du marché du travail l’économie européenne ne se rapproche du plein emploi. Même sur les plus qualifiés, le taux de chômage voisine 7,5% et si l’on ajoute les phénomènes de déqualification dans l’emploi et la proportion des travailleurs à temps partiel involontaires qui souhaiteraient travailler plus, les files d’attente à tous niveaux de qualification sont telles, qu’aucune dymamique positive de salaire ne peut s’enclencher. Même pour les pays en proue de la reprise, l’Allemagne, les Etats-Unis, ou le Royaume-Uni, la proximité apparente du plein emploi, (avec des taux de chômage à 5-6 %), ne crée aucun goulot d’étranglement tant ces pays sont dans un pseudo plein emploi en ayant multiplié les petits jobs.

    La troisième cause de la panne européenne qui menace de pénaliser la dynamique de reprise mondiale, c’est sont nos déficits. Non pas nos déficits financiers mais nos déficits intellectuels pour bâtir un logiciel d’action anti-crise et anti-déflation. Les menus de réforme que proposent les experts, années après années rivalisent de conformisme. Les cahiers de route proposés en 2014 sont calqués sur ceux de 2007 eux-mêmes calqués sur ceux de 2000. Rien ne change. La voiture est embourbée jusqu’aux essieux, mais nos experts ressortent la liste du dernier contrôle technique. Ils se comportent comme si la crise était la résultante de la somme des erreurs individuelles des différents pays. Dans leur monde idéal, puisque la BCE fait maintenant son job, avec le quantitative easing il ne reste plus qu’à démultiplier les clones de Mario Monti au niveau de chaque État européen, équipé du même logiciel de réforme conformiste.

    Et au final le quantitive easing évite tout juste à nos pyramides de Ponzi financières et immobilières de s’effondrer, sans provoquer le moindre souffle d’inflation dans nos économies tandis que la démultiplication des Mario Monti instille toujours plus de déflation, démontrant jour après jour que les réformes structurelles ne sont bonnes ni en tout temps et en toute circonstance. Pendant ce temps, les problèmes de coordination, de déflation, de divergence réelle, de répartition qui sont au cœur du désastre, restent abordés comme des enjeux de second plan quand il n’y a pas dénégation pure est simple.

    Olivier Passet, Comment on a cassé la reprise, une vidéo Xerfi Canal

    RépondreSupprimer
  2. On peut inventer toutes les mauvaises bonnes raisons à la situation déplorable de l'économie en France. Tant que l'on se refuse à règler les problèmes de base, tout cela reste de la vaine rhétorique. Les "réformes" ? du vent, la véritable égalité de traitement ? du vent. Les parasites et stipendiés fonctionnaires ne font que croitre au détriment des créateurs de richesses qui, lorsqu'ils ne sont pas trop idiots, baissent les bras : réponse ultime et imparable à la spoliation. "Continuez comme cela" selon la formule si chère aux auditeurs de Boudin sur Radio mon couscous.

    RépondreSupprimer
  3. Le comble vient de la monte bourge, la midinette du gouvernement qui doit tenir le chef par la paire de.. lunette, sur l'affaire du K Usac, car maintenant que Moscouvici renvoyé dans les cordes, les mains libres avec les sbires
    du palais des impots, affranchi de quelques secrets, le voilà sans talon haut,
    qui semble tenir de roi de la pédale de pédalo, pour l'instant à l'indifférence de ses sujets qui se posent plus la questions comment pouvoir intégrer
    des arabes chrétiens derniers arrivés sur sol laïque à majorité islamique.
    Le nier serait donner à la du flot de la manche un côte de la rance, une énergie écologie avant l'heure. Monseigneur François les bas bleus, il ne vous reste qu'à vous laisser pousser la barbe
    YANN AMARE...

    RépondreSupprimer
  4. Pas des gens normaux pour pondre de telle loi, mais assez tordus pour continuer à prendre les derniers con.. tribuables dans cette dédale de
    crédits qui n'augmenteront que le déficit , pour espérer faire rêver, ce qui reste de français.
    JEANNET MHARE

    RépondreSupprimer
  5. : CISE ROND ? CISERON autre avocat au destin tragique. Par manque de PO... d'Hamon vers LAVAL Radio Boudin en Créole. Après la ligne, Montebourgeonne. Valls à ROME au faux rhum.
    Avec les guignols, pas la peine de se prendre au sérieux...
    .

    RépondreSupprimer
  6. http://www.lemonde.fr/sante/article/2014/08/22/premier-cas-de-dengue-dans-le-var_4475095_1651302.html... visiblement ce cas réside dans le canton de Fayence.

    RépondreSupprimer
  7. Dengue... label K sème le trouble dans le monde des enseignants...
    Vaccination obligatoire.;

    RépondreSupprimer
  8. Zut le moustique a encore frappé !

    RépondreSupprimer
  9. Lors d'un séjour "extérieur" il y a des années, j'ai choppé la dengue et la vraie. Croyez moi, si cette version arrive ici, il y aura beaucoup de maison a vendre pour cause de décès, car ce n'est pas une petite affaire, surtout pour les vieux. Soyez attentif aux avis de décès!

    RépondreSupprimer

Bonjour, vous êtes les bienvenus pour partager ici vos commentaires sur la vie du pays de Fayence. Liberté de penser, de commenter et de s'exprimer, est un des fondements d'une vraie démocratie; celle qui permet le bonheur et la prospérité des peuples par la qualité des institutions et leur mode de fonctionnement. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie des propos. Les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs, mais j'en suis seul pénalement responsable.

Les commentaires sont modérés. Vous pouvez commenter sous pseudo ou anonyme; mais je me réserve de supprimer ou modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus ou sans rapport avec le billet: propos racistes, attaques et invectives personnelles, propos insultants, injurieux, diffamatoires...

Je recommande d'utiliser l'option nom/url. Le champ url est lien vers un site web ou une photo; il est facultatif, il peut rester vide.

Mais les personnes qui ne souhaitent pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme; merci d'indiquer un pseudo en début ou fin de commentaire pour faciliter les échanges.