vendredi, septembre 26, 2014

PLU et SCOT en pays de Fayence

Au niveau des communes c'est le PLU qui détermine la vision de l'avenir, l'évolution anticipée de la population et de là, tout découle. La commune anticipe-t-elle que sa population va croître ou continuer de croître et à quel rythme moyen annuel? Cela implique que des espaces soient désignés pour les logements correspondants et des permis de construire délivrés. Veut-on continuer un développement par habitat dispersé ou densifier, concentrer. Quel type d'habitat. Ces options découlent du diagnostic de la situation existante et de l'histoire qui a conduit jusque là. Le PLU dans sa phase plan d'aménagement et de développement durable (PADD) doit alors se construire en tenant compte de tous les aspects qui en découlent: réseaux et voiries, eau, assainissement, environnement, risques naturels, infrastructures et équipements publiques, économie, structure des entreprises et des emplois, mobilité des habitants aux lieux de travail, etc... Ensuite le SCOT doit rendre cohérents tous les PLU, en adaptant les aspects qui dépendent de sa compétence.
Le PLU c'est la révision générale du POS selon une méthodologie nouvelle. Jusqu'à présent, ce travail a été fait à Mons et plus significativement à Callian. Le PLU de Tourrettes est en cours; ceux de Fayence et de Montauroux vont commencer. Seillans, Tanneron, Saint-Paul et Bagnols, on ne sait pas encore. Sans PLU dans toutes les communes, le SCOT serait la charrue devant les boeufs. C'est ce qui explique que le SCOT piétine.  Mais l'exercice a commencé. Un objectif de croissance de la population de 1.34% a été évoqué, contre l'historique 2.3% au cours des deux dernières décennies. Comment distribuer cette croissance dans les autres communes que Callian où 1.4% a été adopté?

- Voir le diagnostic du SCOT établi par Citadia en juillet 2008
- Voir l'esquisse du plan d'aménagement et de développement durable (PADD) établi par Citadia en octobre 2010.

La Communauté de Communes annonce pour l'automne la poursuite de l'exercice et le recours à Citadia.

20 commentaires:

  1. PLU et SCOT , méthodologie nouvelle : socialo - écolo !!!!!!!!!
    Vous parlez du PLU : Veut-on continuer un développement par habitat dispersé ou densifié, concentré ?
    Il faut se poser les bonnes questions de bons sens ! Nos communes ont un attrait pour leur qualité de vie rurale tant pour les indigènes que pour les nouveaux arrivants ! Doit-on pour des raisons écolos ou politico socialo recréer des zones de fortes concentrations de population qui ne sont que des zones à problèmes de tout ordre et d’insécurité ? Qui sont décriés par beaucoup dans les villes et où l’on détruit des immeubles pour créer des espaces verts !
    Il faut, oui gérer un plan de développement de la commune et c’est ce qui a toujours été fait via les POS, certes parfois avec des « erreurs « on dira de vision ! Oui, l’habitat dispersé engendre pour les communes qui gèrent mal leur POS et demain leur PLU quelques dépenses en voierie et eau voire assainissement ! Mais je voudrais rappeler à chacun que lorsque l’on dépose un permis de construire on paye des taxes :
    Depuis 2012, la taxe d'aménagement remplace :
    • la taxe locale d'équipement (TLE),
    • la taxe départementale des espaces naturels sensibles (TDENS),
    • la taxe pour le financement des conseils d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement (TDCAUE),
    Que toute notre vie on paye la taxe foncière, d’habitation, alors, il me semble qu’au travers de toutes ces taxes, la commune, si elle organise un minimum son PLU sans pour en faire des hameaux ou zone à forte concentration de population elle doit pouvoir répondre au besoin d’un habitat dispersé mais contrôlé.
    Si vous souhaitez parler de l’assainissement : est- il préférable de faire une concentration dans une centrale d’épuration comme celle de Montauroux /Callian qui se déverse dans le lac de Saint-Cassien et lors de ces dysfonctionnement tout partait directement au lac à vocation touristique (bravo la baignade) et en alimentation en eau pour les villes de Fréjus et Saint-Raphaël, ou alors des fosses septiques individuelles ?
    Où est la qualité de la vie ? dans des immeubles à Montauroux ou des villas même avec un petit jardin ?
    Cordialement
    Michel GRAILLE

    RépondreSupprimer
  2. Merci Michel Graille pour votre contribution au débat; Continuons le!

    RépondreSupprimer
  3. Et oui l'habitat diffus consomme de l'espace, et oui il coûte cher en infrastructures, et oui une station d'épuration pollue moins que l'assainissement individuel et non ces évidences ne sont pas particulièrement "socialo - écolo", et non le choix ne se résume pas à "des immeubles à Montauroux" face à un mitage des territoires... mais quelles réflexions censées peut-on attendre d'un monsieur qui proposait sans rire le remplacement du vol à voile de Fayence-Tourrettes par un village du club Med !

    RépondreSupprimer
  4. Nous vivons à la campagne, proches de l'autarcie pour certains d'entre nous; en cas d'effondrement de la civilisation, comme décrit par Jared Diamond dans "Collapse", nous serions les derniers à partir; comme les riches! Voir cette vidéo de Piero San Giogio

    RépondreSupprimer
  5. La France clame haut et fort : pays des libertés ????
    Un mensonge de plus ! De plus en plus vrai ! Avec la gauche écolo !
    Comment peut-on accepter qu’un PLU obligera demain un citoyen français à vivre dans des cages à lapins à cause d’un PLU, alors que ses origines de la campagne font qu’il préfère vivre dans un cabanon avec ses oliviers !
    Il faut arrêter de mentir au peuple car le peuple commence à se réveiller ! Les élections Européennes en sont prémisse !
    La France, les régions, les départements, la communauté des communes et les communes ont les moyens financiers de répondre à la liberté d’un habitat dispersé et d’offrir à ceux qui le désirent un habitat groupé !
    Supprimons les étages du mille feuilles qui coûtent très cher en fonctionnement et qui n’ont rien apporté de plus aux citoyens que des impôts plus lourds ! Une gestion d’entreprise pour ces organismes d’état serait indispensable pour économiser de l’argent des contribuables !
    L’Etat et ses milles feuilles doivent d’une part modifier les lois sur le social qui donne tout à ceux qui n’ont jamais donné pour notre pays ! Mieux contrôler où va notre argent du social ! faire de meilleurs contrôles sur les grosses entreprises qui délocalisent leur siège social et font tout pour ne pas payer d’impôts …. Bref il n’y a aucune raison de bon sens qui puisse nous amener à faire disparaitre l’habitat dispersé !
    Désolé c’est exactement comme il y a 20 ans ou les gouvernements aidés d’expert et d’écolo démontraient que les voitures Diesels polluaient moins que les voitures essence ! Ce qui est faux aujourd’hui de leurs bouches ! Qui sont les menteurs ?
    Tout cela n’est que manipulation politique ! Y compris sur l’habitat !
    Cordialement
    Michel GRAILLE

    RépondreSupprimer
  6. Comme d'hab M.Graille répète sans cesse la même chose; une fois c'était bien; il l'a redit une fois, il le dira encore et encore comme un moulin à prières tibétain.

    RépondreSupprimer
  7. A anonyme du 27 septembre 2014 11h31
    Au cas où, vous ne me connaitriez pas ! je suis né dans la vallée du Biançon qui est aujourd’hui immergée par le lac, nous étions 2 ou 3 familles à y vivre ! Alors comprenez que je puisse défendre dans un premier temps l’habitat diffus qui est la liberté ! la qualité de la vie ! la nature ! en opposition à l’habitat regroupé ! avec sa privation de liberté, la promiscuité, l’absence de vie avec la nature !Etc….
    Mais vous qui êtes sans cesse à me critiquer, vivez- vous dans le village ou sur les coteaux au milieu des oliviers dans un habitat diffus ?
    Vous qui avez une grande bouche répondez à cette question et ensuite je commenterai les autres points de façon détaillé !
    Michel GRAILLE

    RépondreSupprimer
  8. Une fois de plus notre expert multicarte mélange tout : une couche de mille feuille, quelques cages à lapins, un cabanon, une bouffée de Diesel et bien sûr l'indispensable mensonge "gauche écolo", tout ça pour dénoncer une "manipulation politique" (sic) ! On croit rêver devant cette tambouille indigeste qu'il ne se lasse pas de nous servir à tout bout de champ.

    RépondreSupprimer
  9. Pour Anonyme du 27 septembre, 2014 11:31
    Je remarque que vous critiquez systématiquement ce qu’écrit M. Graille. Certes on peut ne pas être d’accord avec ce monsieur dans tout ce qu’il dit mais parfois vous critiquez sans trop réfléchir vous-même (du moins à ce qu’il me semble)
    Par exemple vous vous moquez de son idée de Club Med. Et bien vous devriez vous pencher un peu plus sur cette idée loin d’être idiote. J’ai travaillé à Opio en 86/87 et à l‘époque les gens étaient très divisés sur l’implantation d’un club Med. Je peux vous dire qu’aujourd’hui tout le monde est bien content d’avoir cette manne financière. J’en parlais encore il y a quelques jours avec des commerçants qui ne voudraient surtout pas que le Club disparaisse.
    Et si vous doutez des emplois créés directs ou indirects, de l’argent apporté par les taxes à la commune et des euros dépensés par les clients du club dans les commerces, je ne vous demande pas de me croire sur parole. Lisez donc cet article paru dans Nice Matin et dites-moi en toute honnêteté si l’aérodrome génère autant d’emploi (chose importante en cette période de chômage…) et rapporte autant d’argent :
    Opio en Provence : un moteur économique de charme
    Publié le samedi 21 août 2010 à 00h00
    Près de 300 employés
    Maintes fois copiée, jamais véritablement égalée, la formule fait toujours des émules. Et ce n'est pas à Opio que l'on dira le contraire. Unique centre de la région Paca, sorti de terre en 1989, il affiche quasiment complet tout au long de l'année. Mille personnes peuvent séjourner dans les 435 chambres disponibles. Et pour assouvir les besoins de la clientèle, 150 GO s'activent en saison - dont 35 se consacrent aux enfants - ainsi que 110 GE (personnel de service). Sans compter que nombre de prestations sont sous-traitées et engagent une centaine de personnes à travailler. Une grosse machine économique au coeur d'un petit village situé entre mer et montagne... où, lorsque l'on est du coin, on n'aurait pas forcément l'idée d'aller séjourner.
    Le Club Med Opio est une « vitrine » que l'on soigne avec une attention singulière chaque année. Un établissement « haut de gamme convivial et multiculturel » qui affiche quatre tridents, sur une échelle allant de 3 à 5. Depuis cinq ans, il travaille avec ardeur à développer encore sa notoriété et son rang.
    Un club qui se distingue
    En 2007, notamment, plus de 25Me ont été injectés pour réhabiliter le centre et donner vie à des projets. Dernière grande installation : la piscine zen, réservée aux adultes. En contrebas des 687 oliviers, tout de bois agencé, le bassin - musique classique diffusée dans l'eau, s'il vous plaît ! - est d'une quiétude absolue... et d'une attractivité défiant toute concurrence.
    Cinquante hectares de domaine. Des oliviers qui produisent une huile médaillée d'or depuis 2009. Un écolabel européen pour la gestion de l'environnement en 2008. La création d'un centre de conventions en 1998. Une clientèle à 10 % régionale, à 90 % francophone puis composée de Néerlandais, d'Italiens, d'Anglais, d'Australiens, etc. Que demander de plus ? Erick Bertrand, le chef de village, n'a qu'un simple souhait : « Optimiser le remplissage ! »
    gbelda@nicematin.fr
    http://www.nicematin.com/article/grasse/opio-en-provence-un-moteur-economique-de-charme.272572.html

    RépondreSupprimer
  10. l'aérodrome de Fayence et le vol à voile sont inscrits dans la culture du pays de Fayence depuis près d'un siècle. Un clubMed à sa place? ce serait une vraie rupture, mais pourquoi pas! la population serait-elle prête à accepter cela? L'association aucba ne serait sans doute pas contre [Liens sur l'aérodrme de Fayence]..

    RépondreSupprimer
  11. A anonyme du 27 septembre, 2014 23:26

    Recommandations médicales : prenez de l’origan qui est une plante aux propriétés toniques et digestives. Au premier siècle de notre ère, on le prescrivait déjà pour faciliter la digestion.

    RépondreSupprimer
  12. Monsieur Ratcliffe,
    Le centre de vol à voile, il est vrai existe depuis 1946 pour les privés et a connu des heures de gloire après les années 60 avec une grande affluence des allemands où le ciel n’était que planeur, mais aujourd’hui il devient très peu utilisé !
    Les maires ont laissé se développer l’habitat dans son environnement sans prendre en compte les nuisances. Or si l’on fait une rapide analyse ce terrain existe plus par son histoire que par son bien fait pour les communes environnantes !
    Doit-on maintenir une activité génératrice de nuisances pour son histoire et le bénéfice de quelques personnes très aisées plutôt que de remettre cet espace à disposition d’une activité génératrice d’emplois, de finances, pour les collectivités, les artisans et commerçants…
    Pour moi la réponse est simple et claire, la population d’indigène Fayençois et de Tourrettes ne représente que 15% environ de la population ! et parmi cela je pense que nombreux sont ce pour qui l’aérodrome n’a aucune importance ! alors il me parait assez facile de prendre la décision de le faire disparaitre au profit d’une activité préservant la qualité de l’environnement mais qui réponde aux intérêts de la majorité de la population et c’est cela la vraie démocratie et le progrès !
    Cordialement
    Michel GRAILLE

    RépondreSupprimer
  13. Monsieur Ratcliffe
    Effectivement l’aérodrome est là depuis longtemps mais… est-ce une raison pour l’y maintenir alors qu’il n’apporte pas grand-chose ? Si on reste sur le principe de laisser les choses en l’état parce que c’est comme ça depuis 50, 70 ou 1000 ans on serait encore dans les grottes à chasser le mammouth … On ne peut pas comparer la vie d’il y a 70 ans à la création de l’aérodrome et aujourd’hui. C’était le plein emploi, pas de chômage, peu ou pas d’habitations dans la région. Mais tout ça a bien changé. Aujourd’hui il faut privilégier les entreprises qui donnent du travail (les clubs de vacances en font partie), les communes ont laissé les personnes s’installer et construire d’où plus d’habitants ayant les nuisances sonores des avions.
    Le pays, les communes, les mairies changent et évoluent avec le monde. Il n’y a pas de fatalité et d’obligation à garder un aérodrome qui coute plus qu’il ne rapporte que ce soit en emploi, argent ou nuisances (sonore ou atmosphérique car je ne crois pas que tous ces avions soient très bon pour l’environnement et pour la qualité de l’air. )
    Le vrai courage serait de se poser les bonnes questions et d’y apporter les réponses de notre temps et non rester ancré sur la nostalgie d’une époque révolue.

    RépondreSupprimer
  14. "manne financière" ? alors ce n'est pas le Club Med qu'il nous faut à la place de l'aérodrome mais Disneyland avec MG en Dingo bien sûr !

    RépondreSupprimer
  15. Pour anonyme du 28 septembre, 2014 15:34
    Excusez-moi mais je ne comprends pas très bien votre réponse. En quoi dire que le village d’Opio est fort content de l’argent qu’apporte le Club Med à un rapport avec Disneyland. Je serais curieuse de connaitre votre cheminement de pensée…. Tous les changements sont d’abord refusés. Pensez-vous que les pêcheurs niçois ou cannois n’ont pas crié au scandale lors de l’arrivée des riches anglais qui ont bâti des immeubles et des hôtels là où il n’y avait que des champs et des cressonnières ? Pourtant je ne crois pas qu’il y ait quiconque qui regrette cela.
    Je suis à peu près sûre qu’à la création de l’aérodrome il y a eu bien des résistances et puis ça a été, à une époque aujourd’hui révolue, un plus pour la région. Ce n’est plus le cas. Il faut savoir avancer et s’adapter aux nouvelles demandes et aux habitants d’aujourd‘hui, aux problèmes de chômage.
    Il ne faut pas se laisser scléroser par le passé. Avez-vous pris la peine de lire l’article de Nice-Matin que j’ai mis ? Vous avez le lien si vous pensez que j’ai enjolivé l’article. Il y a un bon moyen de relancer l’emploi direct et indirect pourquoi le refuser ? A moins que vous ne travailliez à l’aérodrome ? Je comprendrais alors beaucoup mieux votre réaction.

    RépondreSupprimer
  16. Après Dingo voilà que débarque Daisy Duck, on y est presque !

    RépondreSupprimer
  17. Pour Anonyme du 28 septembre, 2014 23:34
    « La moquerie est souvent indigence d’esprit » sacré La Bruyère ! il savait vraiment analyser les caractères…

    RépondreSupprimer
  18. "Le rire, la moquerie, la dérision sont des entreprises de purification, de déblaiement, ils préparent des salubrités futures."... Avec Romain Gary gardons espoir dans l'émergence de ces "salubrités futures" même si à la lecture de certains commentaires elles paraissent encore lointaines.

    RépondreSupprimer
  19. Dérrière tous ces bons arguments favorables a l'expansion infinie du mitage, il faut bien entendre la complainte de propriétaires fonciers de surfaces totalement merdiques et sans valeur aucune que ces gens voudraient voir classées en zone habitable. Quelles qu'en soient les conséquence d'ailleurs pourvu que le vendeur se fasse soudain des "corones" en or, sans jamais avoir rien foutu, par le simple fait du changement de zone lui étant devenu favorable. Le reste n'est que de la poudre aux yeux. Il faut d'ailleurs reconnaitre que les seuls nabus locaux ne sont pas dans cette démarche : pour nos amis européens qui pourraient le faire, ils ne s'en priveraient pas non plus. Pour en avoir une petite idée , consultez en mairies les innombrables demandes de certificats d'urbanismes déposées ces dernières années, y compris en zone agricole ou forestière, au cas où il serait possible de passer a la caisse. Le fric, vous dis je, il n'y a que cela. Le reste c'est du pipeau.

    RépondreSupprimer
  20. les partisans de la continuation de l'habitat diffus, dont le multi-cartes Graille sont de ceux là.

    RépondreSupprimer

Bonjour, vous êtes les bienvenus pour partager ici vos commentaires sur la vie du pays de Fayence. Liberté de penser, de commenter et de s'exprimer, est un des fondements d'une vraie démocratie; celle qui permet le bonheur et la prospérité des peuples par la qualité des institutions et leur mode de fonctionnement. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie des propos. Les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs, mais j'en suis seul pénalement responsable.

Les commentaires sont modérés. Vous pouvez commenter sous pseudo ou anonyme; mais je me réserve de supprimer ou modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus ou sans rapport avec le billet: propos racistes, attaques et invectives personnelles, propos insultants, injurieux, diffamatoires...

Je recommande d'utiliser l'option nom/url. Le champ url est lien vers un site web ou une photo; il est facultatif, il peut rester vide.

Mais les personnes qui ne souhaitent pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme; merci d'indiquer un pseudo en début ou fin de commentaire pour faciliter les échanges.