dimanche, mai 31, 2015

Les communes contraintes à réduire leurs dépenses, s'endetter ou augmenter les impôts

 Un bug avait rendu le contenu de ce billet illisible.
Vases communicants entre l'état et les collectivités territoriales. On va continuer à payer toujours plus d'impôts, du moins ceux qui en paient, mais il y en aura de moins en moins..

  Suite...

Plus: Budget des communes

Je publie ces articles de Var Matin car ils m'interpellent. Voir ces réflexions.

11 commentaires:

  1. Il serait stupide de croire à ce schéma irréversible : quant il n'y a plus de carburant le véhicule s'arrête. Au rond point, le cabanon nous rappelle au bon sens... giratoire... bien entendu

    RépondreSupprimer
  2. A la réflexion « Les communes contraintes à réduire leurs dépenses, s'endetter ou augmenter les impôts » des réponses de bon sens peuvent se faire et se mettre en application !
    Une commune c’est l’équivalent d’une entreprise en matière de gestion ce qui signifie qu’au pire le résultat financier ne doit pas être déficitaire. Le problème que vont rencontrer les maires sera la baisse des dotations ( Etat, Région et Conseil départemental ) ce qui va leur demander un effort de gestion qui ne sera pas forcement électoraliste s’ils veulent gérer efficacement leur budget, pour ne pas augmenter les impôts ni les emprunts soit le déficit.
    Pour cela ils leur reste à faire un management comme il se fait aujourd’hui dans les entreprises privées :
    - Pour le budget d’investissement : choisir les besoins essentiels à la majorité de la population, donner des priorités, donc planifier les projets dans le temps, supprimer tout ce qui n’est qu’accessoire et non indispensable.
    - Pour le budget de fonctionnement :
    Au niveau du personnel : revoir les besoins et si nécessaire supprimer des postes, optimiser le rendement,
    Faire la chasse au gaspi par une gestion rigoureuse des dépenses des produits d’entretien…de la gestion des parcs automobiles, limiter les subventions aux associations, des actions sociales (contrôle rigoureux) etc…
    Bref arrêter de dépenser grassement l’argent des contribuables en augmentant les impôts car, seule la classe moyenne les endosse et en a marre d’être les vaches à lait des mairies et de la France !
    Un maire doit être un gestionnaire d’entreprise et non un gestionnaire de comité d’entreprise ! Un maire doit d’abord gérer avant de faire du social électoraliste !
    Michel GRAILLE

    RépondreSupprimer
  3. Les contrôles sont pour 2016 : voir circulaire de Mr UGO. Les associations assujetties au contrôle bancaire, et bilans comptables certifiés..

    RépondreSupprimer
  4. Suggestion de gestion économique :
    Si notre maire socialiste Huet a des difficultés de trésorerie, il peut remettre la Maison Pour Tous, les tennis en location à une société privée ainsi que la médiathèque quitte à la reconvertir vers une utilisation économique qui pourra ainsi favoriser les citoyens en contribuant à la trésorerie de la commune et devenir bénéficiaire et non une lourde charge de dépense au budget de fonctionnement de la commune
    Michel GRAILLE

    RépondreSupprimer
  5. Lire la suite sur Var Matin de samedi 30 mai 2015.

    D'évidence dépenses publiques = consommation donc production donc emplois.

    Le problème est que la dépense publique a tellement augmenté depuis 40 ans, gauche et droite coresponsables, et que l'activité économique est en berne; car trop d'impôts tue l'impôt, cad. les recettes, lesquelles dépendent de l'activité économique marchande. Le taux de chômage est massif; chômage, précarité et bas salaires touchent près de 30% de la population active (8 millions sur 27). Cela témoigne d'un niveau de production très inférieure au potentiel du pays.

    Mais il est impossible de baisser brutalement les dépenses publiques car cela aurait un effet dépressif considérable: tout le contraire de ce qui est nécessaire et recherché. Cet effet dépressif serait plus grand encore si le même "faux remède" était appliqué partout en Europe et dans le monde industrialisé, affecté par la dette publique excessive.

    La baisse des dépenses publiques ne peut se faire que d'une manière progressive et dans le temps long, avec transfert vers une production accrue de biens et services marchands, générateurs d'emplois et de recettes fiscales. C'est tout l'enjeu du CICE, du pacte de compétitivité, de la politique de l'offre... Accroître la production et la consommation intérieure et extérieure.

    RépondreSupprimer
  6. @ Anonyme du 31 mai, 2015 20:17
    " il peut remettre la Maison Pour Tous, les tennis en location à une société privée ainsi que la médiathèque"...mais oui, mais c'est bien sûr : le Club Med est de retour !

    RépondreSupprimer
  7. Lorsque les budgets deviennent difficiles à équilibrer par le fait de recettes manquantes, ce qui sera le cas avec la baisse des dotations, il est évident de restreindre les dépenses, ce qui n’est que du bon sens ! Comme pour un budget familial ou d’entreprise dans des circonstances de crises, des mesures s’imposent et doivent être prises sur ce qui est accessoire et non indispensable et dans une municipalité se rajoute la priorité pour les urgences et les actions qui vont satisfaire une majorité de citoyens.
    Par ailleurs il sera indispensable d’essayer d’améliorer les recettes donc la gestion financière et regarder tous les points où l’on peut optimiser les recettes, alors oui revoir la rentabilisation des locaux et infrastructures associatives ( MPT, Médiathèque, tennis…). Revoir les distributions de subventions sociales que pour les nécessiteux, optimiser ou mieux augmenter la rentabilité des services techniques municipaux….tout cela va dans l’intérêt général de la population.
    En période de crise on ne peut plus faire la politique de l’URSS ! C’était du temps de J. Krempff !
    Aujourd’hui il faut gérer en chef d’entreprise une municipalité qui n’est pas la CPAM ! Donc c’est un chef d’entreprise dont a besoin Montauroux et pas d’un médecin !

    RépondreSupprimer
  8. Désolé j'ai oublié de signer les commentaires " Par Anonymous AnonymeÀ 01 juin, 2015 22:13 " , qui sont de moi même.
    Michel GRAILLE

    RépondreSupprimer
  9. Si la vie d'une commune, d'un département, d'une région, d'un pays se limitait à la gestion d'un budget on pourrait même se passer d'élus, maire et conseillers seraient avantageusement remplacés par un secrétaire général ou un comptable, mais on a bien compris depuis le temps que pour des raisons obscures (familiales ?) MG règle inlassablement ses comptes avec la nouvelle équipe accusée de tous les maux et notamment, injure suprême, d'être socialiste (!). Car la compréhension politique complexe de MG distingue les méchants, les mauvais, les incompétents, profiteurs, dépensiers... bref les socialistes, des bons parés de toutes les vertus : la droite.

    RépondreSupprimer
  10. Je ne règle aucun compte mais si vous me connaissiez, vous sauriez que je suis allé en politique municipale de Montauroux en 1989 pour chasser la gestion communiste et la gauche ! Et ce n’est pas la gauche d’aujourd’hui qui me fera changer d’avis !
    Michel GRAILLE

    RépondreSupprimer
  11. Vous parlez des finances communales mais que se passe-t-il aujourd’hui sur notre belle route D562 entre les ronds-points d’Intermarché et le Marché paysan ! Le Conseil Départemental dépense notre argent lamentablement en re-goudronnant la route qui était en parfait état ???? Je ne peux être qu’en désaccord bien qu’il soit de droite et UMP ! Quel gâchis alors que cet argent pourrait servir à une autre route ! Assez lamentable !
    Michel GRAILLE

    RépondreSupprimer

Bonjour, vous êtes les bienvenus pour partager ici vos commentaires sur la vie du pays de Fayence. Liberté de penser, de commenter et de s'exprimer, est un des fondements d'une vraie démocratie; celle qui permet le bonheur et la prospérité des peuples par la qualité des institutions et leur mode de fonctionnement. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie des propos. Les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs, mais j'en suis seul pénalement responsable.

Les commentaires sont modérés. Vous pouvez commenter sous pseudo ou anonyme; mais je me réserve de supprimer ou modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus ou sans rapport avec le billet: propos racistes, attaques et invectives personnelles, propos insultants, injurieux, diffamatoires...

Je recommande d'utiliser l'option nom/url. Le champ url est lien vers un site web ou une photo; il est facultatif, il peut rester vide.