lundi, juin 08, 2015

La Lettre de François Cavallier - Juin 2015




La Lettre de François Cavallier - JUIN 2015 - N°38     

Edito : la LGV avance

Le projet de ligne ferroviaire nouvelle à grande vitesse avait régulièrement défrayé la chronique ces dernières années avant de s'enliser. Il a repris ces derniers temps de l'ordre et de la vigueur, et nous ne devons plus sous-estimer ses chances d'aboutir. Certes, les projets de lignes nouvelles ont été nombreux et controversés, certes un moratoire va atteindre la plupart de ces projets au vu de l'état des finances publiques de notre pays. Mais si un projet de LGV peut sortir son épingle du jeu, c'est bien celui-là. Je n'aurai d'ailleurs pas la démagogie de dire qu'un tel projet, rapprochant Nice de Marseille et de Paris, n'est pas d'intérêt général. Toute la question est de savoir quand et comment il peut atteindre notre territoire, et d'anticiper intelligemment ces échéances.

Sur le quand, l'actuel calendrier du projet a défini plusieurs niveaux de priorité, façon de phaser le projet pour le rendre réalisable et de commencer par s'attaquer aux plus gros points bloquants. Ainsi la priorité classée 1, à l'échéance 2030, est le traitement des noeuds ferroviaires marseillais et niçois. Puis viennent, en priorité 2, les réalisations des tronçons Aubagne-Toulon et Saint-Raphaël-Cannes. C'est à ce dernier titre que nous sommes concernés. L'échance affichée, et qui a été confirmée aux maires concernés (ceux de Bagnols-en-Forêt et de Tanneron pour notre pays de Fayence), se situe entre 2030 et 2050.

Sur le comment, rien n'est encore très clair. On ne dispose pas de tracés mais d'un fuseau, et beaucoup d'études préalables manquent encore.  Mais cette ligne nouvelle, à partir d'une gare nouvelle Est-Var qui est prévue au Muy, ne peut pas aller à Mandelieu puis Cannes sans traverser notre territoire. C'est d'ailleurs ce que prévoit le seul fuseau qui ait été porté à la connaissance du public. Dans cette illustration, c'est la couleur qui compte plus encore que le tracé : pour nous, toute la question est de savoir si ce franchissement sera aérien ou souterrain. L'impact de la ligne nouvelle sur nos territoires dépend de cette question : la mission des élus me semble être non pas de s'acharner à dévier à toute force cette ligne, mais à faire en sorte que son passage soit le plus insensible possible, c'est-à-dire le plus souterrain possible.

Actu : "Force et Confiance pour nos territoires", rendez-vous fin juin

L'idée couve depuis longtemps, toujours repoussée à plus tard par le surcroît de travail du moment. Je faisais allusion lors de ma lettre du mois dernier à de nouveaux défis à relever, moins toulonnais et plus locaux, à un rencentrage de mon activité. Ce recentrage va s'incarner dans une association dont la création sera très prochainement annoncée. Notre territoire, ballotté entre un découpage législatif Est-Ouest et un découpage cantonal Nord-Sud, encastré entre des communautés d'agglomération fortes (Dracénie, pays de Grasse, CAVEM), n'a souvent dû son salut qu'à la mobilisation que ses acteurs ont su organiser. Cette mobilisation vient aussi de prendre, dans un Est-Var attiré par le vote frontiste, et marqué par une dégradation de l'image de l'action publique qui contribue fortement à un tel vote (quand elle n'en est pas la cause principale), un sens d'honneur républicain. Il est temps de proposer à celles et ceux qui se souhaitent de porter ces valeurs une structure qui le leur permettra : j'en donnerai les détails dans mon nouveau bulletin cantonal à paraître fin Juin.

Actu : les républicains, un nom de parti ?

J'appartiens à un mouvement politique qui s'appelait l'UMP. Lors de son dernier congrès, ce parti a adopté, suivant en cela un vote national des adhérents organisé sur Internet, une nouvelle dénomination : "les Républicains". L'adjectif en lui-même ne saurait me choquer : j'ai beaucoup eu l'occasion, avec Josette Mimouni, d'invoquer les valeurs républicaines pour contrer l'étonnante alliance locale de l'extrêmisme et de l'affairisme. Et c'est précisément parce que nous avons ressenti un soutien fort, bien au-delà des clivages habituels, venant de républicains de toutes convictions, que l'usage de cet adjectif en tant que nom de parti me gêne à leur égard. Que les militants de droite modérée se sentent républicains et qu'ils le soient, cela va sans dire. Mais laisser entendre (certes avec habileté) qu'il n'est de républicains que de droite et qu'à droite, voilà qui m'embarrasse davantage : j'accueille donc cette nouvelle appellation avec un sentiment mitigé.

Echos : débits réservées de la Siagnole, une première victoire

L'application de la loi sur l'eau à la Siagnole aura été la source, si j'ose dire, de discussions difficiles, voire contentieuses, avec les services de l'Etat. Je m'en suis fait l'écho à plusieurs reprises, et notamment dans ma lettre n°18 (datée de septembre 2013). La loi sur l'eau prévoit que les débits réservés (c'est-à-dire la part d'un cours d'eau qu'un préleveur doit rejeter dans le cours d'eau dans lequel il prélève) passe du quarantième au dizième de son débit caractérisé par un module. Il s'agit donc d'un quadruplement de ces débits réservés. En fonction du module qui nous était attribué (et qui est différent du débit réel constatable), cela ferait passer le débit réservé de 19l/s (l'actuel) à 76l/s. Dans ces conditions, impossible d'assurer la continuité du service public (c'est-à-dire tout simplement la distribution d'eau potable !) en année sèche. La raison ayant fini par l'emporter sur la base de la notion de mesure compensatoire, un accord intelligent est intervenu avec les services de l'Etat sur la base d'un débit réservé estival de 40l/s et hivernal de 100l/s. Il ne sera pas dit qu'il faille toujours opposer les activités humaines et le milieu naturel : tout est une question d'arbitrage fin.



Humeur : la mutualisation pour les nuls


Mutualisation : (nom féminin), vocable talismanique de la décentralisation, effort demandé aux communes et intercommunalités pour porter les services publics à la place de l'Etat sans reversement des impôts perçus par l'Etat pour les exercer. Dans le pays de Fayence, sens particulier : mutualisation touristique, office de tourisme intercommunal, usine à gaz mise en place par les communes ne s'étant pas souciées de leur développement pour capter les ressources (taxes de séjour) que vaut aux communes qui ont fait cet effort le développement à l'époque critiqué par celles qui les dépouillent aujourd'hui, afin de "caser" leurs employés à leurs frais et de décréter que c'est là une manifestation de la solidarité cantonale et de l'esprit communautaire.
Les subventions du moment

Agenda : quelques dates des jours à venir
12/06 : inauguration point I et école de voile (Lac de St-­Cassien, Tanneron)
14/06 : randonnée des sources (Seillans)
14/06 : fête de la transhumance (Montauroux)
17/06 : Bureau de la commission locale de l'eau (Peymeinade)

Mais aussi, sur le site :

Facebook
Facebook
Twitter
Twitter
Site Internet
Site Internet
Email
Email
© 2015 - Copyright www.francoiscavallier.com • Tous droits réservés. Vous pouvez à tout moment accéder, faire rectifier ou supprimer les informations personnelles vous concernant ou vous opposer à leur traitement par mail : newslettercavallier@gmail.com. En vertu de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés (dite "loi CNIL"), vos coordonnées ne seront en aucun cas utilisées à d'autres fins ou divulguées à un tiers. Conformément à l'article 38 de la loi CNIL, vous pouvez vous opposer à ce que vos données à caractère personnel fassent l'objet du présent traitement. Pour ce faire, il suffit d'adresser un message à newslettercavallier@gmail.com. Conformément aux articles 39 et 40 de la loi CNIL, vous disposez à tout moment d'un droit d'information, d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Pour l'exercer, il vous suffit d'adresser un message à newslettercavallier@gmail.com






This email was sent to pratclif@gmail.com
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
François Cavallier · Place de l'Hôtel de ville · Callian 83440 · France

Email Marketing Powered by MailChimp

3 commentaires:

  1. L'intiative "Force et Confiance pour nos territoires" tombe à point nommé; dans le débat sur cette TMB de l'Est Var, de la centrale béton et enrobés. Je veux dire combien la gouvernance de notre territoire commence à devenir illisible. Un Jacques Morénon à la fois premier adjoint de Puget sur Argens, une commune du canton de Roquebrune qui comprend nos huit communes et Bagnols en Forêt; un Jacques Morénon 4è vice président de la CAVEM; un Jacques Morénon président du Smiddev. Canton de Roquebrune, CAVEM, Smiddev... chaque institution avec ses objectifs propres et pas toujours compatibles.

    RépondreSupprimer
  2. Largué, on refait surface par la création d'une association. Pas mal joué. C'est vrai que maintenant l'on va nous bourrer le mou sur les valeurs de la FORCE et de la CONFIANCE.
    Venant de fonctionnaire, cela fait sourire.... pour l'instant. Sentiment mitigé... en plus ! Allons ALONZO ... séduit par VALLS ???

    RépondreSupprimer
  3. Faut-il croire qu'on ne discute que sur un fuseau ? Cette ligne demain (de main), est bel et bien tracée, le temps en politique, arrange tout. Après palabres avec les fonciers "biens placées " les autres, iront cultiver le cannabis enfin légalisé. Et si localement on se plaint encore, on les enverra en Haïti réviser leur angoisse.... bien que, avec ce qui arrive sur notre sol, les voyages, nous les auront gratis. Effectivement tout s'arrange, sans révolution.

    RépondreSupprimer

Bonjour, vous êtes les bienvenus pour partager ici vos commentaires sur la vie du pays de Fayence. Liberté de penser, de commenter et de s'exprimer, est un des fondements d'une vraie démocratie; celle qui permet le bonheur et la prospérité des peuples par la qualité des institutions et leur mode de fonctionnement. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie des propos. Les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs, mais j'en suis seul pénalement responsable.

Les commentaires sont modérés. Vous pouvez commenter sous pseudo ou anonyme; mais je me réserve de supprimer ou modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus ou sans rapport avec le billet: propos racistes, attaques et invectives personnelles, propos insultants, injurieux, diffamatoires...

Je recommande d'utiliser l'option nom/url. Le champ url est lien vers un site web ou une photo; il est facultatif, il peut rester vide.

Mais les personnes qui ne souhaitent pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme; merci d'indiquer un pseudo en début ou fin de commentaire pour faciliter les échanges.