mercredi, mai 11, 2016

La Lettre de François Cavallier - Mai 2016



La Lettre de François Cavallier - MAI 2016 - N°48

Edito : Route nouvelle, un mois de juin crucial


Jamais deux sans trois : voici venu le temps de notre troisième rendez-vous avec le nouvel accès au pays de Fayence. Le premier rendez-vous manqué date des années 92-94, quand la défaillance du viaduc du Pré Claou a posé cette question de nouvelle route dans l'urgence avant que les moyens techniques de sécuriser le viaduc ne soient finalement trouvés. Le second rendez-vous manqué date des années 2000, quand j'ai obtenu du Département un engagement de principe qui s'est heurté à l'époque à l'absence d'unité des maires sur cette question. Depuis lors, c'est par l'aggravation des conditions de circulation que ce sujet est revenu sur le devant de la scène, au point d'être devenu la priorité affirmée des maires unanimes, et le point central de mon programme de conseiller départemental. D'où notre rendez-vous de ce printemps, le troisième, et sans doute notre dernière chance : la concertation publique que le Département a initiée pour qu'enfin le pays de Fayence se prononce une bonne fois sur le principe et sur un tracé.


Bien sûr, les difficultés de circulation sont un des enjeux de ce dossier, mais elles n'en sont pas le seul. D'abord parce qu'il y a d'autres remèdes à ces bouchons (l'aménagement de contre-allées, l'agrandissement des giratoires comme celui tout récent d'Agora, etc..). Ensuite parce qu'il y a d'autres enjeux : non seulement mieux circuler dans la plaine, mais surtout éviter le lac pour sécuriser notre environnement (qu'arrivera-t-il demain si un camion d'essence plonge dans cette réserve d'eau potable ?) et pour sécuriser notre économie, qui ne survivrait pas aux grands détours via Tanneron, Grasse ou Le Muy que notre territoire avait connus à la grande époque. Ce qui est vrai de l'économie l'est aussi des transports scolaires et de la desserte des lycées. Enfin, il s'agit d'aménager notre territoire en le ré-équilibrant, c'est-à-dire en offrant à l'ouest du pays de Fayence un accès plus direct et plus rapide aux grandes infrastructures de notre région.

Ces évidences sont si fortes dans l'esprit de la plupart que beaucoup s'impatientent : pourquoi cette route n'est-elle est pas déjà en construction ? Parce que la règle veut dorénavant que les projets publics d'une certaine ampleur fassent l'objet d'une concertation publique préalable, parce qu'il ne suffit plus d'être élu et d'avoir un programme pour avoir tous les droits. On peut le regretter, si l'on considère que la puissance publique n'aboutit plus nulle part, que quelques-uns, toujours les mêmes et toujours les seuls à se mobiliser, se voient ainsi conférer un pouvoir de blocage tout en étant ultra-minoritaires. On peut aussi y voir une chance, celle d'une démocratie qui n'est plus verticale, déconnectée du réel et de la société, mais plus participative. C'est l'exercice démocratique qu'entretient tous les mois l' association « Force et Confiance » qui soutient mon action. C'est cette route qui avait donné le coup d'envoi de son action, par une pétition qui est toujours active (signé en cliquant ici). Le 9 juin, l'association organise une réunion publique pour tout vous dire sur la concertation publique départementale. Nous savons tous qu'une large majorité silencieuse est favorable à cette route. L'enjeu de cette période de concertation est que cette majorité se mobilise et s'exprime. Sans cela, vos élus à eux seuls n'y réussiront pas.



http://www.francoiscavallier.com/accueil/440-deliberation-adoptee-par-le-departement

Actu : la recentralisation du RSA, un nouveau marché de dupes

Tous les Départements se plaignent d'être progressivement étranglés par la charge de la gestion du RSA, qu'ils doivent verser aux allocataires sans compensation correspondante de l'Etat alors que c'est bien l'Etat qui leur a délégué cette compétence et cette charge (mais pas les impôts nationaux qui vont avec..). Même au fur et à mesure de l'augmentation (liée à la crise) du nombre d'allocataires, les compensations d'Etat n'ont pas progressé. Devant le risque d'asphyxie, l'Etat vient de faire aux Départements une proposition étonnante : reprendre à son compte le financement du RSA, mais en prélevant sur leurs recettes une compensation équivalente au coût assumé par les Départements en 2016, soit un montant évidemment très supérieur à la dépense réellement compensée par l'Etat ! Recentraliser tout en disant qu'on décentralise, on y était habitués : mais faire des millions d'euros de marge sur le dos des Départements et des allocataires, il fallait oser… Vivement que ça se termine !

Echos : plantes à parfum, le passé mais aussi l'avenir


C'est cette semaine qu'ont lieu les festivités liées à l'inauguration du Château de la Colle Noire entièrement rénové suite à son achat par LVMH, maison mère de la marque Dior. Il ne pourrait y avoir là qu'un symbole, l'occasion d'un coup de communication et d'aimables mondanités. Certes, l'image provençale et rurale du pays de Fayence sert celle du « made in France », image elle-même bien utile à un grand groupe au moment où les délocalisations sont un grand handicap pour leur communication. Mais le fait nouveau, avéré et prometteur, c'est aussi que les cultures florales elle-mêmes redémarrent. Il y a celles d'Alain au Clos de Notre Dame. Il y a celles du Clos de Callian avec Armelle et Rémy, en attendant d'autres projets en cours de développement à Callian encore, et à Montauroux. Ces projets ne sont pas le fait de doux rêveurs ou de militants passéistes, mais d'entrepreneurs réalistes qui se sont donnés les moyens d'une production de très grande qualité, durable et rentable. Quel retour de tendance pour notre pays de Fayence, jadis jardin de plantes à parfums et arrière-cour du pays grassois, tant que le train y menait encore, et qui pourrait en partie le redevenir. Cela fait bien des années que je dis que le déclin annoncé de l'agriculture n'est pas une fatalité, et je me réjouis donc de cette évolution, si nécessaire à notre identité et à la préservation de nos paysages.

Echos : que se passe-t-il à la Maison pour Tous ?

 
La récente AG de la Maison pour Tous a donné lieu à un spectacle rare et triste d'affrontement entre deux lignes. On s'imagine difficilement que la gestion bénévole d'une association puisse faire l'objet de chahuts et de confrontation virulente entre deux cents personnes pendant plus de trois heures. Encadrement de la réunion par des intervenants extérieurs chevronnés mais du plus pur style cégétiste, verrouillage par l'usage immodéré, certes non illégal, mais fort contestable, de dizaines de pouvoirs que certains ont du passer la soirée à plier avant d'en remplir l'urne : si des élus s'avisaient d'adopter ces méthodes, que n'entendrait-on pas sur les moeurs politiques… Mais mettons cet épisode sur le compte du folklore et de la liberté d'expression, et intéressons-nous à ce qui est en jeu dans cette affaire au-delà du cas personnel des uns ou des autres, c'est-à-dire surtout à l'activité cinéma, et notamment à ce qu'aucun multiplex ne fera aussi bien qu'une association : le cinéma d'art et d'essai. Je pense autant aux projections de la MPT qui se font tout au long de l'année,, qu'au Ciné-Festival (autre association) sur une base plus événementielle et ponctuelle. Ce qui importe à l'intérêt général, c'est que ces activités de qualité perdurent, puisqu'elles sont la raison d'être des aides publiques que ces associations perçoivent. Hasard de cette situation : il se trouve que la somme des subventions perçues par  la MPT est égale à celle que la commune de Callian a refusé de verser au porteur privé du projet de multiplex. Pourquoi ai-je refusé ? Pour protéger le cinéma d'art et d'essai, le cinéma en version originale sur notre territoire. Mais si ceux-là mêmes qui portent ces causes se chargeaient de les compromettre par leurs désaccords, ce refus n'aurait vraiment servi à rien.


Actu : bravo à la compagnie de la Cordée !


La compagnie de la Cordée, troupe théâtrale née en 2000 dans le cadre du Foyer Rural de Fayence-Tourrettes, ne cesse de collectionner les honneurs et les récompenses.

La dernière en date, c'est l'obtention du 1er Prix à l'unanimité des membres du jury et du Prix des Organisateurs, également à l'unanimité, lors des présélections régionales FESTHEA PACA qui se sont déroulées le samedi 16 avril au Théâtre Francis Gag, à Nice, avec la représentation de sa pièce « Diktat » d'Enzo Cormann.

Ainsi et pour la quatrième fois dans l'existence de la troupe, la compagnie aura l'honneur de représenter la Région PACA en finale nationale, à Tours en octobre prochain.

Félicitations à la compagnie de la Cordée et aux bénévoles qui l'animent !

Humeur :  les usagers du stade de Tourrettes sont-ils vraiment à plaindre ?


Comme chacun s'en souvient peut-être encore, c'est à l'occasion de l'Euro 2012, il y a quatre ans, que le propriétaire de Terre Blanche a construit, sur un terrain mis à disposition par la commune de Tourrettes, un stade qui lui a coûté 3 millions d'euros. Après 2012, ce stade a été donné à l'intercommunalité, via une convention qui prévoyait que le stade pouvait être privatisé 10 semaines par an par son constructeur pour accueillir des équipes nationales ou de club, et que le stade devait être, au moment où Terre Blanche reprenait la main, en état de les accueillir. Cette convention n'a pas trouvé à s'appliquer entre 2012 et 2016, période pendant laquelle deux associations résidentes, le Rugby Club du pays de Fayence, et l'Etoile Pays de Fayence (Athlétisme) ont profité de ces installations pour se développer, se structurer, et devenir, grâce au travail de leurs dirigeants bénévoles, deux associations fortes de plusieurs centaines de membres. Ce n'est pas diminuer le grand mérite de ces bénévoles que de constater l'évidence, c'est-à-dire que de reconnaître que sans ce stade qui leur est tombé du ciel, ces associations n'auraient jamais connu un tel développement, si tant est même qu'elles auraient pu persister tout court. Quatre ans plus tard, la convention trouve finalement à s'appliquer du fait de la résidence de l'équipe nationale de Hongrie pour l'Euro 2016, et le fait est que nous sommes tous loin d'avoir su conserver ce stade dans l'état que nous devions pourtant de par la convention. Du coup, les travaux de remise en état du stade supposent quelques semaines de privatisation. Au vu des moyens mis dans ce stade à la fois par l'investisseur au début, puis par le contribuable pour continuer à l'équiper (avec l'éclairage à venir), je souhaite que les usagers, malgré cette contrariété passagère, gardent assez de mémoire pour se souvenir de la chance qu'ils ont de disposer d'une telle infrastructure. 

Les subventions du moment

Foyer Rural Fayence-Tourrettes Aide à la programmation de spectacles 2 500,00 €
Collège Vinci (Montauroux) Activités sportives de pleine nature 12 231,00 €
Collège Vinci (Montauroux) Section sportive aviron 3 700,00 €
AAPCA (vol à voile) Ecole départementale de vol à voile 8 000,00 €

Agenda : quelques dates des jours à venir


11/05 : Réunion sur les tracés de la LGV (Toulon)
12/05 : Réunion publique de Bruno Le Maire (Saint-Laurent du Var)
15/05 : Foire agricole (Mons)
20/05 : Inauguration du Centre médical des Taillades (Seillans)

Facebook
Facebook
Twitter
Twitter
Site Internet
Site Internet
Email
Email
© 2015 - Copyright www.francoiscavallier.com • Tous droits réservés. Vous pouvez à tout moment accéder, faire rectifier ou supprimer les informations personnelles vous concernant ou vous opposer à leur traitement par mail : newslettercavallier@gmail.com. En vertu de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés (dite "loi CNIL"), vos coordonnées ne seront en aucun cas utilisées à d'autres fins ou divulguées à un tiers. Conformément à l'article 38 de la loi CNIL, vous pouvez vous opposer à ce que vos données à caractère personnel fassent l'objet du présent traitement. Pour ce faire, il suffit d'adresser un message à newslettercavallier@gmail.com. Conformément aux articles 39 et 40 de la loi CNIL, vous disposez à tout moment d'un droit d'information, d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Pour l'exercer, il vous suffit d'adresser un message à newslettercavallier@gmail.com






This email was sent to pratclif@gmail.com
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
François Cavallier · Place de l'Hôtel de ville · Callian 83440 · France

Email Marketing Powered by MailChimp

1 commentaire:

  1. Le serpent de mer refait une fois de plus surface. Longue vie à cette légende chère à notre coeur.

    RépondreSupprimer

Bonjour, vous êtes les bienvenus pour partager ici vos commentaires sur la vie du pays de Fayence. Liberté de penser, de commenter et de s'exprimer, est un des fondements d'une vraie démocratie; celle qui permet le bonheur et la prospérité des peuples par la qualité des institutions et leur mode de fonctionnement. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie des propos. Les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs, mais j'en suis seul pénalement responsable.

Les commentaires sont modérés. Vous pouvez commenter sous pseudo ou anonyme; mais je me réserve de supprimer ou modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus ou sans rapport avec le billet: propos racistes, attaques et invectives personnelles, propos insultants, injurieux, diffamatoires...

Je recommande d'utiliser l'option nom/url. Le champ url est lien vers un site web ou une photo; il est facultatif, il peut rester vide.