mercredi, septembre 14, 2016

La passion VITICOLE : Paroles d'Experts


À l’occasion d’une table ronde organisée au château Minuty, quatre professionnels des domaines viticoles ont livré pour « Propriétés Le Figaro » leurs analyses sur l’évolution du secteur.
En guise d’introduction, Michel Veyrier plante le décor : « L’essentiel du marché viticole français se concentre sur l’Aquitaine et les trois vignobles méditerranéens, c’est-à-dire, le Languedoc, le Rhône et la Provence, les autres transactions étant plus confidentielles ». Ce marché spécifique a-t-il été impacté par les différentes crises économiques ? Thibaud Desprets est catégorique : « Le marché se porte bien depuis maintenant 3, 4 ans avec un intérêt accru pour le vignoble provençal grâce aux investisseurs français et internationaux. En volume, à 89 % le vin de Provence est du rosé. C’est un vin émergent dont le potentiel est reconnu bien au-delà de nos frontières.
En Provence, nous sommes passés d’un investissement plaisir à un investissement productif puis maintenant stratégique. Il y a des parts de marchés à conquérir. Le potentiel de création de marque est important ce qui explique que des acteurs émergents achètent des vignes. » Stéphane Paillard abonde en ce sens et apporte ses nuances : « Sur les beaux produits, le marché est globalement stable. C’est un investissement de bon père de famille, véritable valeur refuge. L’évolution est l’arrivée en force des investisseurs professionnels même si la clientèle de néo-vignerons est toujours présente. Sur les autres régions, les grandes opérations phares à Bordeaux, les Margaux, Saint-Julien, Saint-Estèphe, Pessac, Saint-Émilion… sont des appellations qui se portent bien avec une demande et des prix toujours soutenus. La même chose en Côte-de-Beaune. Le marché est constant. Les terroirs rares sont des niches qui progressent régulièrement. » Des tendances apparaissent cependant au fil du temps. « Outre le développement de centres de spa, de beauté… l’autre tendance concerne le néo-vigneron qui se diversifie en voulant des oliviers, des truffiers, des plantes médicinales. C’est un choix économique de ne pas tout miser sur la vigne et de compter sur d’autres débouchées », souligne Sylvie Terrier.




UNE CLIENTÈLE INTERNATIONALE

Quel est le profil des acquéreurs des propriétés viticoles ? Pour nos intervenants et Sylvie Terrier en tête, la clientèle est essentiellement française. Au niveau international, il y a aussi des Britanniques et des Russes. Stéphane Paillard indique que depuis les incertitudes liées au Brexit, « des Anglais ont demandé d’accélérer les ventes de leur propriété ». Il y a bien sûr une clientèle asiatique très présente sur les grands projets de développement nationaux de marque. « À Bordeaux, les Chinois souhaitent véhiculer l’image d’un château reconnu et commercialiser ses vins. Ils veulent aussi constituer des équipes, acquérir un savoir-faire, puis développer leur propre vignoble chez eux », précise-t-il. S’appuyant sur une étude, Michel Veyrier enfonce le clou : « Sur 100 propriétés reprises par les Chinois en France, il y a 18 mois, 96 concernent le marché bordelais. Cela continue et dépasse le cadre des petites opérations. Premier pays producteur, premier pays consommateur dans les cinq ans qui viennent. C’est une nouvelle donne à prendre en compte ».

LES FONDAMENTAUX POUR INVESTIR

En attendant de récolter les fruits d’un investissement, et quelle que soit sa nationalité, acheter une propriété viticole ne s’improvise pas. Pour Michel Veyrier, « les fondamentaux sont de ne pas acheter trop gros et réfléchir de façon positive en se positionnant sur des appellations respectées. Il faut quelque chose qui soit à la dimension de l’investisseur. Le marché est en permanence en mouvement ». Thibaud Desprets considère que si chaque domaine à sa caractéristique, les fondamentaux restent « un domaine avec un vignoble de 15 à 20 hectares et une capacité de production de l’ordre de 100000 bouteilles. La priorité doit être le vin, un terroir à travailler. Et ensuite diversifier. Certes, le rosé représente 89 % de la production en Provence. Mais il y a un potentiel aussi sur les rouges et les blancs. L’idéal est de travailler sur les trois couleurs et de prendre en compte la situation du domaine dans son environnement ». Stéphane Paillard est plus philosophe : « Il faut faire en sorte que la peine ne dépasse pas le plaisir. La réussite d’un investissement, c’est de pouvoir s’épanouir. On oublie trop souvent que le vin est le fruit de l’addition de nombreux détails. Si l’investisseur n’est pas bien, le vin sera technologique, dénué de toute âme. C’est important pour un particulier mais aussi pour une entreprise. Il faut prendre en compte le travail et l’emplacement, le terroir, le vignoble et anticiper aussi la revente ». En ce sens, l’aspect financier est déterminant. Sylvie Terrier témoigne : « Il y a des domaines à 800 000 €, mais à ce prix-là vous n’avez ni la jolie propriété ni le joli terroir, ni la cave et le matériel. Il faut d’abord définir le budget, ne pas acheter tout et n’importe quoi. » En guise de fondamentaux, Michel Veyrier ajoute comme critère de bon achat, la ressource en eau.

OPPORTUNITÉS ET PERSPECTIVES

Dans le domaine viticole, les perspectives sont au beau fixe et il y a des terroirs en devenir. « L’histoire du rosé de Provence n’est pas terminée. Il est en phase avec les gastronomies asiatique, mexicaine… La marque Provence est reconnue à l’international. Elle correspond dans l’imaginaire collectif à un véritable art de vivre », souligne Thibaud Desprets. Même si cela prend plusieurs années, les opportunités existent toujours et ce, quelles que soient les régions. Stéphane Paillard cite notamment « la fantastique petite zone Sainte-Victoire avec ses villages et un potentiel de qualité », sans oublier les valeurs sûres du bourgogne et du bordelais notamment. De son côté, Sylvie Terrier croit beaucoup aux terroirs un peu isolés, au vin de niche avec de petites commercialisations. Quant à Michel Veyrier, il cite Puisseguin, les périphéries de Montpellier, de Toulouse et met en avant notamment le Ventoux, « très recherché et peu cher ». En guise de conclusion, les intervenants font preuve d’optimisme avec la fiscalité incitative pour la clientèle française. Sylvie Terrier croit au retour d’expatriés « qui veulent revenir et réinvestir en France dans le cadre d’achat patrimonial ». Les acheteurs français souhaitent « s’offrir une seconde vie », ajoute Michel Veyrier. Stéphane Paillard estime qu’au-delà des aspects financiers, il y a une démarche, une recherche personnelle de la sérénité, très tendance et bien dans l’air du temps. « Le retour aux sources, le retour aux valeurs fondamentales de la vie. Car la vigne est un cycle long ».

1 commentaire:

  1. Il faudrait ajouter que le consommateur de rosé de Provence n'est pas du tout rancunier, lorsque l'on a connu les horreurs servies sous ce vocable durant des décennies. D'accord, les choses ont changé, mais pas toutes. Réjouissons nous de cette nouvelle mode en faveur d'un vin "local" mais il ne faudrait pas trop se gargariser à bon compte : ce genre de vin peut demain être submergé par des produits étrangers bien moins chers. Et au moins aussi bons.

    RépondreSupprimer

Bonjour, vous êtes les bienvenus pour partager ici vos commentaires sur la vie du pays de Fayence. Liberté de penser, de commenter et de s'exprimer, est un des fondements d'une vraie démocratie; celle qui permet le bonheur et la prospérité des peuples par la qualité des institutions et leur mode de fonctionnement. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie des propos. Les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs, mais j'en suis seul pénalement responsable.

Les commentaires sont modérés. Vous pouvez commenter sous pseudo ou anonyme; mais je me réserve de supprimer ou modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus ou sans rapport avec le billet: propos racistes, attaques et invectives personnelles, propos insultants, injurieux, diffamatoires...

Je recommande d'utiliser l'option nom/url. Le champ url est lien vers un site web ou une photo; il est facultatif, il peut rester vide.