vendredi, mars 17, 2017

Une troisième arrestation - Montauroux - après la fusillade de Grasse | Reuters


NICE (Reuters) - Un ami proche de l'auteur présumé de la fusillade qui a fait quatre blessés dans un lycée de Grasse (Alpes-Maritimes) a été interpellé vendredi à Montauroux, dans le Var, a-t-on appris de source proche de la gendarmerie.


L'individu, un lycéen, était recherché depuis les événements survenus jeudi dans l'enceinte du lycée Alexis de Tocqueville de Grasse. Son frère avait été auparavant interpellé et placé en garde à vue vendredi matin, a-t-on indiqué de source policière.


Le tireur, âgé de 16 ans, fils d'un élu communal de Grasse, interpellé sans heurt par les policiers après avoir fait feu sur des élèves et le proviseur, était toujours entendu vendredi par les enquêteurs de la police judiciaire. Selon les autorités, il s'agit de l'acte d'un adolescent fasciné par les armes à feu et en litige avec d'autres lycéens.

Les enquêteurs s'emploient notamment à déterminer la provenance de son arsenal, un fusil à pompe, une grenade d'exercice et plusieurs armes de poing. L'adolescent se serait procuré ces armes chez ses parents et son grand-père, affirme ce vendredi le site nicematin.com.

Les autorités ont salué vendredi les bons réflexes constatés au moment des faits et lors du confinement des lycéens dans les classes. Un exercice "intrusion attentat" avait été mis en œuvre le 16 octobre dernier dans l'établissement.

Un état-major relatif à la sécurité dans les établissements scolaires a été réuni vendredi par le préfet des Alpes-Maritimes, Georges-Francois Leclerc. Celui-ci a annoncé "un renforcement des patrouilles dynamiques de police et de gendarmerie autour des établissements scolaires dans les jours qui viennent à Grasse, et dans les semaines et mois à venir" à Nice, Cannes, Menton, Antibes et Cagnes-sur-Mer notamment.

Le représentant de l'Etat a également indiqué que des dossiers de demande d'installation de vidéoprotection, portés par des collectivités locales, seraient examinés et financés grâce au fonds interministériel de prévention de la délinquance.

Les enquêteurs s'emploient notamment à déterminer la provenance de son arsenal, un fusil à pompe, une grenade d'exercice et plusieurs armes de poing. L'adolescent se serait procuré ces armes chez ses parents et son grand-père, affirme ce vendredi le site nicematin.com.

Les autorités ont salué vendredi les bons réflexes constatés au moment des faits et lors du confinement des lycéens dans les classes. Un exercice "intrusion attentat" avait été mis en œuvre le 16 octobre dernier dans l'établissement.

Un état-major relatif à la sécurité dans les établissements scolaires a été réuni vendredi par le préfet des Alpes-Maritimes, Georges-Francois Leclerc. Celui-ci a annoncé "un renforcement des patrouilles dynamiques de police et de gendarmerie autour des établissements scolaires dans les jours qui viennent à Grasse, et dans les semaines et mois à venir" à Nice, Cannes, Menton, Antibes et Cagnes-sur-Mer notamment.

Le représentant de l'Etat a également indiqué que des dossiers de demande d'installation de vidéoprotection, portés par des collectivités locales, seraient examinés et financés grâce au fonds interministériel de prévention de la délinquance.

"Une fois que l'enquête pénale aura largement avancé, il faudrait réfléchir sur les conditions d'intrusion des armes de ce jeune mineur dans l'établissement (...) et adapter les mesures de sécurité aux modalités d'intrusion qu'il aura choisi d'adopter" a suggéré Fabienne Atzori, procureur de Grasse lors d'un point de presse à l'issue de la réunion d'état-major.
Source: fr.reuters.com (Matthias Galante, édité par Sophie Louet)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bonjour, vous êtes les bienvenus pour partager ici vos commentaires sur la vie du pays de Fayence. Liberté de penser, de commenter et de s'exprimer, est un des fondements d'une vraie démocratie; celle qui permet le bonheur et la prospérité des peuples par la qualité des institutions et leur mode de fonctionnement. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie des propos. Les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs, mais j'en suis seul pénalement responsable.

Les commentaires sont modérés. Vous pouvez commenter sous pseudo ou anonyme; mais je me réserve de supprimer ou modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus ou sans rapport avec le billet: propos racistes, attaques et invectives personnelles, propos insultants, injurieux, diffamatoires...

Je recommande d'utiliser l'option nom/url. Le champ url est lien vers un site web ou une photo; il est facultatif, il peut rester vide.

Mais les personnes qui ne souhaitent pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme; merci d'indiquer un pseudo en début ou fin de commentaire pour faciliter les échanges.