vendredi, janvier 12, 2018

Voeux des maires 2018. CdC: Plaidoyer pour la solidarité, l'union et le développement du territoire

Source: Var Matin 11/1/2018 Christian Godet.
Mons, c'est le berceau de l'intercomrnunalité locale dans les années 60 et l'histoire du Pays de Fayence et de tous ceux qui l'ont faite. » C'est ainsi que René Ugo, le président de la ComCom, a entamé son discours de présentation des voeux, conjointement avec François Cavallier, vice-président du conseil départemental et en présence du sous-préfet Philippe Portal, du sénateur Pierre-Yves Colombat et de nombreux maires et élus, des présidents d'associations et représentants de la CCI.

Le président a rappelé que « le périmètre pertinent du territoire intercommunal est ancré dans un cadre de vie idéal, avec une identité semi-urbaine, pour un mélange heureux-. Et de souligner ainsi l'importance de son aménagement.

Les dossiers chauds...

Routiers tout d'abord. car la circulation est un problème récurrent et un nouvel axe routier de désenclavement est impératif. Il y a aussi l'espérance de voir arriver le très haut débit d'ici à 2023.

Mais aussi l'ouverture prochaine d'une déchetterie automatique pour les gravats du bâtiment et le site d'enfouissement du vallon des Pins de Bagnols.

Enfin, l'aboutissement du SCoT, approuvé fin décembre 2017 pour un projet ambitieux d'ici 2030.

Les compétences...

La ComCom devra assurer sa compétence pour un véritable maillage opérationnel du territoire, pour la meilleure distribution possible et la gestion des milieux aquatiques et des inondations , a affirmé René Ugo qui a ensuite développé les partenariats existants déjà sur le plan économique (CCI du Var et Union économique). La ComCom possédant aussi une commission très active qui s'affaire sur la restructuration des activités commerciales dans les villages, et une aide à l'agrosylvopastoralisme, entre autres.

Sur le plan culturel, à noter le réseau Médiatem. en partenariat avec la municipalité de Saint-Raphaël, dont le maire Frédéric Masquelier était présent, et la qualité des manifestations labellisées comme Celophan (Cellofan). Musique cordiale. Quatuor à cordes et d'autres. qui seront soutenues.

Sportivement parlant, le président a fait un tour des installations et rappelé le passage du Tour du Haut Var qui fêtera ses 50 ans les 17 et 18 février prochains avec une étape à Fayence.

Sur le plan social, la Maison de services au public est à développer afin d'assurer les services de proximité à tous les habitants du Pays de Fayence.

Quels moyens ?

D'abord humains, avec une bonne équipe de fonctionnaires ayant de grande qualifications, dirigée par Vivien Vial, indiquait le président avant de plaider pour un conseil communautaire solidaire pour les grands enjeux et sur le plan financier, une fiscalité unique et un endettement faible; au service d'un programme pluriannuel d'investissement. Et de citer également  le contrat de ruralité et un autre régional en cours.

René Ugo ne manquait d'ailleurs pas de rappeler l'excellente notation donnée par l'Agence France Locale...

Priorité à la Siagnole et au désenclavement

Intervenant à son tour, au titre de ses fonctions départementales. François Cavallier a concentré son propos sur ses deux priorités pour 2018.

A savoir la transformation de la Siagnole en société publique locale et l'avancement du dossier du nouvel accès en Pays de Fayence. Il rappelait avec humour : •• J'ai pu souffrir sur ces sujets du syndrome du petit cheval blanc « tous derrière et lui devant » et j'en appelle à l'unité des élus du Pays de Fayence sur ces dossiers. Notre volonté ne prévaudra que si nous sommes unanimes et que nous montrons à ceux qui y auraient intérêt, que nous ne sommes pas si faciles à diviser. »


En quelques mots

Pierre-Yves Colombat, sénateur : Vous êtes un modèle de ce que doit être ou rester une intercommunalité... Et les précurseurs de cette dernière. Quand je vois des intercommualités XXL, je me dit que les élus ne risquent pas de se mettre d'accord.. C'est dramatique. »

Philippe Portal, sous-préfet, répondant à François Cavallier : Vos compliments vont aussi à l'équipe avec laquelle je travaille... il faut bouleverser les habitudes sans changer le service rendu aux citoyens, trouver un équilibre avec une orientation qui s'impose à tous... Nous sommes à vos côtés car les Français restent attachés à leur maires».

La conclusion de René Ugo : »Avec une volonté commune affirmée, nous devons avec confiance et détermination envisager ensemble le partage et l'avenir du Pays de Fayence».   

2 commentaires:

  1. "un endettement faible". Si c'est cela qui a été dit, je pense que c'est une erreur. Des projets ambitieux et d'utilité sociétale ne peuvent se faire qu'en recourant à l'emprunt. Les taux sont au plus bas depuis des décennies et tout indique qu'ils le resteront. La bonne gestion consiste à réaliser le bon dosage par le choix des priorités et par l'équilibre dépenses et recettes, dont la dette est un élément. L'endettement des communes et de la CdC est plus faible que les collectivités de la même strate. Voir la rubrique Finances.

    RépondreSupprimer
  2. Vous avez raison , la seule raison valable de continuer à avoir des communes et intercom, c'est justement d'investir pour l'avenir du territoire.
    Et en la matière , je ne constate que seul FC a réalisé et fait réalisé au travers du CG 83 de nombreuses choses utiles dans différents domaines.Même si tout n'est pas parfait.
    Je pense avec d'autres , que la gestion actuelle de type "RonRon" que nous constatons de la ComCom sans parler de toutes les incompétences associées va nous conduire dans le mur.
    Tant au niveau économique,environnemental,touristique et qualité de vie.
    Il n'y a qu'à consulter les compte-rendu des réunions périodiques de la ComCom ! désespérant.
    Comme dans le privé , il faut emprunter, investir , réaliser pour avancer et prévoir !
    Vous prenez souvent en exemple la commune de Mons pour le maintien de son identité mais je vous invite à y regarder de plus près...
    Le tissu associatif est une véritable coqille vide..
    le coeur de village s'est éteint très rapidement avec la perte de 60% des commerces...
    La poste ne tient qu'à un fil..
    L'école est passée de 80 à 35 élèves très rapidement...
    Hormis dans les campagnes et pendant les deux mois d'été , ce village n'attire plus.
    La gestion de son Maire nous a conduit à ce constat triste.
    Investissez dans cette commune et vous passerez du RSI au RSA !!
    Ce n'est pas une fatalité !
    Mais une question de choix et de compétences.

    RépondreSupprimer

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.