dimanche, mars 18, 2018

Le compteur Linky déchaîne les passions dans les communes du pays de Fayence

Source Var Matin 18/03/2018
Les neuf communes du pays de Fayence gèrent l’arrivée des compteurs Linky de différentes façons. Deux d’entre elles ont demandé un moratoire de trois ans, pendant lesquels s’appliquera le principe de précaution.



Seillans demande un moratoire, puis fait machine arrière
À Seillans par exemple, le conseil municipal du 26 août 2016 a adopté ce moratoire, après avoir listé les raisons, dont notamment le fait qu’il "ne soit pas justifié économiquement et écologiquement de se débarrasser des compteurs actuels qui fonctionnent très bien et ont une durée de vie importante", sans oublier de mentionner les possibles problèmes sanitaires des compteurs Linky.
Cependant, un an plus tard, le 30 juin 2017, la situation évolue. "Monsieur le Maire propose à l’assemblée de retirer la délibération du 26 août 2016 et précise qu’au vu des remarques des services de l’Etat dans le cadre de son contrôle de la Légalité, cet acte s’expose à des fragilités juridiques et qu’il convient de le retirer."

Situation différente à Bagnols et Tourrettes:
L’autre commune a avoir demandé un moratoire de trois ans est celle de Bagnols-en-Forêt, sous l’impulsion de Lionel Fabre, diplômé PCR (personne compétente en radioprotection). Ce dernier, élu de l’opposition, a convaincu le maire Michel Tosan et ses adjoints d’adopter le principe de précaution, après avoir présenté les risques sanitaires, mais aussi la possibilité d’être espionné par cette petite boîte verte.

À Tourrettes, en revanche, la tendance n’est pas la même. Michel Raynaud, élu de l’opposition, a bien tenté de faire basculer la municipalité du côté des sceptiques. Sans convaincre le maire Camille Bouge et ses adjoints de voter un moratoire. Ces derniers ont pris le parti de laisser les habitants décider en leur âme et conscience. Les Tourrettans ont donc la possibilité de refuser les compteurs Linky s’ils le souhaitent ou de l’accepter.

Le débat s'invite à Montauroux: À Montauroux, la pose imminente des compteurs a incité le collectif Stop Linky Pays de Fayence à rencontrer le maire Jean-Yves Huet, afin de le persuader d’adopter ce fameux moratoire de trois ans. La question devrait être posée lors du prochain conseil municipal. Comme à Tourrettes, deux consultations pourraient être effectuées en amont avec Enedis et le collectif anti-Linky, avant de trancher.

Dans les autres communes, Mons, Callian, Saint-Paul-en-Forêt, Fayence et Tanneron, le débat n’est pas encore aussi furibond. Pour le moment...

Cet article d'information  contribue à diffuser la peur de ce compteur pour des raisons de risques sanitaires d'ondes electromagnétiques à haute énergie. Pourquoi les communes citées? Parce que des actions militantes ont commencé là.  Rouge Gorge à Seillans, Lionel Fabre à Bagnols et récemment Michel Raynaud à Tourrettes. Suivre ma rubrique LINKY.

3 commentaires:

  1. Pour infos lors de notre installation dans un nouveau logement ,
    il y avait un très vieux compteur obsolète
    nous avons donc demandé auprès d'ENEDIS de faire un changement et avons eu un nouveau compteur Linky sans avoir d'autres choix.
    d'ailleurs à ce jour les fonctions de relevé et autres à distance ne sont pas encore activées.
    si la commune ou nous résidons s'oppose à ce type de compteur, que pouvons nous faire ?

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Exiger de virer cette daube pour un compteur classique (maintenant électronique depuis des années)

      Supprimer

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.