samedi, mars 03, 2018

pays de Fayence: l'État financera des projets d'une "ruralité heureuse"

Var Matin publie cet article ce 3 mars 2018 sous la plume de Emeric Charpentier. Son titre "ruralité heureuse" fait écho aux propos du préfet Jean-Luc Videlaine, pour lequel "tout cela doit concourir à démontrer qu'on peut avoir une ruralité heureuse".
Un contrat de ruralité, signé hier matin entre le préfet du Var et le président de la ComCom, engage l'État sur une vingtaine d'actions visant au développement du Pays de Fayence. Régulièrement attaqué pour son manque de soutien au monde rural, le gouvernement s'engage cette fois à mettre la main à la poche. Suite...

12 commentaires:

  1. ah comme ça fait plaisir d'avoir l'état préfet et sous préfet chez nous. On se conciliabule et on fait un florilège de projets tous aussi vagues et chiffrés à la louche. La RD562 et ses contre allées en 2020, mais seulement entre Barrière et Fondurane. La RD101 à la trappe; et le lycée, Matras fera son possible; il s'y engage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez entièrement raison !
      "flattez moi mon bon blaise"....
      Ils se savent plus quoi faire pour exister et justifier de leur poste ...à part des promesses non tenues ou à la saint glin-glin !
      Il suffit juste d'observer notre territoire un jour "J"
      Celui-ci est peut-être "dynamique" mais ceux qui ont à charge de le faire avancer,le sont beaucoup moins.

      Supprimer
  2. Financera? j'apprends qu'à l'issue de cette réunion, l'état a accordé 300000€ d'entrée de jeu.

    RépondreSupprimer
  3. je lis dans l'article "Ces deux axes regroupent chacun trois des six volets prioritaires du "Contrat de ruralité": l'attractivité du territoire, la revitalisation des bourgs centres, la mobilité locale et l'accessibilité au territoire pour le premier. L'accès aux services publics, marchands et aux soins, la transition écologique et énergétique et enfin la cohésion sociale pour le second."... Mais les pharmacies vont descendre dans la plaine!

    RépondreSupprimer
  4. Donner autant de subventions à cette Com Com ...
    C'est donner de la confiture aux cochons !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. REPONSE A ANONYME DU 4.3 DE 9H.49 / Parfaitement d'accord avec vous, d'autant plus que les "services rendus" sont bien souvent en dessous de tout. Il est vrai que lorsqu'on a eu affaire a certains de cette "organisation" on n'a plus aucun espoir de voir venir une amélioration.

      Supprimer
  5. Je note création d'une maison médicale à Bagnols 4e trimestre 2018 2 millons d'euros. Donc c'est là que ça se fera.

    RépondreSupprimer
  6. Après lecture du contenu de contrat et les sommes allouées aux divers projets , je constate que ceux en lien avec les villages sont globalement de la valeur ajoutée pour ces communes.
    Par contre je m'interroge sur le point n°7 de la tranche 2018 à savoir la réhabilitation de la maison du pays de Fayence ,
    la somme est imporatante 3M€ mais quel est le but final de cet aménagement ? on se fait plaisir la COM COM ?

    RépondreSupprimer
  7. Connait on le budget final de la maison du lac ?.....

    RépondreSupprimer
  8. Il y avait une erreur dans une des lignes de 2018. C'est corrigé. Et le document officiel du préfet est ici.

    RépondreSupprimer
  9. La COMCOM serait elle le bureau de placement des caractériels locaux, notamment ceux officiant à la déchetterie de Tourrettes (qui fonctionnait infiniment mieux lorsqu'elle était gérée par Pizzorno, à l'instar de l'enlèvement des ordures maintenant traitées à l'arrache - on se croirait à Marseille au fini-parti-(pas de fonctionnaires ou assimilés, genre "brigade des feuilles". Des gens qui pérorent ou taillent la bavette entr'eux et vous engueulent si vous ne trouvez pas d'emblée le bon dépotoir. Pour les très anciens, ils pourront se rappeler les cours de casernes dans lesquelles aboyaient les "chiens de quartier" . Minable. Aucune correction,des attitudes menaçantes si vous répondez (le coup de poing n'est pas loin, avec plainte déposée à la clé). Alors que ces zozos ne vivent que d'un salaire qui provient de nos impots. Y a t il un capitaine dans ce navire en perdition? Ou bien le clientèlisme, népotisme et combines aidant, les zozos protégés se croient les rois du monde. Même mon épouse, pourtant placide, s'est faite engueler pour une histoire de cartons dont la destination n'était pas nette. Si ces gens se sentent trop fatigués pour bosser, qu'ils libèrent la place.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je confirme; les travaux d'aménagement sont en cours; ces gens n'ont rien à foutre; et c'est bien la preuve que quand on est agent public on est détenteur du pouvoir d'emmerder les gens.

      Supprimer

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.