mercredi, juin 23, 2010

Inondations dans le Var; comprendre la catastrophe à l'aide d'un hydrographe.

Tous les éléments explicatifs de la catastrophe sont ici. Il ne reste qu'à avoir des éléments quantitatifs par les hydrologues. Lire... (anglais).

11 commentaires:

  1. On peut établir un hydrographe en chaque point de la rivière; les points névralgiques sont évidemment ceux où il y a eu des dégâts; Trans en Provence avec son urbanisation et ses zones d'activité, le bas Argens avec ses campings...
    Le travail de l'hydrologue consiste précisément à faire à postériori des hydrographes, mettre une localisation précise sur chaque photo, interpréter etc...
    Au vu du cours d'hydrologie cité, la Nartuby est une rivière dangereuse pour la présence humaine. Comme un torrent de Montagne.
    En montagne les gens savent et ne construisent pas dans le lit ni à proximité de la rivière, car ces flash floods sont fréquents.
    Pour la Nartuby et plus encore pour le bas Argens c'est moins fréquent. On prend donc les risques. Mais un évènement extrême comme celui du 15 juin se reproduira, c'est CERTAIN. Fréquence? Sans envisager une augmentation de la fréquence et de l'intensité
    à cause du prétendu changement climatique, c'est CERTAIN que cela se reproduira; donc, les mesures (elles sont connues)...
    - cesser d'urbaniser de façon débridée, d'artificialiser les sols, de développer des zones d'activité, à proximité de la rivière
    - endiguer ce qui a été construit pour protéger l'existant;
    - détruire ce qui ne peut pas être protégé
    - entretenir le lit de la rivière pour qu'il n'y ait pas d'obstructions qui la fassent sortir de son lit
    - débroussailler le strict nécessaire à proximité de la rivière pour limiter les écoulements superficiels
    - développer un système d'alerte et former les populations à évacuer, style tsunami.

    - concernant le bas Argens, sauf à interdire les campings, faut les protéger; ceux qui ne sont pas protégeables,
    doivent être interdits ou que les propriétaires sachent que c'est à leurs risques et périls; quand les assureurs cesseront de vouloir les assurer
    ils partiront; quant aux paysans, ils ont l'habitude. On ne peut pas endiguer tout le bas Argens comme on a fait pour le Rhône....

    RépondreSupprimer
  2. L'arrêté du 21/06/10 portant reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle mentionne dans son annexe le canton de Fayence. Quelqu'un a-t-il des informations sur l'importance des dommages survenus dans nos communes ?
    A. Schreiber

    RépondreSupprimer
  3. Renseignements pris : Aucun maire du canton n’a demandé le classement en catastrophe naturelle; ce classement a été prononcé par l’Etat en fonction de critères que nos élus ignorent. Le classement ne donne pas droit à lui seul à quelqu'enveloppe dont nous dépouillerions les “vrais sinistrés": à Callian par exemple, il n’y a aucun dégât et la commune n'a rien demandé. Le classement de Fayence dans les 9 communes sinistrées doit donc résulter d'une anomalie administrative.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,
    nous découvrons votre blog qui est une vraie mine de reflexion et d'attitude citoyenne... Merci...
    Plus modestement, nous avons créer le notre, en lien avec d'autres, nous intervenons sur la filière des traitements des déchets industriels, que deviennent nos voitures et tous nos bien matériels une fois usés et comment ces dossiers sont gérés par nos politiques...
    http://www.pasresponsables.blogspot.com
    Bien à vous

    RépondreSupprimer
  5. des idées ? il ne peut y avoir de vague sans apport brutal d'eau et la seule explication est la rupture d'un barrage "castor" à la fois sur la Nartuby et sur l'Argens. Pour info, une amis habitant en aval de Carcès m'a témoigné qu'à ce niveau, l'Argens n'est pas monté de plus de 1 mètre... Pour info, plus de 100 victimes à ce jour... et ce n'est pas fini

    RépondreSupprimer
  6. toutes ces explications certes, mais comment se fait il que la frayère, ru (à sec ou presque toute l'année) traversant auribeau / siagne se jetant dans la siagne en amont de pégomas, soit devenu en 1994 une vague dévastatatrice emportant tout sur son passage ? Bien sur, les fortes pluies... mais les experts on conclu à la rupture d'un barrage "castor" du fait du non entretien des berges. Pour l'Argens, je ne sais pas à partir de vidauban, mais en amont, l'argens appartient aux propriétaires fonciers. Ceci nous est toujours rappelé par le gérant "canoé provence" quand nous louons un canoé. Il précise d'ailleurs que cette rivière est l'une des très rare n'appartenant pas au domaine... A ce propos, j'ai vu à hauteur du thoronet, un propriétaire hisser au beau milieu de l'argens une palissade de barbelés pour empêcher les canoés d'accoster sur son terrain.. A cet endroit le lit est étroit comme on le trouve à correns, carcès... Comme dit michel, la plaine de l'argens est souvent inondée, avec des précipitations parfois plus importantes, jamais de ma mémoire il n'y a eu de vague déferlante

    RépondreSupprimer
  7. @Sylvain
    NON, NON; vous vous trompez; cette rumeur est infondée et ne tient pas l'examen; le barrage de castors ça se construit sur des petites rivières à petit débit dans des zones plate; dès qu'une crue survient le barrage est emporté; les castors ne perdent rien, pas de frigidaires, pas de climatiseurs, de chaises en plastique, de téléviseurs, d'ordinateurs, de matelas etc. etc. C'était come cela autrefois pour nos paysans qui cultivaient en zones inondables, il ne perdaient pas grand chose. Avez vous déjà essayé de barrer un torrent de montagne à débit important? sans parler de la situation s'il est en crue? RIEN, absolument rien, ne résiste à l'eau. Pour construire un barrage, il faut dévier la rivière, et apporter une quantité énorme de matériaux, ou construire un ouvrage de génie civil. Non, l'énorme venue d'eau de la Nartuby à la sortie des gorges de Chateaudouble à Rebouillon, à l'entrée de Draguignan au pont de Pierre de Fée, à la ZA de l'Hermantaire, à Trans en Provence, s'explique par le concept de l'hydrographe; un épisode orageux très concentré, très intense sur une courte durée - il est tombé entre 400 et 600mm d'eau entre le 15 juin début d'AM et le 16 juin matin- sur un bassin versant très penté, très étroit, une montée très rapide du niveau des eaux dans la rivière principale et ses affluents dont la section devient insuffisante pour contenir le débit; en débordant de son lit les eaux en furie emportent tout obstacle ou les contournent: maisons, voitures, caravanes, bâtiments etc. C'est bien ce qui s'est passé. L'urbanisation ici, vu la nature de la Nartuby un torrent de montagne, n'est pas la cause de la catastrophe. L'urbanisation - en zone inondable naturel - c'est ce qui fait que cet épisode et le comportement de la rivière ont eu des conséquences dramatiques en pertes de vies humaines, de dégâts aux infrastructures, aux résidences, aux bâtiments commerciaux et industriels et à tous les biens qu'ils contenaient. Depuis l'entrée de Draguignan jusqu'à la sortie de Trans en Provence les abords de la Nartuby sont jonchés de déchets de tous ordres et d'amoncèlements de tous les biens perdus qui iront grossir les méga décharges de Balançan et de Bagnols.

    Quant au bas Argens; le fleuve est sorti de son lit dans la nuit du 15 au 16 juin; les eaux ont monté de 2.5m à 03h00 m'a dit un habitant de la plaine; les serres ont été emportées; toute la plaine était devenue un lac. Ces habitants sont sortis de leur cabanon l'eau à la ceinture et se sont réfugies sur un arbre. Les eaux descendaient vers la mer mais bloquées par la route, les étangs de Villepey se sont remplis; les eaux passaient au pont de St Aygulf. Avant que les eaux reprennent leur lit, elles avaient emporté sur leur passage tout ce qui faisait obstacle: serres, caravanes, voitures.

    RépondreSupprimer
  8. @ Pierre Ratcliffe pratclif@free.frÀ 24 juin, 2010 19:35

    ah c'est comique bien sur personne. Celle là elle est comique

    c'est une histoire d'argent c'est tout!!!

    LENAÏF

    RépondreSupprimer
  9. parce que vous pensez pierre, que le barrage naturel s'est formé le jour de la crue ? non, ce jour la, il s'est rompu après avoir retenu l'eau suffisemment pour créer un raz de marés

    RépondreSupprimer
  10. Non vous ne pouvez pas dire cela; j'ai visité le terrain tout le long de la Nartuby; la moitié de la route a été emporté sous Chateaudouble Photo.... Les gens du syndicat intercommunal d'aménagement de la Nartuby (SIAN) savent parfaitement que la rivière est dangereuse, ils patrouillent la rivière tous les jours, et avec l'alerte orange de météo France ils étaient sur le pied de guerre.... ils ont des informateurs.... Donc il ne faut pas lancer des rumeurs!!! évidemment, si cette HYPOTHESE s'averrait, ce serait très grave et il y aurait des responsabilités. Aujourd'hui il n'y a pas d'éléments objectifs à l'appui d'une telle rumeur!

    RépondreSupprimer
  11. c'est très grave et c'est pour celà que motus et bouche cousue de la part de tous.

    RépondreSupprimer

Bonjour, vous êtes les bienvenus pour partager ici vos commentaires sur la vie du pays de Fayence. Liberté de penser, de commenter et de s'exprimer, est un des fondements d'une vraie démocratie; celle qui permet le bonheur et la prospérité des peuples par la qualité des institutions et leur mode de fonctionnement. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie des propos. Les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs, mais j'en suis seul pénalement responsable.

Les commentaires sont modérés. Vous pouvez commenter sous pseudo ou anonyme; mais je me réserve de supprimer ou modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus ou sans rapport avec le billet: propos racistes, attaques et invectives personnelles, propos insultants, injurieux, diffamatoires...

Je recommande d'utiliser l'option nom/url. Le champ url est lien vers un site web ou une photo; il est facultatif, il peut rester vide.

Mais les personnes qui ne souhaitent pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme; merci d'indiquer un pseudo en début ou fin de commentaire pour faciliter les échanges.