jeudi, février 17, 2011

Planète Terre: comment consommer tout ce que l'on veut sans piller la planète


La prise de conscience des excès de notre société productiviste et consumériste pour des produits de consommation non durables, est partagée par de plus en plus de monde. Les processus de production de nos produits consommables sont de longues chaînes partant des lieux de production de la matière première, à travers les lieux de transformation jusqu'au produits finals en magasins, jusqu'aux décharges où ces produits finissent rapidement comme déchets. Notre consommation est en relation avec les dégâts écologiques que la production provoque quelque part sur cette chaîne - l'huile de palme des potato-chips sur les forêts de Bornéo, l'épuisement des ressources en eau du Tarim, du Syr Daria et de l'Amou Daria pour le coton et les multiples habits que nous achetons dans l'année en réponse à des actions marketing...

Les changements de mentalité commencent à percoler nos sociétés. Comment changer de paradigme pour que l'utopie d'un monde meilleur devienne réalité - une économie sociale et politique au service de TOUS ceux qui oeuvrent tout le long de ces chaînes de production? Trouver et privilégier l'essentiel: le capital accumulé par les générations successives, les relations qui constituent le tissu social, la production locale, l'éducation, la qualité de vie ... et abandonner cette course effrénée à la consommation de produits éphémères dont on ne se sert que le temps d'un caprice et qui vont vite grossir les tas de déchets... Traiter les déchets comme des matières premières... certes, mais ce serait mieux de ne pas produire autant de déchets et de modifier nos habitudes de consommation.

1 commentaire:

  1. En relation avec cette émission... Les plastiques se concentrent en de vastes "îles" sur les océans et menacent toute la chaîne alimentaire jusqu'à nous compris... Lien.

    RépondreSupprimer

Bonjour, vous êtes les bienvenus pour partager ici vos commentaires sur la vie du pays de Fayence. Liberté de penser, de commenter et de s'exprimer, est un des fondements d'une vraie démocratie; celle qui permet le bonheur et la prospérité des peuples par la qualité des institutions et leur mode de fonctionnement. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie des propos. Les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs, mais j'en suis seul pénalement responsable.

Les commentaires sont modérés. Vous pouvez commenter sous pseudo ou anonyme; mais je me réserve de supprimer ou modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus ou sans rapport avec le billet: propos racistes, attaques et invectives personnelles, propos insultants, injurieux, diffamatoires...

Je recommande d'utiliser l'option nom/url. Le champ url est lien vers un site web ou une photo; il est facultatif, il peut rester vide.

Mais les personnes qui ne souhaitent pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme; merci d'indiquer un pseudo en début ou fin de commentaire pour faciliter les échanges.