dimanche, décembre 03, 2006

Suis-je de droite ou de gauche

9 commentaires:

  1. je ne me rappelle pas quel est le nom de ce philosophe, marié à mireille "le petit conservatoire de la chanson" qui étudia la gauche et la droite.
    Il conclu son analyse par ceci :" l'homme de droite préfère les choses et l'homme de gauche les hommes" Il ajoute : difficile de se prononcer sur tel ou tel homme politique. J'ai vu des hommes de droite préférer les hommes et des hommes de gauche préférer les choses". Il cite qq exemples dont De gaulle. "dans ses discours, celui ci s'adressait toujours en premier lieu aux françaises et aux français. Ne peut on pas dire par là qu'il préférait d'abord les individus "françaises - français" avant les choses matérialisées ici par "la france" ?
    En ce qui me concerne, j'ai des amis à gauche et des amis de droite. Je ne peux pas dire que ceux de gauche préfèrent les individus avant les choses. Je ne peux pas dire le contraire non plus. Bref, c'est pas simple. ëtre de gauche selon moi, ce n'est pas adhérer à un parti. C'est vouloir donner à l'individu la priorité. Et ça, peut de gens de gauche du canton que je connais ne savent le faire, même si le discours semble parfois aller dans ce sens...

    RépondreSupprimer
  2. Présentation par l’éditeur
    « Les deux manuscrits associés ici étaient initialement destinés à former des publications indépendantes. Emmanuel Berl évoquait ses souvenirs d'enfance et de jeunesse quand Patrick Modiano vient le soumettre à cet « interrogatoire » dont l'essentiel porte sur l'entre-deux-guerres.
    Pourtant, à les lire d'affilée, le lecteur ne pourra qu'être frappé par leur parenté profonde. Ils sont enfants de la même portée. Il fait beau, allons au cimetière possède sans doute son rythme et sa nécessité propres, tandis que l'Interrogatoire eût à coup sûr été tout différent si c'était aux curiosités de tel ou tel de ses autres habitués du Palais-Royal que Berl avait répondu.

    Mais l'homme-reflet que Modiano a l'art de faire apparaître dans son Interrogatoire, ce pamphlétaire de Mort de la pensée bourgeoise nourri dans le sérail de Bergson et de Proust, ce déroutant directeur de Marianne qui en vint à rédiger les premiers discours de Pétain tout en trouvant ridicule la seule idée de la révolution nationale, ce Juif munichois intime de Malraux et mari de Mireille, toute cette personnalité apparemment déconcertante d'intellectuel aux aguets et de pacifiste forcené s'éclaire du récit de son enfance et de sa formation. »

    (source : site Gallimard).



    ● Le recueil des souvenirs d’Emmanuel Berl par Modiano a donné lieu, bien après la publication du livre, à une polémique soulevée par Pascal Sevran, qui suggère qu’il en est le véritable coauteur.

    Lire la chronique de Pierre Assouline sur le sujet

    RépondreSupprimer
  3. n'est ce pas Emmanuel Berl qui a écrit pour le maréchal pétain "je hais ces mensonges qui nous font tant de mal ?"
    Belles fréquentations

    RépondreSupprimer
  4. Concernant les 2 derniers commentaires, excusez moi, mais je ne comprends pas la relation avec le message d'origine.

    RépondreSupprimer
  5. Pas facile lorsque les limites traditionelles des identités gauches- droites ne suffisent plus pour se situer.Et pourtant, dans l'isoloir, il faut bien se décider, car l'offre politique est , en général formulée de cette façon.L'histoire ne nous aide pas beaucoup, car elle a empilé les concepts et les vocabulaires.
    Pour les Lumières, la gauche, c'était la liberté,puis ce fut "la gauche, c'est la révolution", puis ce fut la revendication de l'égalité, formelle puis réelle ensuite, puis le marxisme, puis la formule de J.Jaures, reprise du Protagoras"L'homme est la mesure de toute chose",puis le mouvement , le progrès,puis la volonté de maitrise collective de l'avenir, puis la notion de liberté individuelle, qui est contenue dans le mot libéral, et qui conduit à la protection de la personne et des avantages aquis, et enfin, la difficulté d'exercer le pouvoir.
    Même si le clivage n'est pas net, je pense, malgré tout ,que la notion de gauche et de droite est pertinante, si on débroussaille un peu et si on élimine la révolution.
    Ou préféreriez vous "Conservateur/Progressiste"?
    Pour vous aider, je vous recommande l'écoute de deux émissions de Monique Conto-Sperber"Questions d'Ethique" sur France Culture, dans le mois qui vient de s'écouler, l'une traitant du fondement moral de la droite, l'autre de celui de la gauche.Il y a aussi un livre récent d'Alain Bergounioux, historien qui fait autorité en la matière, livre que je n'ai pas lu.
    Bon courage dans votre recherche.

    RépondreSupprimer
  6. Merci Charles D. Je viens justement de lire des extraits de cours de Monique Conto-Sperber sur l'Ethique des sciences à l'école polytechnique. Autre réflexion: être libéral aux US c'est être de gauche.

    RépondreSupprimer
  7. je crois qu'il ne pas amalgamer néo socialisme et socialisme et néo libéral et libéral

    RépondreSupprimer
  8. Cher Charles D. Le temps passe... voici déjà 10 ans que je collectionne articles et essais divers. Voir cette liste de liens sur l'économie et le libéralisme.

    RépondreSupprimer

Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer tout commentaire indésirable selon les critères ci-après: propos racistes, attaques et invectives personnelles; et que les commentaires soient signés et accompagnés d'une adresse email valide.