lundi, octobre 29, 2007

Pour sauver le Vallon des Fréyères; manifestation dimanche 28 octobre 2007


Cette manifestation citoyenne d'environ 200 personnes (je ne suis pas spécialiste de comptages...) s'est déroulée dans la dignité et la bonne humeur. J'ai noté, outre la présence de la gendarmerie, celle des RG section Draguignan et celle de Var Matin Draguignan. Voir l'article de Var Matin.

6 commentaires:

  1. Pour avoir assisté/participé (il ne faut pas faire de décharges à cet endroit) à la manifestation de dimanche, je voudrais donner quelques reflexions sur ce sujet.
    On est évidement impressioné par l'engagement citoyen et le bon sens qui l'anime et on se demande comment on en est arrivé la, c'est à dire à cette forme de conflit. Le coupable est identifié facilement.Il faut dire à sa décharge (mauvais jeu de mots, même s'il est de circonstance) que sans doute soumis à d'amicales pressions de ses collègues édiles, du département, et de la région, attiré par la perspective d'une source de revenus supplémentaires pour sa commune et peut être animé par la volonté d'oeuvrer pour le bien public, un maire peut être conduit à prendre une mauvaise décision(proposer un décharge dans un site Natura 2000). L'autre aspect est que les gravas du BTP existent, ils existeront de plus en plus, et que les solutions proposées pour en disposer ne sont pas satisfaisantes(Voir la manif . de dimanche).Les offres de recyclages (routes, pistes d'aéroports etc...) sont peu nombreuses, donc les sites de décharges sont inévitables(du reste je me demande comment fut traité ce problème dans l'après guerre, quand il a fallu évacuer les décombres des villes).Ce qui parait injuste et inefficace est de donner aux maires des responsabilités dans ce domaine.Soit ils les refusent, soit ils les gèrent en catimini, au grand déplaisir d'une partie de la population. Rares sont ceux qui ont les compétences et les resources pour attaquer un problème de ce type à bras le corps.
    Il faudrait monter d'un cran dans l'approche du problème et de ses solutions, au niveau des initiatives.Soit départemental, régional, et même national.Sinon se multiplieront les décharges sauvages "autorisées",disséminées dans toutes les communes.Il faudrait faire l'inventaires des sites qui qualifient pour y mettre des déchets, des sites plutôt vastes et centralisées.Il appartiendra toujours aux maires de donner leur accord, ultimement, mais les études d'impacts auront été faites etc....Le coût de ce traitement sera plus élevé, - il n'est que juste qu'une commune qui accepte les nuisances d'une décharge en tire des revenus -,il conduira l'industrie du BTP à integrer mieux ces coûts dans ses prix.C'est le prix que nous, citoyens devrons et serons prêts à payer pour construire et démolir des maisons,pour construire et démolir des lycées, et enfin avoir un traitement responsable et équitable de ce problème, qui prenne en compte tous ces aspects.Car rien n'est gratuit, en tout cas, pas l'utilisation du vallon pour une décharge.La manif de dimanche était un pas dans la bonne direction.
    Charles D.

    RépondreSupprimer
  2. Il y a des sites de remblaiement dans le canton. Voir à la sortie de St Paul en direction de Fayence, rive gauche du vallon; voir aussi au carrefour des 4 chemins de la RD562 à droite en venant de St Paul; ce site est parfaitement géré par les professionels qui y amènent leurs gravats. Il y a aussi un site privé sur la RD56 sur la droite à l'arrivée sur le plateau, en direction de Chateau Grime. Bref des besoins de remblaiement existent sur toutes les communes.

    RépondreSupprimer
  3. L'autre reflexion, ou question,qu'il faudrait poser est de savoir pourquoi, depuis des mois que cette affaire est sur le devant de la scène, "ce" maire attache tant d'obstination et de détermination à "faire"(ou à faire faire) et mieux encore, malgré les oppositions, à continuer.
    à qui profite, ou profitera le "crime" ?
    à qui aurait été confiée la gestion de ce site ? (je dis aurait car je suis encore confiant)
    Il faudrait lui poser la question....

    RépondreSupprimer
  4. On peut imaginer qu'il (ce maire) est bien em..... avec cette affaire.Il a sans doute pris des engagements avec des entreprises de concassages, et ne peut ou ne veut les défaire- c'est une question de coût pour la commune.En tout cas, si je suis bien informé, il a le droit,sans autorisation sauf celle de son conseil municipale, de faire procéder au remblaiement du chemin d'accès avec des gravats,décharge ou pas.Et c'est ce qu'il fait en ce moment.
    Voyons comment il va gèrer la suite des évènements.A mon avis, pas de provocations pendant la campagne électorale, pas de décharge sauvage sur le chemin, etc...Le danger est après.
    Un autre aspect à prendre en compte est la responsabilité personnelle d'un maire, s'il y a faute.Il semblerait qu'un maire peut être recherché sur ses biens personnels s'il a commis une faute dans l'exercice de ses fonctions.Mais je ne suis pas assez versé sur le sujet.Peut être le modérateur de ce site pourrait-t'il nous éclairer.
    Charles D

    RépondreSupprimer
  5. Il y a inobservance de la loi dans tous les cas.On n'a pas le droit d'élargir une piste forestière quelle qu'elle soit sans demande d'autorisation, encore moins y déposer des remblais non analysés. On n'a pas le droit de défricher sans autorisation. Dans le cas présent, l'installation de concassage est illégale et le Maire doit faire valoir son pouvoir de police, faire cesser le chantier de concassage et mettre les installations sous séquestre. Si le Maire n'exécute pas les règlements il est hors la loi !

    RépondreSupprimer
  6. vous avez raison; mais l'entrepreneur du concassage ne fait que le travail qu'on lui a demandé; il est forcément là avec l'accord du maire; alors "faire valoir son pouvoir de police"??? Le maire est "hors la loi" depuis le début de toute cette affaire...

    RépondreSupprimer

Ce blog est ouvert à la contradiction par la voie de commentaires. Je tiens ce blog depuis fin 2005; je n'ai aucune ambition ni politique ni de notoriété. C'est mon travail de retraité pour la collectivité. Tout lecteur peut commenter sous email valide ou sous son nom. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie.
- Je modère tous les commentaires pour éviter le spam et d'autres entrées malheureuses possibles.
- Cela peut prendre un certain temps avant que votre commentaire n'apparaisse, surtout si je suis en déplacement.
- Je n'autorise pas les attaques personnelles. Je considère cependant que ces attaques sont différentes des attaques contre des idées soutenues par des personnes. Si vous souhaitez attaquer des idées, c'est bien, mais vous devez alors fournir des arguments et vous engager dans la discussion.
- Je n'autorise pas les commentaires susceptibles d'être diffamatoires (au mieux que je puisse juger car je ne suis pas juriste) ou qui utilisent un langage excessif qui n'est pas nécessaire pour l'argumentation présentée.
- Veuillez ne pas publier de liens vers des publicités - le commentaire sera simplement supprimé.
- Je suis pour la liberté d'expression, mais il faut être pertinent. La pertinence est mesurée par la façon dont le commentaire s'apparente au sujet du billet auquel le commentaire s'adresse. Si vous voulez juste parler de quelque chose, créez votre propre blog. Mais puisqu'il s'agit de mon blog, je vous invite à partager mon point de vue ou à rebondir sur les points de vue enregistrés par d'autres commentaires. Pour ou contre c'est bien.
- Je considère aussi que la liberté d'expression porte la responsabilité d'être le propriétaire de cette parole.

J'ai noté que ceux qui tombent dans les attaques personnelles (que je supprime) le font de manière anonyme... Ensuite, ils ont l'audace de suggérer que j'exerce la censure.