vendredi, mai 30, 2008

Dimanche 1er Juin: rencontres EcoBio à Tourrettes.


Venez nombreux à ces rencontres; elles vous permettront de prendre la mesure des changements de comportements qui commencent à s'imposer à nous... L'actualité présente - hausse du prix des carburants, hausse des produits alimentaires, baisse du pouvoir d'achat, changement climatique - se rapporte bien aux objectifs des rencontres EcoBio! Voir ici.

13 commentaires:

  1. De la mayonnaise à l’huile de vidange... C’est dans Le Canard Enchaîné... Ca ne met pas vraiment en appétit, si vous êtes devant votre café-croissant... C’est l’histoire du groupe Saipol, le numéro 1 français de la transformation des oléagineux, et accessoirement propriétaire de Lesieur... Fin février, il reçoit une cargaison de 40.000 tonnes d’huile de tournesol achetée en Ukraine... Sauf que cette huile a été coupée au lubrifiant pour moteurs... L’entreprise ne s’en aperçoit pas avant la fin mars, quand un autre industriel du nord de l’Europe, ayant reçu une livraison identique, l’en informe... Jusque-là, la bonne foi de Lesieur n’est pas mise en doute... C’est après que ça se corse... Le français met un mois avant de prévenir la répression des fraudes... qui fait retirer tous les lots de mayonnaise, de plats cuisinés, de vinaigrettes industrielles et autres conserves préparés avec cette huile...

    La DGCCRF qui explique au Canard, qui lui demande combien de lots ont été retirés en tout : "Compte tenu du nombre d’entreprises concernées, il est impossible d’en connaître le nombre exact"... Et impossible donc de savoir si tout a été retiré...

    D’autant que la Commission Européenne s’est fendue la semaine dernière d’une recommandation autorisant la vente de tous les aliments contenant moins de 10% d’huile de tournesol frelatée... ce qui laisse de la marge à pas mal de salade... étonnant non!!!!.

    RépondreSupprimer
  2. Laurent Cabrol refuse d’imputer la faute entière à l’humanité, et rappelle justement les périodes de réchauffement et de glaciation qui ont accompagné notre civilisation depuis le Moyen Âge. Il évoque les deux millions de Français morts de froid sous le règne de Louis XIV, la Seine et la Loire gelées. Il raconte l’optimum médiéval, réchauffement climatique entre 900 et 1300, qui voit les Vikings s’installer au Pays vert (le Groenland). Il dénonce la partialité de la presse et des “spécialistes”, réunis autour d’un consensus de culpabilisation de l’homme. Et pose la question : “Et si la terre était capable de créer elle même ses défenses naturelles contre les agressions, comme l’homme combat ses maladies ?
    André Malraux disait que le XXIe siècle serait celui de la spiritualité.
    Nous pouvons parier aujourd’hui qu’il sera aussi celui de l’écologie. […] On cherche à nous faire croire que nous sommes les grands fautifs du réchauffement. Or,nous émettons,nous,Français, 2 à 3 % seulement du total des émissions de gaz à effet de serre de la planète. Nous devons ces performances à nos centrales nucléaires qui nous donnent de l’électricité propre pendant que les Chinois mettent en service une centrale à charbon toutes les semaines. […] À l’échelle de l’atmosphère, nos rejets sont insignifiants. En réduisant de 10 kilomètres/heure notre vitesse sur les autoroutes,nous économiserions en un an ce que les Chinois consomment en trois heures.(Rigolade)

    Actuellement dans le collimateur de nos dirigeants et des écolos : la voiture. Parce que, à leurs yeux, les Français ont un gros défaut, ils aiment leur auto.Les habitants des villes moyennes et du monde rural , eux, ne considèrent pas leurs voitures comme un luxe mais comme une nécessité vitale. Et ceux qui résident en banlieue ou en zone périurbaine savent qu’elle est indispensable. Économiser de l’énergie est salutaire, surtout au prix de l’essence, mais cessons de nous dire que l’on sauve la planète en prenant son vélo ou son cheval.

    Je cherche les radios ou les télés qui émettent, ne serait-ce que quelques secondes, des réserves sur les infos qu’elles donnent à propos du réchauffement. Sur ce sujet, aussi aléatoire, imprécis, incertain, balbutiant et grave à la fois, où est l’esprit critique ? Si nous pensons tous la même chose, c’est que nous ne pensons plus rien…”
    “L’océan est bel et bien le carburant de l’atmosphère. Son rôle est essentiel dans le fonctionnement du climat et, cependant, notre connaissance de cette machine thermique est encore balbutiante. Nous tenons là une clé magique pour comprendre le temps, et nous en savons tellement peu sur le sujet…

    Est-ce que le climat qui est le nôtre aujourd’hui a été déterminé, il y a quelques siècles, dans un autre coin du globe ? C’est fort probable. Mais alors,pourquoi les océans ne seraient-ils pas aussi responsables de l’élévation des températures ? Ils libéreraient dans l’atmosphère une chaleur accumulée il y a bien longtemps, provoquant le réchauffement de la mer et de la planète.

    Autre réflexion : l’inertie thermique de l’eau est telle que, depuis soixante dix ans, les océans se réchauffent plus lentement que l’atmosphère. En ce moment, ils accumulent et stockent une énergie calorifique colossale et ils vont un jour la libérer, quoi que nous fassions… Tous nos efforts pour rééquilibrer les températures seraient donc vains.

    Ce qui tendrait à prouver que nous sommes étrangers à ce qui nous arrive. C’est la faute à Louis XIII, il a régné sous un siècle de douceur. Boutade de climatologue ! En réalité nous n’en savons rien. Seule certitude : la mer se réchauffe…"

    "On a vu que l’océan ressemblait à un tapis roulant et que les eaux de surface plongeaient dans les abysses en se refroidissant. Ce plongeon entraîne avec lui une partie du gaz carbonique qui s’est dissous dans l’eau et va le reléguer au fond des mers pendant mille ans.Mais il existe une autre pompe à carbone. Celle-là est biologique. Elle est actionnée par deux stars des surfaces océanes, deux bactéries au nom barbare : Prochlorococcus et Synechococcus.Elles existent par milliards dans les eaux de surface des mers.Ces bactéries vivent grâce à la combinaison de la lumière et du gaz carbonique qu’elles avalent.

    Serait-il idiot de suggérer qu’elles puissent devenir de grosses dévoreuses de carbone ? Idiot d’imaginer qu’elles puissent se réactiver ou même que nous les multipliions ? Serait-il idiot d’imaginer que le globe, organisme vivant, crée en son sein des cellules avaleuses de CO2 comme notre organisme crée des anticorps pour lutter contre les maladies ?"
    Nos avons du pain sur la planche ,avec des convictions que les écolos nous bassines avec leurs idéos verdâtre!.

    RépondreSupprimer
  3. Réponse à un sceptique sur le changement climatique
    Pas de haro sur les "écolos". Les "écolos" sont des gens comme vous et comme moi qui voient les signes du réchauffement climatique, comme nous en informent à longueur d'année maintenant, le GIEC et les 2500 scientifiques de toutes disciplines qu'il coordonne. Vous exprimez le point de vue de sceptiques. Le climat a toujours changé... exemples les Vikings au Groënland, la période chaude du début du 2è millénaire, le petit âge glaciaire du 16è et 17è siècles... Sceptiques qui nous disent qu'on peut continuer de faire comme si de rien n'était, le "business as usual" des anglais. Le petit âge glaciaire c'est du passé et c'était avant la révolution industrielle et sa formidable explosion depuis 5 décennies.

    Ce qui a changé, c'est que nous émettons 7.8 milliards de tonnes de carbone (2007) - 28.6 milliards de tonnes de CO2 - dans l'atmosphère en brûlant charbon, pétrole et gaz accumulés dans les sédiments pendant des millions d'années et que cela augmente d'année en année. Ces 28.6 milliards de tonnes de CO2 sont absorbés par les puits que sont la biomasse terrestre et les océans, selon le schéma simplifié que voici; mais les scientifiques qui étudient le bilan carbone de la planète nous disent que chaque année une partie des 28.6 milliards de tonnes de CO2 n'est pas absorbée par les puits et que chaque année nous ajoutons 3.2-3.5 milliards de tonnes de carbone à l'atmosphère. Voir ici. Là est l'observation factuelle avec les connaissances scientifiques du moment. Ceux d'entre nous qui nous en sont convaincus - et c'est la grande majorité actuellement, n'en déplaise aux Claude Allègre, Laurent Cabrol, Michael Spielberg et autres sceptiques - disent: il faut s'adapter ce qui veut dire réduire notre dépendance à l'égard des combustibles fossiles et augmenter les efforts de recherche.

    Chaque pays doit prendre sa part de l'effort car nous sommes tous interdépendants, par delà les notions traditionnelles de nations et de frontières artificielles. Si les EU sont les premiers émetteurs (20%) suivis de la Chine 18.4% et de l'UE 11.4% (la France 1.4% est le 15è en taille). Voir ici.

    Là où je suis d'accord avec vous et que je fustigerai certains aspects "écolos" c'est qu'il ne faut pas se tromper de cibles pour réduire notre consommation d'énergie. Mais avant cela, relativisons le nucléaire: la France consomme 176 millions de tonnes équivalent pétrole par an sous toutes formes; et 70% de cette de énergie (123.2Mtep) provient du pétrole et gaz - il y a encore 1.8% de charbon importé notamment pour les centrales thermiques du Havre et de Cordemais, 20% de l'électricité (35.2Mtep) et 10% (17.6Mtep) d'énergies renouvelables. Sur les 20% d'électricité 78% sont produits par la filière nucléaire; donc le nucléaire ne représente que 16% de la consommation d'énergie totale. Si la France est bien placée en électricité nucléaire ce qui réduit les efforts à faire pour diminuer notre consommation d'énergie, on ne va pas faire basculer toute la planète dans notre système. La raison principale en est - au delà des aspects sûreté nucléaire et de la crainte des populations - que les réserves d'uranium naturel sont très limitées. Les centrales utilisent de l'uranium enrichi à 5% appelé Yellow cake; si on voulait s'affranchir de cette contrainte il faudrait enrichir à 95% ce qui exige une technologie très avancée qui n'est pas accessible à tout les pays, mais alors on tombe dans une matière qui peut servir à faire des bombes atomiques. Or la communauté internationale, à travers le watchdog qu'est l'AIEA s'efforce d'empêcher cette évolution. Bref, l'extension du nucléaire au monde entier n'est pas envisageable et de toute façon cela ne concerne que 16% (pourcentage du monde, publié par l'AIE) de l'énergie consommée dans le monde sous forme d'électricité.

    Cela étant dit, revenons aux cibles. Ce n'est pas par l'extinction des veilles de TV ou les lampes à faible consommation - qui au passage consomment plus d'énergie à fabriquer que les lampes à incandescence - ou par le photovoltaïque le solaire et l'éolien que nous allons diminuer dramatiquement notre consommation d'énergie fossile. Tous ces moyens, notamment les derniers contribuent mais de manière marginale. C'est dans trois domaines que nous devons agir: le chauffage des bâtiments, les transports routiers, maritimes et aériens, et les produits manufacturés. Ces 3 postes sont 70% de notre consommation d'énergie. A chacun de voir de manière responsable ce qu'il peut contribuer aux économies nécessaires: par la modération et la frugalité. Il est vrai que l'énergie pétrole abondante et bon marché, supposée sans impact sur l'environnement nous ont conduit à adopter le mode de vie que nous avons aujourd'hui ce qui a commencé après les années 60; la voiture est devenue indispensable à tout le monde, plus personne ne peut s'en passer. Les produits manufacturés sont devenus indispensables à tout le monde, y compris ceux qui viennent par avions cargo d'extrême orient ou d'amérique latine... Mais c'est précisément là qu'est le dilemme. ET les "écolos" et les "altermondialistes" se demandent si cela va durer éternellement d'autant que tous les gouvernants nous incitent à croire que oui et qu'il faut continuer de croître.

    Le mouvement "écolo" est en pleine activité sur la planète avec les nombreux sites et associations qui s'emploient à exprimer leur vue des choses sur le changement climatique et ses conséquences pour la planète et l'espèce humaine. Ce sont les WWF, Greenpeace, SOS planète, Terre sacrée, Nicolas Hot, Mann Anthus Bertrand et bien d'autres encore. En revanche, le mouvement altermondialiste paraît un peu essoufflé ou rechercher un nouveau souffle. C'est parce qu'il a souvent été accompagné de violences extrêmes que le mouvement altermondialiste a été discrédité par les média et les neolibéraux et ce pour continuer le "business as usual".

    RépondreSupprimer
  4. le mouvement altermondialiste coupable de violences extrêmes ?Pourquoi n'évoquez vous pas les actes de tortures morales et de barbarie INFLIGEES par des médias et les néolibéraux ? Pouvez vous dire combien d'hommes de femmes meurent par jour dans le monde (sans l'oeil des médias) par la seule faute du néolibéralisme père de l'individualisme exacerbé ?

    Je suis assez d'accord avec le commentateur n° 2. "On NOUS CACHE TOUT on nous dit rien".
    On nous fait culpabiliser d'acheter chez macdo ou leader price, d'avoir une voiture au gaz oil... (Nicolas Hulot est un expert en la matière sous son air de pas y toucher... ) Maisil touche et comment, sinon pourquoi lui même ne renonce t - il pas aux hélicos et aux déplacements en avion etc ??? Ne connait il pas le voilier, le vélo, le dirigeable ???Par qui son émission est elle financée ? si ce n'est par les plus gros pollueurs de la planète ? ,
    eT Nicolas n'est qu'un maillon de cette chaine bien grasse qui nous donne des leçons d'amaigrissement...
    Mais c'est bien, continuez à croire que l'homme est responsable du changement climatique, Continuez à croire que l'homme est DIEU...qu'il peut changer les choses... rien que pas sa volonté...
    D'autres avant nous ne se déplacer pas en voitures, ne CHAUFFAIENT pas au fioul... et pourtant, le changement climatique a eu lieu... SALES DINOSAURES, ils pétaient trop dira l'homme...

    RépondreSupprimer
  5. Je trouve à propos cette vidéo de marcel mazoyer, chercheur à l'inra

    http://www.cite-sciences.fr/francais/ala_cite/science_actualites/sitesactu

    que je mets en lien. Si ce lien ne fonctionne pas, vous pouvez voir la vidéo de marcel mazoyer sur le site de Jean Pierre Petit en tapant "jean pierre petit" sur le moteur de recherche google et en cliquant sur "nouveautés 31/5/08" puis sur "
    "pourquoi les émeutes de la faim".

    Sylvain Scant

    RépondreSupprimer
  6. Marcel Mazoyer chercheur à l'INRA a fait une conférence sur l'agriculture que j'ai mis en lien sur un dossier "origines de l'agriculture". Et le lien cité par Sylvain est ici. Je le mettrai en direct sur le blog.

    RépondreSupprimer
  7. énergie nucléaire : l'abondance du thorium-232 est 4 fois plus grande que celle de l'uranium-238 (l'autre isotope naturel fertile) ; le thorium constitue ainsi une importante réserve d'énergie nucléaire, en raison de son abondance (il pourrait ainsi fournir plus d'énergie que l'uranium, le charbon et le pétrole réunis) ; son utilisation nécessite la mise au point d'une nouvelle filière de réacteurs nucléaires surgénérateurs.

    RépondreSupprimer
  8. En quoi notre president nous prepare t-il à l'après pétrole: ZERO ?
    Pourquoi les Taxis ne roulent t-ils pas à la voiture électrique ?
    Des primes anti-douleurs pour chaque corps de metiers mais pas de plan à moyen terme...

    RépondreSupprimer
  9. Le thorium est beaucoup plus abondant que l'uranium dans la croûte terrestre. Voir ici. Avantage supplémentaire: pratiquement tout le minerai est fissile tandis que seulement 0.7% de l'uranium naturel est fissile (U235); c'est précisément là qu'est le problème des réserves d'uranium naturel.

    Le futur du nucléaire, pour les pays qui considèrent le nucléaire comme une filière de production d'électricité (et d'hydrogène), est lié au développement de nouvelles générations de réacteurs. D'abord 3è génération (considérés comme devenant opérationnels dans les 10-15 prochaines années; dont l'EPR en construction en Finlande et à Flamenville); à plus long terme 4è génération: il y a 6 technologies envisagées de par le monde dans le cadre du GIF (voir ici).

    Le thorium peut être utilisé dans les réacteurs à eau pressurisée; il faut le rendre fissile par transmutation en U233 fissile; le procédé consiste à entourer le combustible U235 par un entourage de barres de thorium; le thorium devient fissile par les neutrons émis par la fission de l'uranium 235 central et il fissionne à son tour par: voir ci-après extrait du document cité en premier:

    A major potential application for conventional PWRs involves fuel assemblies arranged so that a blanket of mainly thorium fuel rods surrounds a more-enriched seed element containing U-235 which supplies neutrons to the subcritical blanket. As U-233 is produced in the blanket it is burned there. This is the Light Water Breeder Reactor concept which was successfully demonstrated in the USA in the 1970s.

    It is currently being developed in a more deliberately proliferation-resistant way. The central seed region of each fuel assembly will have uranium enriched to 20% U-235. The blanket will be thorium with some U-238, which means that any uranium chemically separated from it (for the U-233 ) is not useable for weapons. Spent blanket fuel also contains U-232, which decays rapidly and has very gamma-active daughters creating significant problems in handling the bred U-233 and hence conferring proliferation resistance. Plutonium produced in the seed will have a high proportion of Pu-238, generating a lot of heat and making it even more unsuitable for weapons than normal reactor-grade Pu.

    A variation of this is the use of whole homogeneous assembles arranged so that a set of them makes up a seed and blanket arrangement. If the seed fuel is metal uranium alloy instead of oxide, there is better heat conduction to cope with its higher temperatures. Seed fuel remains three years in the reactor, blanket fuel for up to 14 years.

    RépondreSupprimer
  10. Ce que vous dites concernant la non préparation de l'après pétrole par les gouvernant dont Sarkozy et autres Attali, est justement évoqué ici: Les gouvernements peinent à mettre en place des mesures préparatoires efficaces pour paver la route de la transition énergétique de demain. Et Jean Claude Junker président de l'Euro Groupe ce matin a déclaré que le pétrole allait sûrement se stabiliser à un prix élevé; mais qu'il fallait trouver les moyens d'aider les professions les plus touchées. Voir ici.

    RépondreSupprimer
  11. "Le fait de ne pas avoir accès à l'électricité coûte très cher". (j'ai envie d'ajouter : la pauvreté coûte très cher)

    En effet, entre le prix des piles pour alimenter la radio, la bougie pour s'éclairer, et le kérosène pour cuire les aliments, les gens dépensent au minimum 10 dollars par mois.

    Fabio Rosa a donc l'idée de louer des panneaux solaires pour 10 dollars par mois. Son entreprise IDEAAS pourrait fournir d'ici peu l'accès à l'électricité à 12000 personnes qui en étaient exclues. Pour 16 dollars, on peut rajouter la télévision et il faut payer 24 dollars pour pouvoir recharger un téléphone portable.

    Fabio Rosa a bénéficié de l'aide du programme Ashoka pour l'étude de faisabilité de son projet.

    L'électrification des villages permet en outre de lutter contre l'exode rural.

    PT

    RépondreSupprimer
  12. @commentaire anonyme du 30 mai 2008 22h35.
    à propos du rôle des océans dans le changement climatique.

    Voir ce billet.

    RépondreSupprimer
  13. Pour precision usuelle:mon post
    sur le thorium est bien evidement un fragment de wikipedia. L'intervention de PT sur Fabio Rosa viens du site
    http://blog.autresmondes.eu/tag/Ecologie
    Je précise cela car , en l'absence de lien, on se croit renvoyer à Google, implicitement et pas explicitement, si on veut creuser ...

    RépondreSupprimer

Ce blog est ouvert à la contradiction par la voie de commentaires. Je tiens ce blog depuis fin 2005; je n'ai aucune ambition ni politique ni de notoriété. C'est mon travail de retraité pour la collectivité. Tout lecteur peut commenter sous email valide ou sous son nom. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie.
- Je modère tous les commentaires pour éviter le spam et d'autres entrées malheureuses possibles.
- Cela peut prendre un certain temps avant que votre commentaire n'apparaisse, surtout si je suis en déplacement.
- Je n'autorise pas les attaques personnelles. Je considère cependant que ces attaques sont différentes des attaques contre des idées soutenues par des personnes. Si vous souhaitez attaquer des idées, c'est bien, mais vous devez alors fournir des arguments et vous engager dans la discussion.
- Je n'autorise pas les commentaires susceptibles d'être diffamatoires (au mieux que je puisse juger car je ne suis pas juriste) ou qui utilisent un langage excessif qui n'est pas nécessaire pour l'argumentation présentée.
- Veuillez ne pas publier de liens vers des publicités - le commentaire sera simplement supprimé.
- Je suis pour la liberté d'expression, mais il faut être pertinent. La pertinence est mesurée par la façon dont le commentaire s'apparente au sujet du billet auquel le commentaire s'adresse. Si vous voulez juste parler de quelque chose, créez votre propre blog. Mais puisqu'il s'agit de mon blog, je vous invite à partager mon point de vue ou à rebondir sur les points de vue enregistrés par d'autres commentaires. Pour ou contre c'est bien.
- Je considère aussi que la liberté d'expression porte la responsabilité d'être le propriétaire de cette parole.

J'ai noté que ceux qui tombent dans les attaques personnelles (que je supprime) le font de manière anonyme... Ensuite, ils ont l'audace de suggérer que j'exerce la censure.