jeudi, mai 07, 2009

Un nouveau site du "Nouveau journal du pays de Fayence"

Un nouveau site web du "Nouveau journal du pays de Fayence" est en ligne (lien titre). Ce site faite suite, complète ou remplace le précédent??? <(voir ici). Le N°3 (mai 2009) est paru, distribué dans les boîtes et disponible en dépôt chez des commerçants du canton.
Journal forcément critique de bien des choses, c'est la loi du genre; la diversité des opinions contradictoires est un gage de santé sociétale même si souvent en France le consensus est difficile à réaliser; c'est notre culture révolutionnaire!
C'est surtout l'aspect équilibre entre urbanisation, agriculture et environnement que je retiendrai et la nostalgie de certains sur la disparition des paysages d'antan ... et la crainte que les paysans disparaissent aussi...
Je réponds à Claude Allongue page 12 et sa dernière phrase en 17 mots!!! "décharge dans le bois de Callian sur l'ancienne mine de Fonsante, place aux ordures, oh mon pays". Voilà de la désinformation ou un procès d'intention. Non il ne s'agit pas d'ordures. À ces 17 mots lapidaires, je prie mes lecteurs de consulter le dossier complet sur Fonsante que je m'efforce de tenir à jour en toute objectivité sur ce blog.
Il faut encourager et aider cette association citoyenne à vivre car comme on le voit sur leurs sites, les coûts de fonctionnement sont élevés. Il serait dommage qu'elle ne puisse pas continuer.

3 commentaires:

  1. Justement voir les décharges de produits inertes du BTP qui se situent en maints endroits du canton.... dont une grande à proximité de la Chapelle Notre Dame de Fayence, un endroit superbe gâché par ce site et celle qui se trouve sur la route de Seillans à gauche après le chemin Pey de Salle.... Le site de Fonsante a pour objet d'éviter cela en créant un centre de traitement valorisation des déblais du BTP en réhabilitant un site industriel actuellement en état de délabrement déplorable.

    RépondreSupprimer
  2. Claude Allongue, "pincé de chez pincé" qui n'arrive jamais à se dérider... sauf lorsqu'il s'agit de dire du mal du voisin...

    RépondreSupprimer
  3. Pierre bravo bravo pour votre billet .

    MD

    RépondreSupprimer

Ce blog est ouvert à la contradiction par la voie de commentaires. Je tiens ce blog depuis fin 2005; je n'ai aucune ambition ni politique ni de notoriété. C'est mon travail de retraité pour la collectivité. Tout lecteur peut commenter sous email valide ou sous son nom. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie.
- Je modère tous les commentaires pour éviter le spam et d'autres entrées malheureuses possibles.
- Cela peut prendre un certain temps avant que votre commentaire n'apparaisse, surtout si je suis en déplacement.
- Je n'autorise pas les attaques personnelles. Je considère cependant que ces attaques sont différentes des attaques contre des idées soutenues par des personnes. Si vous souhaitez attaquer des idées, c'est bien, mais vous devez alors fournir des arguments et vous engager dans la discussion.
- Je n'autorise pas les commentaires susceptibles d'être diffamatoires (au mieux que je puisse juger car je ne suis pas juriste) ou qui utilisent un langage excessif qui n'est pas nécessaire pour l'argumentation présentée.
- Veuillez ne pas publier de liens vers des publicités - le commentaire sera simplement supprimé.
- Je suis pour la liberté d'expression, mais il faut être pertinent. La pertinence est mesurée par la façon dont le commentaire s'apparente au sujet du billet auquel le commentaire s'adresse. Si vous voulez juste parler de quelque chose, créez votre propre blog. Mais puisqu'il s'agit de mon blog, je vous invite à partager mon point de vue ou à rebondir sur les points de vue enregistrés par d'autres commentaires. Pour ou contre c'est bien.
- Je considère aussi que la liberté d'expression porte la responsabilité d'être le propriétaire de cette parole.

J'ai noté que ceux qui tombent dans les attaques personnelles (que je supprime) le font de manière anonyme... Ensuite, ils ont l'audace de suggérer que j'exerce la censure.