jeudi, décembre 18, 2014

Le système de retraites toujours sur la table des négociations.

Notre système de retraites par répartition est toujours sur la table de négociations politiques. Les gouvernements successifs s'emploient à traiter le problème comme si il était "politique" alors qu'il s'agit
d'un problème économique et de bon sens. Aujourd'hui c'est du système des retraites complémentaires à points qu'il s'agit, suite à un rapport de la Court des Comptes. François Rebsamen a dit la vérité à l'assemblée, reprenant la recommandation de la Cour d'allonger le temps de travail en portant l'âge de départ en retraite à 64 ans (c'est 67 ans en Allemagne). Aussitôt il a été recadré et s'est rétracté devant les médias dans les couloirs de l'assemblée. C'est que les solutions sont bien connues: augmenter les cotisations, allonger la duré du travail, baisser les retraites. Ces trois solutions seules et combinées s'appliquent à tous les régimes: la retraite de base de la sécurité sociale pour tous, les retraites des fonctionnaires, et les retraites complémentaires des cadres (Agirc) et des non cadres (Arcco)... Suite...

4 commentaires:

  1. "La difficulté est d'anticiper correctement les évolutions économiques et démographiques"... pour ces dernières il convient de relire le Livre blanc sur les retraites paru il y a plus de vingt ans à l'initiative de M. Rocard, tout est dit.

    RépondreSupprimer
  2. Merci d'avoir rappelé le livre blanc sur les retraites de 1991 à l'initiative de Michel Rocard. Il est ici scanné (pdf lourd) par la Documentation Française.

    RépondreSupprimer
  3. On comprend aussi sur ce billet de COE-Rexcode qu'en France on aime le beurre, l'argent du beurre et la crémière. Et pourtant, d'après Emmanuel Todd et Hervé Lebras, "la France ne va pas si mal".

    RépondreSupprimer

Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer tout commentaire indésirable selon les critères ci-après: propos racistes, attaques et invectives personnelles; et que les commentaires soient signés et accompagnés d'une adresse email valide.