samedi, juillet 04, 2015

La Lettre de François Cavallier - Juillet 2015

Edito : route nouvelle : le temps de la mobilisation citoyenne
Un récent accident survenu à l'entrée du viaduc du Pre Claou (accident grave, même s'il n'a pas fait de morts contrairement à ce qui a été diffusé un peu partout) a une nouvelle fois mis en lumière la fragilité de l'accès routier au pays de Fayence. Dès qu'il s'y produit un quelconque problème, les solutions de secours (détours par Tanneron, Grasse, ou Bagnols) font perdre deux heures à des centaines d'actifs et grèvent l'activité économique du pays de Fayence. Cela s'ajoute à l'exaspération quotidienne et légitime de tous ceux qui subissent les bouchons rituels de la RD 562.


Je perçois clairement l'évolution de l'opinion publique de notre territoire dans ce dossier. Même s'il est malheureux (mais si français) d'avoir à attendre qu'un problème soit avéré pour chercher à le résoudre au lieu de le prévenir en amont, ce sujet est dorénavant au centre de la plupart des conversations sur l'évolution de notre territoire. Lorsqu'en 2004 j'avais obtenu le déclenchement de l'autorisation de programme du Département, la sensibilité à ce problème était bien moindre et les voix les plus réservées avaient prévalu.

Les temps ont bien changé. L'étude d'itinéraire initiée par le Département (http://www.francoiscavallier.com/le-canton-de-fayence/296--letude-ditineraire-pour-le-nouvel-acces-au-pays-de-fayence) pour montrer que le tracé dessiné en urgence en 1992 n'était pas un tracé par défaut a été bien accueillie et comprise. J'en veux pour preuve que même le Nouveau Journal, en son temps hostile à cette route, même si les points de vue y sont divers, a publié en son édition de printemps un article modéré et responsable qui donne acte à la collectivité départementale de la cohérence de sa démarche.

Puisque le sujet devient quasiment consensuel, et qu'il est de première urgence, j'ai besoin, pour donner toutes les chances à ce projet dont j'ai fait ma priorité pour ce nouveau mandat, de faire sentir non seulement au Département, mais surtout à l'Etat, au vu des réticences doctrinaires de la DREAL, l'étendue du besoin et de l'attente. C'est de ce constat qu'est venue l'idée d'une grande pétition cantonale et citoyenne, dont se saisit, pour sa première action, l'association "Force et Confiance pour nos territoires" qui soutient mon action.

Le libellé de cette pétition sera le suivant : "Citoyens du pays de Fayence/et/ou utilisateurs de son réseau routier, nous appelons l'attention de M. le Préfet du Var et de M.le Président du Département sur la fragilité de l'accès au pays de Fayence et sur l'encombrement quotidien chronique de la RD 562. En conséquence, nous leur demandons de tout mettre en oeuvre pour déclencher au plus vite les travaux de la route de contournement du Lac de Saint-Cassien permettant un accès alternatif au pays de Fayence". Le site sur lequel elle sera mise en ligne sera très prochainement publié, et elle sera distribuée chez toutes les entreprises qui voudront la mettre à la disposition du public.

Bref : si comme moi vous voulez cette route, aidez-moi...

Actu : la loi N.O.T.R.E. et l'avenir des communes

L'organisation territoriale française est en discussion pratiquement permamente depuis la première décentralisation en 1982. Le rythme et la portée de cette discussion, sous la pression de l'approche du gouffre budgétaire (çà n'arrivera pas qu'aux Grecs..) inspire au législateur des projets de plus en plus radicaux. La loi N.O.T.R.E. en cours de discussion se veut la boîte à outils de cette nouvelle organisation qui repose sur une notion, effectivement impérieuse : la mutualisation des coûts. L'ennuyeux, c'est que toute mutualisation ne débouche pas nécessairement ni sur une économie ni sur une diminution des strates ou des échelons : le débat en cours chez nous sur la mutualisation du tourisme l'illustre assez.


Pour autant, le législateur entend aller plus loin, et on nous annonce aujourd'hui le passage à l'intercommunalité des compétences communales sur l'eau, sur l'assainissement, et sur l'urbanisme.

Autant dire qu'après cela les maires ne seraient plus guère chargés que d'administrer les cimetières. Il ne s'agit pas de se cabrer sur ses prérogatives, mais simplement de faire observer que le plus souvent ces regroupements sont plus complexes et plus coûteux que la situation actuelle.

Les 36000 communes de France en ont structuré le territoire et l'histoire, et les maires sont les derniers élus auxquels leur proximité vaut encore la confiance et l'estime de leurs concitoyens. Il conviendra de bien réfléchir avant de sacrifier ce lien-là : il est l'un des derniers repères de la démocratie.

Echos : bulletin cantonal nouvelle mouture


A nouveau mandat, nouveau dispositif de communication. Mon ancien bulletin cantonal doit changer de titre, puisque le "canton" de Fayence, même s’il existe toujours dans nos coeurs et dans nos habitudes de langage, n’a plus d’existence administrative.

Mais il va aussi changer de format et de périodicité, tenant compte en cela des observations de ses lecteurs. Plus court, avec moins de textes, mais aussi plus cadencé pour mieux coller à l’actualité, ce nouveau bulletin sera désormais trimestriel, et paraîtra fin mars, fin juin, fin septembre et fin décembre de chaque année.

Je remercie au passage chaleureusement les annonceurs grâce auxquels ce bulletin trimestriel sera imprimé et distribué : je rappelle en effet qu'aucun de mes supports de communication n'a le moindre coût pour le contribuable.

Humeur : mutualisation du tourisme, au-delà de la caricature


Mon billet d'humeur du mois dernier sur la mutualisation touristique a amusé les uns, et choqué quelques autres : le principe de la caricature, qui est la base de cette partie de ma lettre, est d'exagérer un peu la réalité pour en faire apercevoir des aspects peu visibles. A la demande générale, je reformule avec plus de modération : il ne faut pas que le nouvel office de tourisme intercommunal dont la création est envisagée par l'intercommunalité devienne une usine à gaz ou ajoute un besoin de financement de fonctionnement ; mais il faut au contraire qu'il soit un véritable outil de mutualisation et de développement économique, sans pour autant enlever aux communes la faculté de l'initiative locale en matière d'animation.
Les subventions du moment

Agenda : quelques dates des jours à venir

05/07 : Fête du Cercle (Callian)
05/07 : Fête du pain (Fayence)
16/07 : comité syndical du SMIDDEV (Puget-sur-Argens)
21/07 : Réunion PADD du SCOT (Fayence)

Mais aussi, sur le site :- ENS : le Var en pole position

- le Var en pole (aussi) sur la télémédecine
- Budget départemental, les éléments de l'équation 

Rendez-vous début Septembre pour la newsletter  n°40

© 2015 - Copyright www.francoiscavallier.com • Tous droits réservés.

1 commentaire:

  1. Une seconde route pour le canton de Fayence, ce n'est plus un marronnier mais un nouveau serpent de mer, le monstre du Loch St Cassien en fait. Le sujet revient régulierement comme les tiques au printemps. Mais si ce sujet constitue une préoccupation majeure et qui risque de devenir dramatique dans peu d'années avec la croissance de la circulation, vous pouvez dire merci aux élus locaux de tous bords qui se sont bien gardés de faire les réservations de foncier qui seuls auraient pu permettre d'apporter le moment venu le support aux nouvelles voies indispensables, sans frais excessifs. Maintenant il va falloir batailler ferme, exproprier au prix fort, etc..

    RépondreSupprimer

Ce blog est ouvert à la contradiction par la voie de commentaires. Je tiens ce blog depuis fin 2005; je n'ai aucune ambition ni politique ni de notoriété. C'est mon travail de retraité pour la collectivité. Tout lecteur peut commenter sous email valide ou sous son nom. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie.
- Je modère tous les commentaires pour éviter le spam et d'autres entrées malheureuses possibles.
- Cela peut prendre un certain temps avant que votre commentaire n'apparaisse, surtout si je suis en déplacement.
- Je n'autorise pas les attaques personnelles. Je considère cependant que ces attaques sont différentes des attaques contre des idées soutenues par des personnes. Si vous souhaitez attaquer des idées, c'est bien, mais vous devez alors fournir des arguments et vous engager dans la discussion.
- Je n'autorise pas les commentaires susceptibles d'être diffamatoires (au mieux que je puisse juger car je ne suis pas juriste) ou qui utilisent un langage excessif qui n'est pas nécessaire pour l'argumentation présentée.
- Veuillez ne pas publier de liens vers des publicités - le commentaire sera simplement supprimé.
- Je suis pour la liberté d'expression, mais il faut être pertinent. La pertinence est mesurée par la façon dont le commentaire s'apparente au sujet du billet auquel le commentaire s'adresse. Si vous voulez juste parler de quelque chose, créez votre propre blog. Mais puisqu'il s'agit de mon blog, je vous invite à partager mon point de vue ou à rebondir sur les points de vue enregistrés par d'autres commentaires. Pour ou contre c'est bien.
- Je considère aussi que la liberté d'expression porte la responsabilité d'être le propriétaire de cette parole.

J'ai noté que ceux qui tombent dans les attaques personnelles (que je supprime) le font de manière anonyme... Ensuite, ils ont l'audace de suggérer que j'exerce la censure.