samedi, février 18, 2017

Centres-villes désertés, quelles solutions ?


Rue déserteLa SDATE du pays de Fayence veut maintenir les actvités commerciales au centre des villages.



Rue déserte ©
Nos centres villes se meurent. Le bureau d’études PROCOS annonce un taux de vacance moyen de 8,5% dans les centres villes. Mais toutes les communes ne sont pas logées à la même enseigne. Les petites et moyennes villes sont davantage impactées. Petit à petit, les zones marchandes en périphérie grignotent les petits commerces qui font l’âme d’un bourg. Pour tenter d’endiguer l’agonie des centres, un nouveau métier voit le jour : le manager de centre-ville !
Pourquoi les centres villes se désertifient ? La faute aux centres commerciaux, aux baux ou aux parkings trop chers ? Ce phénomène est-il en progression ? Quelles sont les solutions proposées par les mairies pour faire revivre leurs centres villes ?
Avec Pascal Madry , Economiste et urbaniste, il exerce depuis 15 ans des missions de conseil en urbanisme commercial et en stratégie de développement commercial.
Il dirige actuellement Procos, l'organisation professionnelle du commerce spécialisé, et l’Institut pour la Ville et le Commerce, association réunissant des professionnels (promoteurs, distributeurs, aménageurs, collectivités, universitaires) qui a pour vocation de mener une réflexion prospective sur la place du commerce dans la ville de demain.
Et Jean Rottner , maire de Mulhouse, président de la fédération nationale des agences d'urbanisme.

Nos centres villes sont ils morts? Le reportage de Clémence Fulleda

Rideaux des commerces baissés, rues vides même le samedi...
De plus en plus de centres-villes semblent à l'abandon. Le nombre de commerce inoccupés dans les centres villes a de fait augmenté l'année dernière. Selon la fédération pour l'urbanisme et le développement du commerce spécialisé (Procos), le taux de vacance commerciale a atteint 8,5 % en France en 2014. Illustration dans le centre-ville d'Auxerre, où les commerces ferment un à un, puis dans le nouveau centre-commercial de la ville, "Les Clairions" qui lui est très fréquenté.
Pour autant, les mairies ne restent pas inactives face à ce phénomène : la constitution d'associations de commerçants et le recours au droit de préemption sont de plus en plus fréquents. Les mairies se mettent aussi à recruter des "managers de centre-ville". A Nemours, en Seine-et-Marne, Clémence Fulleda a suivi Chloé Serrano, embauchée en janvier dernier.

Source: franceinter.fr jeudi 1 octobre 2015 Bruno Duvic

1 commentaire:

  1. Bonjour Pierre,
    j'ai vu ce midi au journal de 13h que Dieppe lançe des initiatives intéressante pour son centre ville. +40% de commerces en 1 an ! Une source d'inspiration pour notre pays de Fayence ?
    Bien à vous
    Marianne FLORIMOND

    RépondreSupprimer

Ce blog est ouvert à la contradiction par la voie de commentaires. Je tiens ce blog depuis fin 2005; je n'ai aucune ambition ni politique ni de notoriété. C'est mon travail de retraité pour la collectivité. Tout lecteur peut commenter sous email valide ou sous son nom. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie.
- Je modère tous les commentaires pour éviter le spam et d'autres entrées malheureuses possibles.
- Cela peut prendre un certain temps avant que votre commentaire n'apparaisse, surtout si je suis en déplacement.
- Je n'autorise pas les attaques personnelles. Je considère cependant que ces attaques sont différentes des attaques contre des idées soutenues par des personnes. Si vous souhaitez attaquer des idées, c'est bien, mais vous devez alors fournir des arguments et vous engager dans la discussion.
- Je n'autorise pas les commentaires susceptibles d'être diffamatoires (au mieux que je puisse juger car je ne suis pas juriste) ou qui utilisent un langage excessif qui n'est pas nécessaire pour l'argumentation présentée.
- Veuillez ne pas publier de liens vers des publicités - le commentaire sera simplement supprimé.
- Je suis pour la liberté d'expression, mais il faut être pertinent. La pertinence est mesurée par la façon dont le commentaire s'apparente au sujet du billet auquel le commentaire s'adresse. Si vous voulez juste parler de quelque chose, créez votre propre blog. Mais puisqu'il s'agit de mon blog, je vous invite à partager mon point de vue ou à rebondir sur les points de vue enregistrés par d'autres commentaires. Pour ou contre c'est bien.
- Je considère aussi que la liberté d'expression porte la responsabilité d'être le propriétaire de cette parole.

J'ai noté que ceux qui tombent dans les attaques personnelles (que je supprime) le font de manière anonyme... Ensuite, ils ont l'audace de suggérer que j'exerce la censure.