samedi, décembre 07, 2019

Les scieurs de chêne français lancent un cri d'alarme

exportbois.JPG La France est un grand producteur de chêne mais les scieurs manquent de matière première, en raison de l’appétit chinois pour le bois. Interview du président de la FNB, Philippe Siat, président de la Fédération nationale du bois; il  dirige l’une des plus grandes scieries françaises de résineux et pour le monde de la construction, les sciages de résineux jouent un rôle prépondérant. Aujourd’hui, la FNB met tout son poids dans la balance pour le chêne, et lance même un appel au Président de la République. Il en va de la survie de tout un tissu rural de scieries familiales spécialisées dans le chêne, qui menacent de mettre la clé sous la porte par manque de matière première. Suite...

2 commentaires:

  1. Il se trouve que je connais assez bien l'industrie de transformation du bois et notamment la scierie et la parqueterie. Ces gens (scieurs) qui se plaignent semblent passer sous silence le problème du prix payé au forestier par la scierie pour son approvisionnement. Que la Chine capte une grande partie de la production en la payant plus cher que les transformateurs français peut expliquer la situation. D'autant que, transformant le produit avec des couts de revient plus bas que les français, elle peut renvoyer sur notre marché des parquets que nous achetons. Il serait intéressant de voir l'équipement matériel des scieries et parqueteries françaises, très souvent pingres pour s'offrir un équipement performant. Alors, si d'autres s'équipent et deviennent plus compétitifs que nos transformateurs, en surpayant la matière première (chêne en l'occurence) à qui la faute ?
    La pleurnicherie de résoud jamais rien. L'action, oui .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai trouvé sur ce sujet, la thèse de Marjolaine Boitard à l'UFR Terres et territoires de l'université lumière Lyon 2.... la voici. C'est très intéressant et bien en rzpport avec votre commentaire.

      Supprimer

Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-après: propos racistes, attaques et invectives personnelles.