mercredi, janvier 22, 2020

Var Matin: Poil à gratter.. un édito de Pierre Johann qui me plaît.

 
Voici un édito qui me plaît. Il faut que les politiques reprennent la main sur la ComCom; qu'ils fassent leur boulot avec courage quand il s'agit de projets structurants. Que les services  créés pour gérer les compétences déléguées à la ComCom "établissement public de coopération intercommunale" (EPCI) soient au service  des élus et des habitants... 30 délégués: les 9 maires, 21 conseillers: dont 5 à Montauroux et Fayence; 2 à Bagnols, Callian, Tourrettes et Seillans; 1 à Mons, Tanneron et Saint-Paul.  Lire l'édito de Pierre Johann.



11 commentaires:

  1. Pierre Johann: quand vous dites "en vain" pour l'eau, je dis NON, car il a réussi à maintenir la séparation entre Eau brute et Eau des réseaux des communes. Par la transformation de la SEM-E2S en SPL. Voyez tous les billets de la rubrique eau ou E2S.
    Bien à vous.

    RépondreSupprimer
  2. c'est comique; quand un élu parle comme un vrai politique, c'est un cérébral, un intellectuel! il est vrai qu'en pays de Fayence on est resté très culs terreux.

    RépondreSupprimer
  3. souhaitons cependant qu'il ne se bloque pas sur un combat d'arrière garde sur l'eau, il avait peut être raison à court terme pour organiser un transfert plus solide? il aurait tort de fragiliser le processus engagé qui va de toutes façon dans le sens du long terme et qui comporte le point qui lui tenait à cœur pour ce long terme, en gros la séparation production/distribution.

    RépondreSupprimer
  4. Nos avis divergent sur ce point. Je ne vois pas ce qu'une mise en commun de tout les réesau peut apporter sur le plan technique pour l'eau potable servie des réservoirs. Un réseau d'eau brute de 97km; un réseau des 9 communes de 470km, dont 97 pour Fayence. La mise en commun des réseaux de Callian-Montauroux fait sens d'autant qu'elles aussi une STEP commune. Idem pour Fayence Tourrettes pour l'eau potable et en partie pour l'assainissement.
    C'est au plan administratif que la mise en commun devrait permettre une réduction de personnels (administratifs), et un facteur d'échelle: tarifications, assainissement, gestion...
    Il faut relire le rapport du cabinet A propos.

    RépondreSupprimer
  5. la productivité d'une activité est généralement associée à une notion de taille critique, 9 services de 3/7 personnes ont peu de chance d'être plus productifs qu'une structure les regroupant, évident pour l'administratif, très probable pour l'entretien d'un réseau sur un territoire assez dense.

    RépondreSupprimer
  6. Je constate que la démarche de la majorité de la comcom a été gagnante dans la mesure où elle a permis de disposer d'une "quasi propriété" des sources, élément majeur pour le territoire, beau résultat et belle stratégie gagnante. En aurait-il été different sans cette mise en commun ? C'est bien possible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette vue est erronée. C'est la résistance d'E2S et de son président qui a permis ce résultat. Le département a mis les sources à disposition de l'EPCI pays de Fayence pour permettre la réa formation de la Sem e2s en Spl. Mais les sources ont toujours la même destination..pays de Fayence et Littoral. Ce qui est le cas sans changement depuis les décrets de 1867 1891 et 1926. Vous entretenez la confusion depuis que vous êtes devenu un politique accro de la comcom. Je suis pas devant mon pc et ne suis pas certain des dates des décrets

      Supprimer
    2. la vue de la vue parait bien partisane, la com com cherchait à récupérer l'ensemble du dispositif en excluant la côte.
      l'intervention de FC a compliqué le jeu et la côte est donc toujours présente dans la suite d'e2s, sans pouvoir majeur de décision ce qui fait de ce compromis une solution acceptable.
      la com com contrôle l'ensemble et peut donner la priorité à ses besoins, laissant le cas échéant les littoraux se débrouiller avec lac et canal de provence.

      Supprimer
  7. Déjà la constitution de E2S pouvait prêter à certaines interrogations, mais vaille que vaille, le principe avait été accepté, mais l'idée d'un remplacement par une SPL aurait titillé les pointilleux, car dans cette nouvelle orientation devenir entrepreneurs avec l'argent des contribuables bigre, il faut bien l'avouer, ils sont forts nos politiques... nous avons de la chance!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pas très sérieux, une spl entre la com com et la cavem (la côte) n'a pas grand chose à voir avec le grand capital!
      il n'y a pas d'entrepreneur au n° que vous avez demandé, simplement une mise en forme d'une action commune à 2 collectivités publiques.

      Supprimer

Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer tout commentaire indésirable selon les critères ci-après: propos racistes, attaques et invectives personnelles; et que les commentaires soient signés et accompagnés d'une adresse email valide.