lundi, août 31, 2020

Canal Belletrud : l’eau en commun; la régie des eaux du canal Belletrud

Tout sur le canal Belltrud
Neuvième étape de notre tour de France des initiatives locales innovantes, zoom sur la Régie des eaux du canal Belletrud qui gère le service public de l’eau sur plusieurs communes des Alpes-Maritimes. Les abonnés de la Régie des eaux du canal Belletrud (Alpes-Maritimes) sont désormais équipés de compteurs radio. 50 compteurs de secteur ont été posés sur les 200 kilomètres de tuyaux. S’y ajouteront bientôt des enregistreurs de bruit géoréférencés : les épisodes de sécheresse augmentant, « l’enjeu est de détecter et réparer les fuites le plus vite possible », explique Margaux Di Donna, directrice de cette régie intercommunale
qui, dans la banlieue de Grasse, dessert six municipalités et 24 000 habitants. Ces nouveaux outils permettent de multiplier la fréquence et la précision des relevés sans mobiliser plus d’agents. Côté consommateurs, les élus ont mis en place en 2015 une tarification progressive, qui augmente avec les quantités d’eau consommées.
Adossée à un syndicat intercommunal vieux de bientôt cent ans, la régie est non seulement à autonomie financière, comme souvent, mais aussi à personnalité morale, un choix moins courant pour les régies de taille moyenne. Elle est ainsi plus réactive et plus in
dépendante des considérations électorales, car nombre de décisions (signature des bons de commande, embauches et licenciements…) peuvent être prises par la directrice. Les élus restent décisionnaires sur les questions importantes par le biais du conseil d’administration, où siègent aussi un représentant du personnel et un représentant des usagers. La régie est aujourd’hui excédentaire avec un budget de cinq millions d’euros par an.

Un grand pôle de gestion publique

Depuis le 1er janvier dernier, elle a intégré douze nouvelles communes, en application de la loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République) de 2015, qui impose le transfert des compétences eau et assainissement aux communautés de communes et d’agglomération. En principe, le syndicat intercommunal devait donc disparaître et la régie être rattachée à la communauté d’agglomération du pays de Grasse, où d’autres communes qui ne sont pas en régie resteront en délégation de service public à Suez. Finalement, il sera maintenu quelques années, car en décembre 2019 une loi a remis en cause une partie de la loi NOTRe.
A Belletrud, l’objectif reste de « constituer un grand pôle de gestion publique de l’eau sur le territoire », explique Pierre Bornet, maire de Cabris et président de la régie, qui se réjouit des mouvements de remunicipalisation de l’eau à l’œuvre aujourd’hui en France. A Belletrud, le rattachement de communes du haut-pays, où l’eau était gérée au niveau municipal en régie directe, ne représente que 4 000 habitants supplémentaires, mais sur un périmètre quatre fois plus étendu. Les chantiers sont nombreux : cartographier ces réseaux mal connus et commencer à renouveler les canalisations. Cela impliquera d’augmenter les tarifs dans les nouvelles communes, pour tenter de convaincre ensuite l’Agence de l’eau et le département de prêter main-forte. « Le but est d’améliorer la qualité du service et, d’ici dix ans, de faire converger les tarifs entre communes historiques et nouvelles venues », conclut l’élu.

source alternatives-economiques.fr par Céline Mouzon

Voir tous les billets eau et canal Belletrud

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ce blog est ouvert à la contradiction par la voie de commentaires. Je tiens ce blog depuis fin 2005; je n'ai aucune ambition ni politique ni de notoriété. C'est mon travail de retraité pour la collectivité. Tout lecteur peut commenter sous email valide ou sous son nom. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie.
- Je modère tous les commentaires pour éviter le spam et d'autres entrées malheureuses possibles.
- Cela peut prendre un certain temps avant que votre commentaire n'apparaisse, surtout si je suis en déplacement.
- Je n'autorise pas les attaques personnelles. Je considère cependant que ces attaques sont différentes des attaques contre des idées soutenues par des personnes. Si vous souhaitez attaquer des idées, c'est bien, mais vous devez alors fournir des arguments et vous engager dans la discussion.
- Je n'autorise pas les commentaires susceptibles d'être diffamatoires (au mieux que je puisse juger car je ne suis pas juriste) ou qui utilisent un langage excessif qui n'est pas nécessaire pour l'argumentation présentée.
- Veuillez ne pas publier de liens vers des publicités - le commentaire sera simplement supprimé.
- Je suis pour la liberté d'expression, mais il faut être pertinent. La pertinence est mesurée par la façon dont le commentaire s'apparente au sujet du billet auquel le commentaire s'adresse. Si vous voulez juste parler de quelque chose, créez votre propre blog. Mais puisqu'il s'agit de mon blog, je vous invite à partager mon point de vue ou à rebondir sur les points de vue enregistrés par d'autres commentaires. Pour ou contre c'est bien.
- Je considère aussi que la liberté d'expression porte la responsabilité d'être le propriétaire de cette parole.

J'ai noté que ceux qui tombent dans les attaques personnelles (que je supprime) le font de manière anonyme... Ensuite, ils ont l'audace de suggérer que j'exerce la censure.