dimanche, septembre 19, 2021

Manque d'eau en pays de Fayence: article de Var Matin

Var Matin publie ce 19 septembre, son reportage sur la réunion publique qui s'est tenue le 10  septembre à Tourrettes. Voir mon billet précédent.

Extrait: L'association des usagers de l'eau, présidée par Jean Gault, a tenu à sensibiliser les habitants des neuf villages perchés à débattre sur le sujet "Aurons-nous assez d'eau dans le Pays de Fayence? Le choix du sujet découle d'une décision de la ComCom, en début d'année, de modifier le Schéma de cohérence territoriale (SCoT)  afin de réduire l'objectif de croissance démographique du fait d'un possible manque d'eau dès l'été 2023 dans certaines communes. Un public soucieux du problème a assisté au débat qui s'est déroulé salle du Coulet, à Tourrettes. en présence du maire Camille Bouge et de Nicolas Martel, conseiller départemental et maire de Saint-Paul en Forêt. Voir l'article.

Poursuivons le débat ici. Le "possible manque d'eau dès l'été 2023..." résulte d'une étude que la ComCom a commandée au bureau d'études BMetudes.eau, dont le gérant est Bruno Marastoni, remise en avril 2021. BMetudes.eau est spécialisé en recherches de fuites, pas en élaboration de plans directeurs d'alimentation en eau potable qui devrait être le vrai sujet. Je m'étonne que la nouvelle régie de l'eau ait construit sa compréhension du sujet de l'eau en pays de Fayence sur la base de cette étude dont je critique la méthode et le manque de rigueur scientifique.  Vous trouverez ici mon analyse du sujet. C'est long, mais le sujet est complexe et ne peut pas se traiter de manière succinte.

 

 

8 commentaires:

  1. Nous prenons doucement conscience du changement de nature du pays de Fayence.
    D'un groupe de petits villages ruraux et autonomes nous sommes passés en 30 ans à une curieuse conglomération semi urbaine de 30 à 40000 habitants (en hiver), soit la taille d'une ville moyenne qui ne dispose ni d'un hôpital, ni d'un lycée, ni même d'une voirie adaptée à la mobilité d'une structure éclatée, sans aller plus loin dans l'inadaptation à une poursuite d'une progression démographique sauvage.

    Et l'eau pourrait venir à manquer? Il est peut être temps de changer de modèle de développement? Ou plutôt de se décider d'en avoir un...

    RépondreSupprimer
  2. Une "ville" séparée en 9 communes très différentes sur 410km2 à l'habitat très dispersé à leur périphérie commme vous le dites. Il faut un modèle de développement combinant les éléments emplois/économie, mobilité, électricité, eau, déchets, agriculture, forêts, tourisme... ce que la ComCom cherche à faire. C'est difficile.

    RépondreSupprimer
  3. Pensez réellement que la comcom , cette « comcom la . ?» que nous avons en ce moment , celle qui est sous le tutuelle d’une seule personne qui decide , programme ,organise tout sous la l’indifférence totale des 7 (+1) autres (qui semblent etre la en spectateur , enfin ils assistent aux décisions , proposées et imposées) cherche a faire la moindre chose pour le pays de Fayence .
    (Non nous ne manquerons pas d’eau , comme vous le dites depuis longtemps ….)

    RépondreSupprimer
  4. le CR de la réunion par l'association des usagers de l'eau est ici. LIEN. C'est l'article de Var Matin. Rien à voir avec la présentation qui a été faite par Eric Martel en diaporama powerpoint.

    RépondreSupprimer
  5. Je remarque à la vue des paeticipants, qu'il s'agissait d'une réunion politique. L'association des usagers de l'eau est le porte parole de la ComCom.

    RépondreSupprimer
  6. Il y a belle lurette que les négociations avec le CANAL DE PROVENCE auraient dû être entamées, mais le big boss des eaux plus soucieux de ses jetons de présence à loupé le coche laissant ainsi une population anxieuse et au final, comme le Lycée, etc.. les consommateurs en tous genres EUX PAR CONTRE seront montrés du doigt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le canal de Provence était présent lors d'une rencontre force et confiance; un chiffrage préliminaire avait été fait; pomper l'eau et alimenter un reservoir à créer dans le quartier Narbonne; mais en l'absence de traitement cette eau ne peut servir qu'à l'agriculture. Dans la situation d'abondance de l'eau prélevée aux sources et de l'eau disponible dans les forages de l'aquifère de la plaine qui ont été faits pour soulager les sources, prélever de l'eau dans le lac est inutile et très coûteux (pompage, traitement et distribution vers les parties hautes des villages). En cas de changement climatique, cad. sécheresse accrue, le lac de saint-cassien sera aussi affecté car il dépend de la pluviomètrie du bassin versant de la Siagne.

      Supprimer
  7. "Je trouve cette analyse du problème des ressources en eau du Pays de Fayence et cette critique de la présentation très constructive. J'ai moi-même exposé combien je trouvais inadapté (pour ne pas dire plus) cette mise en avant de notre consommation de zone encore rurale, à habitat individuel majoritaire très dispersé (375 l/jour par habitant), en la comparant au département du Var (210 l/jour) déjà très urbain (Toulon!), et à la France (150l/jour), pays majoritairement urbain (60°/° au moins) . J.Récy"

    RépondreSupprimer

Ce blog est ouvert à la contradiction par la voie de commentaires. Je tiens ce blog depuis fin 2005; je n'ai aucune ambition ni politique ni de notoriété. C'est mon travail de retraité pour la collectivité. Tout lecteur peut commenter sous email valide ou sous son nom. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie.
- Je modère tous les commentaires pour éviter le spam et d'autres entrées malheureuses possibles.
- Cela peut prendre un certain temps avant que votre commentaire n'apparaisse, surtout si je suis en déplacement.
- Je n'autorise pas les attaques personnelles. Je considère cependant que ces attaques sont différentes des attaques contre des idées soutenues par des personnes. Si vous souhaitez attaquer des idées, c'est bien, mais vous devez alors fournir des arguments et vous engager dans la discussion.
- Je n'autorise pas les commentaires susceptibles d'être diffamatoires (au mieux que je puisse juger car je ne suis pas juriste) ou qui utilisent un langage excessif qui n'est pas nécessaire pour l'argumentation présentée.
- Veuillez ne pas publier de liens vers des publicités - le commentaire sera simplement supprimé.
- Je suis pour la liberté d'expression, mais il faut être pertinent. La pertinence est mesurée par la façon dont le commentaire s'apparente au sujet du billet auquel le commentaire s'adresse. Si vous voulez juste parler de quelque chose, créez votre propre blog. Mais puisqu'il s'agit de mon blog, je vous invite à partager mon point de vue ou à rebondir sur les points de vue enregistrés par d'autres commentaires. Pour ou contre c'est bien.
- Je considère aussi que la liberté d'expression porte la responsabilité d'être le propriétaire de cette parole.

J'ai noté que ceux qui tombent dans les attaques personnelles (que je supprime) le font de manière anonyme... Ensuite, ils ont l'audace de suggérer que j'exerce la censure.