samedi, juin 05, 2010

Fayence: la mairie renonce au transfert de SuperU

Je suis informé à la source que la municipalité de Fayence va annuler la révision simplifiée du POS prise pour le transfert de SuperU. La délibération de retrait sera prise lors d'un prochain conseil municipal le 28 juin 2010. Le maire et son équipe renoncent à ce projet, non sous la pression de l'avis défavorable de la commissaire enquêtrice, ni de celle des habitants opposés au projet, mais de manière pragmatique, en raison de péripéties liées à l'acquisition des parcelles de terrains nécessaires par SuperU. Lire...

26 commentaires:

  1. facile, la ficelle... un échec personnel de Mr FABRE et de son équipe, et ceci n'est qu'une première étape. Cet échec datera lorsque ce dernier aura la prétention de prendre la place de
    Mr BOTTERO, puisque Mr CAVALLIER s'éclipse alors qu'il postulait cette présidence de l'intercom..
    mais il y aura comme toujours un troisème larron, genre dents blanches. Cette belle région est gérée "va comme je te pousse", c'est bien dommage !
    ainsi soit il !!!!
    legalliard.

    RépondreSupprimer
  2. patrick schreiber05 juin, 2010 14:44

    aïe, notre ami pierre dérape cette fois dans sa conclusion, faire rêver les fayençois de leur passé glorieux à la tête du canton me semble nous éloigner de la pertinence habituelle de ses analyses...
    le canton devenu communauté de commune explose sous la pression venue de l'est, rappelons que bysance phare de son temps a tenu des siècles devant les hordes d'asie centrale également venues de l'est, soyons les bysantins du var contre notre empereur s'il le faut!

    bon, on peut aussi plus modestement souhaiter que l'approche intercommunale laisse de coté les fiertés de clocher qui n'intéressent certainement pas les 3000 habitants nouveaux de fayence et privilégie une gestion intelligente de la vague, elle peut laisser ses scories là où le terrain a été préparé, nous nous contenterons à fayence même de notre site actuel!

    RépondreSupprimer
  3. l'Adefa a fait circuler ce mail; je le mets en commentaire:
    "Finalement l'histoire s'accélère, notre maire a pris la décision raisonnable du moment, soit l'annulation de la décision du 30 novembre dernier et l'abandon du projet de super u dans la plaine dans le cadre d'une révision simplifiée du POS.
    Régularisation officielle par le conseil municipal de fin juin. Décision dont nous nous réjouissons puisque les occasions de se réjouir sont rares dans la conjoncture actuelle. Mais il faut bien constater que la vente du terrain de l'hoirie Boy à M. Dupit a plus contribué à cette issue heureuse que la mobilisation des fayençois dans le cadre de l'enquête publique et que celles d'ACPE et d'AdéFa sur un plan contentieux. Nos élus cèdent face à un problème de propriété privée, mais n'ont pas à notre connaissance changé d'avis sur l'opportunité de leur décision de novembre 2009.
    Nous échappons au débat stérile devant le tribunal administratif, mais nous devons rester très attentifs aux initiatives à venir dans le cadre de la mise en conformité de notre commune avec les règles d'urbanisme en vigueur, mise en place d'un PADD (projet d'aménagement et de développement durable) compatible avec le SCOT (schéma de cohérence territoriale) et d'un PLU (plan local d'urbanisme) en substitution du POS (plan d'occupation des sols) 1991.
    Et l'efficacité éventuelle de cette attention suppose le renforcement du poids moral des 2 associations citées, on a vu que ni l'avis des entités administratives concernées, ni celui des citoyens consultés n'ont pu arrêter le projet d'un groupe majoritaire, fort par ailleurs du silence d'un état absent et qui n'est même plus solidaire des compétences de ses fonctionnaires.

    La préservation de notre cadre de vie reste donc un objectif à atteindre, nous gagnons le 1° round, pour partie par hasard, le combat continue, ses modalités feront l'objet de nos prochaines communications.
    Cordialement
    AdéFa, le bureau: Association de défense des Fayençois, sa force éventuelle est votre nombre, celui des adhérents bien entendu!

    RépondreSupprimer
  4. et la réponse de Jacques Nain, publiée à sa demande:

    Mesdames, Messieurs,
    Aux membres de l'AdéFa,
    A Monsieur Patrick Schreiber,
    Monsieur le Président,
    A l'approche du 18 juin, pour être plus clair vous auriez pu écrire "Nous avons perdu une bataille mais pas la guerre !" Cela étant dit, certains points de votre analyse sont exacts notamment la phrase suivante :

    "Mais il faut bien constater que la vente du terrain de l'hoirie Boy à M. Dupit a plus contribué à cette issue heureuse que la mobilisation des fayençois dans le cadre de l'enquête publique et que celles d'ACPE et d'AdéFa sur un plan contentieux. Nos élus cèdent face à un problème de propriété privée, mais n'ont pas à notre connaissance changé d'avis sur l'opportunité de leur décision de novembre 2009".

    Pour autant, je le martèle depuis des lustres à chacun de tous ceux et celles qui veulent bien l'entendre, les élus de la majorité souhaitent une participation de tous les fayençois aux réflexions sur l'urbanisme. Malheureusement mon "Appel", bien que relayé maintes fois en conseil municipal, n'a pour l'instant reçu aucun écho.

    En effet, bien en amont des enquêtes publiques, il me paraît essentiel que chacun prenne ses responsabilités afin d'asseoir un dialogue constructif dès le début et les préliminaires d'un projet communal, plutôt que de se fourvoyer, ensuite, dans une opposition systématique et destructrice dès que les décisions municipales sont engagées. A ce sujet, vous pourrez noter que dans cet esprit de dialogue permanent avec les fayençois, monsieur le maire et les élus majoritaires organisent régulièrement des réunions dans les quartiers, ces réunions ont pour objectif de répondre très précisément aux doléances des administrés et d'orienter les choix de l'action publique municipale.

    Néanmoins, je reconnais que certains enjeux communaux, tels que le PADD, le PLU ou le SCOT, méritent des discussions plus approfondies et donc, un certain consensus entre tous même si, in fine, la responsabilité incombe aux seuls élus que nous sommes avec parfois les turbulences et les divergences engendrées. Nous assumons ! Nous sommes aux responsabilités et donc engagés avec conviction dans l'action publique aussi, nous n'avons pas à nous dérober face à de l'agitation, de la pression ou de l'excitation de quiconque. Dans notre gestion communale la règle qui est la nôtre est celle du bon sens et de l'intérêt public dans une vision globale et du devenir maîtriser de Fayence. Autrement dit, au lieu de regarder comme certains le bout du doigt qui désigne la lune, nos yeux se portent tout naturellement sur le satellite de la terre.
    Enfin, comme vous, pas plus, ni moins, nous sommes attachés à "la préservation de notre cadre de vie", formule consacrée que vous évoquez mais qui ne veut rien dire si elle n'est pas assortie d'objectifs clairs et précis et surtout d'une volonté de "bâtir" ensemble un espace de vie souhaité et accepté par tous.

    A bientôt de se rencontrer non pour évoquer les rapports de force, mais pour écouter votre force de propositions. J'attends donc vos réflexions sur le PADD et sur le reste.
    La porte de la maison commune n'a jamais été fermée et ne le sera pas !
    Bien à vous.

    Cordialement. Jacques Nain
    Adjoint au maire de Fayence en charge de l'urbanisme et des affaires foncières.

    RépondreSupprimer
  5. On ne peut que se réjouir de l'intervention de Mr Nain élu de Fayence, sur ce blog... S'il le fait, c'est en accord avec son maire Jean Luc Fabre. Je maintiens que Fayence est la capitale de ce canton - par son patrimoine, son village authentique, ses services. L'invasion de Byzance par les turcs ottomans venus de l'Est n'a rien à voir avec cela! Force est de constater que la CdC ne progresse pas à cause de la posture de son président Jean Pierre Bottero (c'est mon point de vue); et que le maire et conseiller général de Callian, trop occupé à l'extérieur du canton par ses très nombreuses fonctions et sans doute par sa préparation des territoriales de 2014, ne contribue pas à débloquer la situation. Mais le débat est ouvert!

    RépondreSupprimer
  6. ... venez à moi, les petits enfants...
    pas uto pique !

    RépondreSupprimer
  7. Bon et maintenant, qu'en est-il de l" arrangement" des Crouis à Tourrettes? Allons nous avoir pour une poignée de cerises un stade digne des jeux olympiques? Ou faudra t il cracher au bassinet et très fort pour financer cette fantaisie villageoise?

    RépondreSupprimer
  8. Mr. RATCLIFFE semble dans son dernier message avoir une position
    plus nuancée vis à vis du "serviteur humble", comme s'il y avait un peu de déception dans une découverte tardive ?
    pas uto pique !

    RépondreSupprimer
  9. Les grenouilles croassent en ce moment, mais quel est cet animal
    qui : crouis-crouis-crouis-crouis.
    utopique

    RépondreSupprimer
  10. Que devient la cohérence territoriale dans la réunion de quartier ? S'il avait fallu inventer un jeu pour diviser, la réunion de quartier aurait de plusieurs têtes obtenu le prix d'excellence. Manque plus que les jeux du cirque pour brouiller les pistes et le compte y est !

    RépondreSupprimer
  11. @pas uto pique
    On touche là au problème épineux du cumul des mandats! Au delà du cas personnel de "notre serviteur" et de son impact en termes d'image locale, cumuler des mandats de CG avec des responsabilités importantes au sein du CG83, celui de maire de Callian et de délégué vice-président "culture" à la CdC est une question qui mérite réflexion.

    La question est: faut-il que les élus - commune, département, région, nation, soient des élus locaux? Oui certainement à mon avis; être des personnalités politiques ou de la société civile, bein ancrés dans leur communauté; mais sans pour autant ne défendre que des intérêts locaux ou particuliers. Mais pas nécessairement et toujours les maires! Et dans certains cas, renoncer au mandat de maire! Au niveau local, il y a tant à faire pour que notre communauté du pays de Fayence, avec ses 8 communes, s'adapte au présent et prépare l'avenir. Cela commence par les PLU et le SCOT et les relations avec nos voisins. Il y a aussi l'aspect financier, car les élus qui se dévouent pour la cause publique doivent avoir une rémunération décente sauf à garder leur activité professionnelle.

    Mais il faut aussi imaginer des solutions innovantes pour l'avenir - énergie, transports, mobilité, dynamiques commerciales - des solutions qui ne soient pas seulement des modifications à la marge. Les innovations doivent venir des différentes communautés locales et remonter par les niveaux institutionnels jusqu'au niveau national! C'est l'aggrégat des innovations qui réussissent, qui fera la France de demain.

    Exemple: il est désormais admis que nous consommons plus de ressources naturelles que la nature peut en reconstruire. Cela se traduit par une destruction de notre environnement. Préserver notre environnement - plutôt que le détruire irréversiblement, est un impératif crucial pour l'avenir de notre espèce - et les pays du Sud n'en ont que faire. C'est tout l'enjeu écologique de notre époque car on peut dire sans se tromper, qu'année après année nous détruisons plus qu'on ne reconstruit et ce, même dans ce beau pays de Fayence dont nous sommes tous gestionnaires, je dis bien TOUS. Voilà un enjeu pour nos PLU et notre SCOT.

    Autre exemple en dynamique commerciale. À l'ère de l'internet que chaque commerçant à offre très diverse - pas le boulanger bien sûr - ait un site web avec tous ses produits offerts dans un catalogue avec ses prix.... Commander par internet. Puis le commerçant commande une livraison par une société spécialisée qui, à terme, aurait un véhicule électrique. Cela permet d'utiliser la voiture de manière plus sélective, pour des trajets à plus forte utilité comme faire un déplacement familial ou de loisir... Comme d'autres je suis à disposition pour trouver des idées et le moyen de les mettre en œuvre.

    RépondreSupprimer
  12. Sur l'implantation d'une enseigne
    commerciale, un fonctionnaire de
    police estt-il capable d'avoir un
    juge-ment raisonné ?
    simple question

    RépondreSupprimer
  13. Il est bon de rappeler qu’un policier, en père de famille ordinaire, est un consommateur comme nous le sommes tous qui pousse lui aussi la porte des supermarchés. Cependant, il se doit, plus peut-être que tout autre, de respecter une certaine éthique tant en activité qu’en retraite. En conséquence, cette moralité confère au policier/élu une probité et une conscience qui sont autant de vertus lui permettant d’éviter les tristes pièges liés aux abus de biens sociaux, aux prises illégales d’intérêts et aux collusions. Ajoutons à cela qu’une formation de juriste, associée à une pratique effective et à une réelle expérience, sont des éléments qui ne sont pas incompatibles avec la gestion des affaires publiques sauf à vouloir faire de la discrimination stérile à l’égard de cette profession.

    Simple réponse d'un ami de l'élu de Fayence...

    RépondreSupprimer
  14. Il était bon de le dire; on ne peut pas avancer si on reste cantonné dans l'anathème sans jamais changer d'avis. Lire ou relire sa lettre à l'Adefa....

    RépondreSupprimer
  15. probité et vertu des policiers, comme vous y allez... au delà nos sympathiques flics des "ripoux", rappelez vous qu'il y a eu les incorruptibles... parce que les flics étaient corrompus... qui plus est, ce Monsieur Nain a du sang sur les mains.. comme nombreux flics... mais lui s'en félicite.. Alors Nain en père la morale, vous n'avez réussi à convaincre que les imbéciles, Monsieur.
    Reste sa formation de juriste. Sans doute lui a t elle permis de se tirer de mauvais pas...

    RépondreSupprimer
  16. Comment osez-vous écrire que ce "Monsieur a du sang sur les mains", d'où tenez-vous vos sources d'une telle sacandaleuse information. Quand ? Où ? Comment ? Connaissez-vous la légitime défense, le non-lieu, la chambre d'accusation et tout le reste : les violeurs, les braqueurs, les assassins et ravisseurs d'enfants, les trafiquants, les preneurs d'otages, les criminels... Alors prenez le temps de lire ses ouvrages dans lesquels la modestie et l'humanisme sont au centre de nos débats quotidiens sur la sociologie. Il est facile d'accuser sans savoir, vous seriez même peut-être très surpris d'apprendre que certains hauts malfrats et ténors du barreau le respectent parce qu'il est simplement respectable. Si vous en doutez, ayez donc le courage de prendre RDV. J'en suis assurée, il vous recevra et répondra à vos questions comme il l'a toujours fait auprès des médias. Pas besoin d'acheter les livres de ce policier, il les a aimablement offerts à la bibliothèque locale où pourrez les trouver !

    Une amie de l'élu de Fayence, adhérente de la bibliothèque...

    RépondreSupprimer
  17. ok si je considère que le sang de Mesrine n'est pas du sang... et que le sang de sa concubine et de son chien, ce n'est encore pas du sang...

    RépondreSupprimer
  18. A l'anonyme du 10 juin à 00h36 je vous invite à lire le communiqué de l'AGENCE FRANCE PRESSE du 6 OCTOBRE 2006 : Non-lieu définitif dans l'enquête sur la mort de Jacques Mesrine.Voici le texte :

    "Après 25 ans de bataille procédurale, la justice française a mis un terme définitif à l'enquête sur la mort de Jacques Mesrine , ex-ennemi public numéro un, tué par la police en 1979 à Paris. La Cour de cassation a en effet rejeté un pourvoi de la famille Mesrine contre une décision de non-lieu confirmée en appel en septembre 2005.

    Le 1er décembre 2005, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris avait confirmé l'ordonnance de non-lieu rendue par le juge parisien Baudoin Thouvenot le 14 octobre 2004 : le magistrat instructeur a estimé que les policiers avaient agi en état de légitime défense lorsqu'ils avaient tué Jacques Mesrine".

    Et si par ailleurs nous évoquions le sang de la trentaine de victimes de Jacques Mesrine, celles que le malfaiteur mentionne dans son livre "L'instinct de mort"... La réalité n'est parfois pas celle à laquelle on peut croire !

    Il suffit également de préciser les termes de "Paris Match". Le malfaiteur indiquait : "Face à des flic armés, je n'ai aucune limite. Je suis sans pitié. J'allume et je tire. Où que ce soit, ce sera celui qui tirera le premier qui gagnera. Le folklore et le champagne, c'est fini. Il ne reste plus maintenant que la guerre."

    Les propos étaient clairs, ils expliquent la légitime défense...

    Une simple adhérente de la bibliothèque de Fayence...

    RépondreSupprimer
  19. Voici la revue de presse disponible sur Internet sur le sujet (lien).

    RépondreSupprimer
  20. à l'adhérente de la bibilothèque... dans l'affaire du pull over rouge, la justice a estimé que christian ranucci devait être guillotiné alors qu'existent des zones d'ombres. Dans l'affaire patrick dills, le concerné a fait plusieurs années de prison parce que la justice l'avait condamné pour un crime qu'il n'a pas commis. Dans l'affaire bernard tapie... etc, etc... est ce de cette justice la dont vous vous faites écho avec simplicité ?

    RépondreSupprimer
  21. Cher monsieur, la différence entre vous et moi c'est que vous vous souvenez de Christian Ranucci et moi de la petite Maria-Dolorès Rambla, la victime innocente de 8 ans pour lequel le Jury Populaire d'une Cour d'Assises, c'est-à-dire le peuple Français a librement jugé que le criminel était Christian Ranucci. Ni vous, ni moi, n'avons assisté aux débats pour se faire une réelle opinion et ce ne sont pas les commentaires des journalistes, pas plus que le livre fort contesté de Gilles Perrault qui pourront orienter notre "intime conviction".Sur le sujet, je vous invite à lire l'ouvrage de M. Gérard Bouladou (j'ai oublié le titre), un écrivain contre la peine de mort mais qui révéle, preuves à l'appui, que Ranucci était réellement l'assassin de la petite Maria-Dolorés.. Quant à Bernard Tapie, l'homme des matchs de foot truqués et des sociétés rachetées au franc symbolique pour "casser" des milliers d'emplois, il n'est vraiment pas l'exemple à citer!

    Une simple lectrice...

    RépondreSupprimer
  22. Homme de matchs truqués, escroc..... selon la justice... mais qui 20 ans après (selon la même justice) a gagné son procès contre le crédit lyonnais, le véritable responsable... Voyez vous, la différence entre vous et moi est bien différente à ce que vous espérez à savoir, le doute qui doit en l'espèce toujours profiter à l'accusé dans un pays de droit ne semble pas de toute évidence satisfaire à vos besoins de vie. Autre différence entre vous et moi, cette propension que vous avez à lyncher un présumé innocent au simple vu d'une télé et d'une presse gourmande de faits divers... pas de doute, nous ne sommes pas fait pour être amis

    RépondreSupprimer
  23. Si Mme BOUTIN vient de reculer sur la pression en effectuant le même travail sans "gratification",il y a en d'autres qui vont vite reculer avant de nous imposer leurs fantaisies !!! la société vient de basculer ! et s'ils ne sont pas contents, alors oui, des sociétés privées pour les
    remplacer.
    pas uto pique

    RépondreSupprimer
  24. Si le canard enchaîné n'avait pas révélé l'affaire, Christine Boutin toucherait ses 18000€ mensuels cad. 216000€ annuels... C'est peu comparé à Proglio! mais tout de même; quand on est en retraite avec 6000€/mois, tous frais payés pour sa mission, on peut travailler bénévolement. Voir ces liens sur l'affaire. Cliquer.

    RépondreSupprimer
  25. Le site de la mairie de Fayence, fait la pub du nouveau programme
    de trente logement conçus par
    RICHARD promotion... Voilà bien sûr une première... il y en a encore qui en rigole... dans le style on ne nous dit pas tout, voilà une autre exclamation : on aura tout vu !!!
    J.de LAPEINE.

    RépondreSupprimer

Bonjour, vous êtes les bienvenus pour partager ici vos commentaires sur la vie du pays de Fayence. Liberté de penser, de commenter et de s'exprimer, est un des fondements d'une vraie démocratie; celle qui permet le bonheur et la prospérité des peuples par la qualité des institutions et leur mode de fonctionnement. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie des propos. Les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs, mais j'en suis seul pénalement responsable.

Les commentaires sont modérés. Vous pouvez commenter sous pseudo ou anonyme; mais je me réserve de supprimer ou modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus ou sans rapport avec le billet: propos racistes, attaques et invectives personnelles, propos insultants, injurieux, diffamatoires...

Je recommande d'utiliser l'option nom/url. Le champ url est lien vers un site web ou une photo; il est facultatif, il peut rester vide.

Mais les personnes qui ne souhaitent pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme; merci d'indiquer un pseudo en début ou fin de commentaire pour faciliter les échanges.