jeudi, juillet 08, 2010

L'affaire Woerth Bettencourt; Sarkogate ou Woerthgate?

À l'écoute de ces deux enregistrements piratés donc illégaux, on comprend que tous les députés UMP et la droite (voir sondage CSA de ce jour pour le Parisien) se serrent les coudes autour d'Éric Woerth. Dommage car j'aimais l'homme, le politique, le ministre du budget et le ministre des affaires sociales et je pense qu'il a exercé ses fonctions avec talent et succès (lien). Mais, le conflit d'intérêts quand il était ministre du budget chargé de la fiscalité, trésorier de l'UMP et sa femme salariée de la société qui gèrait la fortune immense de Mme Bettencourt actionnaire principale de l'OREAL donc soumise à la surveillance du fisc, c'en est trop même si aujourd'hui, dans ses fonctions de ministre du travail, il n'y a plus conflit d'intérêts. Suite...

12 commentaires:

  1. "Les enveloppes (150.000 € en espèces pour Sarkozy) quand il y en a une ca va, c'est quand il y en a plusieurs que ca pose problème". C'est ce que disent en cœur nos élus UMP,
    Brice

    RépondreSupprimer
  2. Ce qui m'intéresse dans cette affaire, c'est la mise en cause du système de communication moderne des TIC (techniques d'information et de communication) - journaux sur Internet, blogs des journalistes, blogs de particuliers comme celui-ci, réseaux sociaux comme facebook, twitter etc. Il est significatif de noter l'intervention hier de Nathalie Kosiusko Morizet NKM (lien) , sur le sujet, qualifiant Mediapart et son directeur Edwy Plenel ex-journaliste au Monde, de site "caniveau". Voir l'actualité Internet sur Edwy Plenel (lien).

    Cela m'intéresse parce que ces attaques contre les blogs sont aussi "locale". C'est donc bien un phénomène de notre société d'aujourd'hui. Les journalistes professionnels nous font connaître des informations qu'ils obtiennent à la source en allant faire des investigations; ou bien ils reçoivent des informations de tiers plus ou moins bien intentionnés, qu'ils doivent vérifier avant de les faire connaître au public - c'est du moins ce qu'on apprend dans les écoles de journalisme, ou bien encore ils nous font connaître les études d'instituts spécialisés. Le "petit" blogueur que je suis ne procède pas autrement, mais ses informations sont moins sûres et surtout non traitées de manière journalistique et professionnelle.

    Cela dit, les TIC permettent à tout un chacun - moyennant un apprentissage technique de plus en plus facile et rapide à acquérir - de rendre accessibles ses vues et ses opinions voire ses état d'âme, à toute la planète et en permanence via les listes de diffusion de mails, les blogs et les réseaux sociaux. Quand je me lève le matin, mon cerveau et ses 20 milliards de neurones interconnectés, comme celui de mes 6.7 milliards de congénères, est plein d'idées et de réflexions; j'ai hâte de les structurer et de les partager avec ceux avec lesquels j'ai établi et j'entretiens des contacts réguliers. Avant les TIC c'est ce qu'on faisait tous les jours en allant sur la place du village, au café du commerce, ou dans les associations et groupes de réflexions, d'entretiens et d'actions. Il en reste encore qui procèdent comme cela.

    Exemple: si je dis aujourd'hui mon opinion que "le gouvernement de Sarkozy s'est mis à la mode GWBush, qu'il est guidé par son secrétaire général Claude Guéant et son conseiller Henri Guaino, que tout est téléguidé de l'Elysée, que dans l'affaire Bettencourt-Woerth-Mediapart les ordres aux ministres et aux secrétaires d'État sont donnés de se porter au secours du gouvernement", etc. etc. tout cela sans preuves! Certes, ce n'est qu'une opinion! que les TIC relayeront et qui sera partagée par plus ou moins de monde, chacun en pensant ce qu'il voudra.

    Ceux qui sont au pouvoir ne supportent pas d'être critiqués. C'est le cas d'Eric Woerth aujourd'hui qui ne supporte pas le soupçon de conflits d'intérêts et qui invoque sa probité personnelle, de Christian Estrosi l'an dernier qui ne supportait pas la critique de son projet de balcons du Mercantour (lien) , de l'affaire Jean-Claude Méry et sa cassette (lien). Mis en cause, d'autres invoquent leur dévouement et le temps passé à la chose publique!

    Alors si les élites au pouvoir veulent la disparition des moyens des TIC et le retour à d'autres temps, il faut le dire! C'en sera fini de la liberté d'information et d'expression - comme en Chine cf. Google/Baidu.

    RépondreSupprimer
  3. Ce qui m'intéresse dans cette affaire, c'est la mise en cause par le pouvoir du système de communication moderne des TIC (techniques d'information et de communication) - journaux sur Internet, blogs des journalistes, blogs de particuliers comme celui-ci, réseaux sociaux comme facebook, twitter etc. Il est significatif de noter l'intervention hier de Nathalie Kosiusko Morizet NKM (lien) , sur le sujet, qualifiant Mediapart et son directeur Edwy Plenel ex-journaliste au Monde, de site "caniveau". Lire.

    RépondreSupprimer
  4. Voilà justement un article de Monique Dagnaud directrice de recherches au CNRS sur le sujet de la résistance des internautes à l'encadrement des blogs. Cliquer.

    RépondreSupprimer
  5. Plus que d'accord avec l'entière liberté d'expression sur internet. Plus que d'accord aussi pour poursuivre -jusque dans les chiottes comme disait l'autre - les calomniateurs qui se servent de cet outil de liberté pour dénoncer sans preuve. Il ne faudrait pas que sous couvert de libre expression on retourne au mode dénonciateur d'une sinistre période passée, quand un ennemi personnel pouvait vous envoyer en prison ou a la mort. Le trotzkyst PLENEL semble avoir la délation bien facile, lui qui ne s'est pas beaucoup offensé des tripatouillages de son ancienne idole avec la prise en charge par l'état de la "petite demoiselle".

    RépondreSupprimer
  6. Comment, un trotskiste déstabilise la république? Mais que font les citoyens, mais que fait la police? Embastillé, il doit être. Qu'on lui arrache la langue.Il pourra toujours écrire? Qu'on lui coupe la main droite. Il est gauchiste?Alors la,je sais plus.Dois m'inscrire au FN?

    Fouché de son exil à Trieste.

    RépondreSupprimer
  7. A Fouché que mon avis sur Plenel semble irriter. Supposant que vous etes du meme bord que le sieur Plenel, je ne pense pas inutile de vous rappeler la formule bien connue "les faits sont têtus" - même si leur réalité vous déplait. Plenel est tout sauf quelqu'un d'impartial . Et, sauf révélation vérifiable que chacun attend il semble distiller des avis injurieux selon les méthodes que vous devez bien connaitre. Natuellement, pour certains, il est de bon ton de prendre tout ce qui vient de ce type pour parole d'évangile et ne pas y souscrire est une abomination . Ceci dit inscrivez vous où vous voulez mais gardez votre carte du PC ça peut toujours servir. Encore qu'avec les trotzkystes, faites attention et rappelez vous le sort fait à Léon.

    RépondreSupprimer
  8. J'interviens aussi dans le débat avec Fouché. De quel bord suis-je?" J'ai déjà écrit que je n'étais ni de droite ni de gauche car l'affrontement droite/gauche m'a toujours paru stérile. Mais pour lever toute ambiguïté, et selon les classements auxquels nous sommes contraints par la société, je me suis toujours senti proche de la "droite" ou plutôt d'une partie de la droite car la droite en France est divisée - une droite proche du modèle de démocratie sociale de marché similaire à l'ordolibéralisme allemand (lien). J'ai toujours voté à "droite" depuis que le Général de Gaulle a été rappelé au pouvoir en 1958 pour sauver à nouveau la France dans des circonstances dramatiques, j'avais alors 23 ans. La France était au bord de la guerre civile à cause de la guerre que nous menions en Algérie; des généraux putchistes allaient monter à Paris pour renverser le gouvernement, prendre le pouvoir et maintenir l'Algérie française. J'ai voté pour de Gaulle en 1965 à la première élection du président au suffrage universel; j'ai voté pour Pompidou en 1969; puis pour Giscard en 1974, pour Chirac en 1981 et 1998 (contre Mitterand gagnant) puis en 1995 et 2002 ... et récemment pour Sarkozy en 2007 et Ginesta comme député. (lien).

    Mais je ne me suis jamais interdit de critiquer le pouvoir, dès lors que ma conviction était qu'il se trompait et ce sur la base d'informations d'où qu'elles viennent.... Aujourd'hui c'est MEDIAPART qui est montrée du doigt et son directeur Edwy Plenel ex journaliste du Monde. Des trotskistes, des fascistes... Un rapprochement avec l'affaire Dominique Baudis ou affaire Patrice Alègre que j'ai toujours considérée révélatrice d'une société complaisante avec la haine, le mensonge et la calomnie (autre lien) , comme aussi l'affaire d'Outreau...

    Ici, nous sommes dans quelque chose de plus sérieux - une affaire d'État: le conflit d'intérêts au plus haut de l'État, la collusion du pouvoir avec les grandes fortunes et le bouclier fiscal.... Ma conviction cette fois, c'est que Nicolas Sarkozy est enfermé dans la bulle idéologique de sa campagne de 2007... pour faire court "le travailler plus pour gagner plus, la loi TEPA, le bouclier fiscal"; même sans la crise, cette idéologie était erronée selon moi; et la crise est venue la rendre complètement absurde car elle reposait sur l'idée que la croissance pouvait être indéfiniment poursuivie, suivant un modèle erroné essentiellement anglo-saxon et américain, lequel a justement conduit à la crise de 2007-2009.

    Tout cela n'est une opinion basée sur une conviction que je répète. (lien). Et MEDIAPART dans ses 13 questions à Nicolas Sarkozy avant son intervention de ce soir 11 juillet 2010 sur F2 avec David Pujadas, reflète bien selon moi, les questions que les français se posent (lien).

    RépondreSupprimer
  9. Au delà de l'humour, je regrette que l'anonyme qui a répondu à Fouché(personnage historique assez antipathique) se soit senti blessé.
    Ce n'était pas le but de mon commentaire.Parfois, on réagit au premier degré puis au second.En fait je ne me suis pas reconnu dans sa description.Je ne suis ni trotskiste, et je ne l'ai jamais été, je n'ai pas de carte du PC etc... Je voudrais lui dire que je crois qu'il faut toujours être méfiant de ce qui vient du pouvoir politique.Bien sur , on nomme la presse le quatrième pouvoir, c'est une réalité, que son représentant soit Plenel ou R Aron.Mais il y a 3 autres pouvoirs qui fonctionnent tant bien que mal mais qui fonctionnent. Ne désespérez pas de la démocratie et restez vigilant.
    Je crois que je ne devrais plus signer"Fouché", car nous sommes sorti de l'humour.
    A. Briand vous irait il?

    RépondreSupprimer
  10. A Fouché. Si vous cherchez un pseudo d'accusateur, pourquoi pas Fouquier-Tinville. Phonétiquement au moins ça semble assez proche. Pour le reste, à vous de voir. Nous pouvons continuer cette aimable controverse tant que vous voulez car cela me distrait. Il n'en reste pas moins que les accusations non prouvées sont une des pires horreurs et que je vomis leurs auteurs. Même si cela vous déplait.
    Adieu.

    RépondreSupprimer

Bonjour, vous êtes les bienvenus pour partager ici vos commentaires sur la vie du pays de Fayence. Liberté de penser, de commenter et de s'exprimer, est un des fondements d'une vraie démocratie; celle qui permet le bonheur et la prospérité des peuples par la qualité des institutions et leur mode de fonctionnement. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie des propos. Les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs, mais j'en suis seul pénalement responsable.

Les commentaires sont modérés. Vous pouvez commenter sous pseudo ou anonyme; mais je me réserve de supprimer ou modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus ou sans rapport avec le billet: propos racistes, attaques et invectives personnelles, propos insultants, injurieux, diffamatoires...

Je recommande d'utiliser l'option nom/url. Le champ url est lien vers un site web ou une photo; il est facultatif, il peut rester vide.

Mais les personnes qui ne souhaitent pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme; merci d'indiquer un pseudo en début ou fin de commentaire pour faciliter les échanges.