jeudi, octobre 16, 2014

Avis sur le scénario 5 du plan departemental de gestion et prevention des dechets non dangereux (PPGDND

Les données et les références que je consulte m'amènent à considérer que le choix du traitement mécano-biologique (TMB) pour les scnéarios 3-4 et le choix en final du  scénario 5 ne sont pas suffisamment justifiés. Le choix du scénario 5 me paraît un choix dicté par des considérations politiques locales  comme de certains élus et de certaines associations militantes. Le problème est complexe, mais surtout par la vision, les perceptions et les modèles différents de chacun des acteurs, ce que le CR de réunion  démontre. La réalité et le but à atteindre,  c'est de trier, recycler et valoriser au maximum, et de limiter le plus possible le recours au stockage et à l'incinération. Lire la suite...

2 commentaires:

  1. Je considère que le scénario 5 en l'état pourrait se révéler une erreur grave à l'avenir. Ce qu'il faut c'est étudier l'alternative d'avoir une usine de méthanisation/compostage d'une part et une usine de TMB d'autre part. Les deux pouvant être regroupés en un site unique (*) mais avec deux entrées matières séparées: bio-déchets et OM sèches autrement dit poubelles vertes et poubelles grises collectées séparément.
    (*) pour bénéficier de l'effet de taille et partager les utilités - eau, électricité, chaleur, logistique, transports, services techniques, contrôles, automatisation, instrumentation et mesures, services généraux....

    RépondreSupprimer
  2. Réflexion sur le CR: Je lis dans le CR de réunion, ce qu'a dit Mr Morenon Vice-président de la Communauté d’agglomération Var Esterel (CAVEM). "Pour M. MORENON, l’ONF est tout à fait prêt à accepter des tonnes de compost pour rénover le substrat de ses forêts (*). C’est un débouché à développer que l’on ne peut pas négliger dans le Var, premier département pour sa forêt". Ceci implique bien que le compost produit ne serait pas norme NUF44-551 qualité agriculture. Le compost serait donc un déchet à éliminer. Le coût de cela n'est pas évoqué; et l'ONF va t elle répandre ce compost ailleurs que sur les pistes, comment avec quels moyens, sous traitance? Coût pour les collectivités? Et curieusement il n'est pas évoqué une utilisation comme terre de couverture dans les décharges. Je lis aussi l'intervention de Mr Dumont pour l'UDVN83, laquelle évoque tous les aspects de ce billet, ainsi que celle de Mr Tosan.
    (*) un calcul de coin de table permet d'avoir un ordre de grandeur du tonnage de compost: Technovar+CAD+Est Var c'est une population d'environ 350000hab, en prenant 535kg d'OMA/hab dont 45% fermentescibles, cela fait 84000tpa et donnant 60% de compost cela fait donc de l'ordre de 50000tpa de compost à éliminer. Et cela, sans compter les déchets agricoles et autres. Dommage de ne pas avoir un compost norme NFU44-551 retournant à la terre pour préserver la fertilité des sols agricoles.

    RépondreSupprimer

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.