mercredi, novembre 01, 2006

Changement climatique et économie

5 commentaires:

  1. A propos de la perche du Nil.

    Permettez moi de vous signaler un livre récent de F. Garçon "Enquète sur le CAUCHEMAR de DARWIN" Flammarion.Il s'agit de l'enquète sur le film,menée par l'auteur, universitaire,suite à des doutes sur la "déontologie" du metteur en scène.D'ou il ressort que l'on a beau être avertie, on ne se méfie jamais assez de la presse et des médias.Ceci s'applique aussi à des personnalités aussi sincères que Yann Arthus Bertrand, qui s'est fait "avoir".Le film fut encensé par toute la presse à sa sortie,alors que, parait il, "Libé" fut le seul journal à envoyer un reporter sur place.Comme la presse a horreur de reconnaitre qu'elle s'est trompée, elle a commencé par salir Mr Garçon, suite à une analyse critique du film qu'il avait fait paraitre dans la revue"Les Temps Modernes". Il s'est donc rendu sur place pour se rendre compte de visu.D'ou son livre.Mais vous,avec un tant soit peu le sens des sciences naturelles,pouvez vous imaginez un lac aussi immense que Victoria vide de poissons?Pas moi.Et si la perche du Nil est un aussi puissant prédateur, pourquoi n'a t'il pas également nettoyé tous les autres lacs de l'Ouest Africains?
    Charles D

    RépondreSupprimer
  2. Lien vers le livre de F.Garçon

    D'après la documentation disponible, la perche du Nil a été introduite dans la lac Victoria en 1950. A ma connaissance elle n'a pas été introduite dans les autres lacs de l'Est de l'Afrique.

    Les effets de l'introduction d'espèces étrangères commencent à être documentés; le lapin en Tasmanie, la taxifolia en méditerrannée, la hyacinthe d'eau dans le lac Malawi...

    De nombreux articles et témoignages font état du problème, y compris les riverains du lac eux-mêmes et pas seulement dans le reportage de Yann Arthus Bertrand.

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire me fait penser que lorsqu'on connaît un sujet, ce qu'en rapportent les média est différent; la réaction est de dire c'est erroné ou incomplet. J'ai eu cette réaction à propos de l'Afrique du Sud que j'ai connu sous l'apartheid et le Chili sous Pinochet, de même que les pays de l'Est et la Russie après l'effondrement de l'URSS. Les émissions d'Envoyé Spécial sur l'apartheid et sur le régime de Pinochet me paraissaient exagérées. Et pourtant ces régimes ont disparu et Envoyé Spécial avait raison. Tout est représentation de notre cerveau. Un cerveau ne peut pas embrasser la planète, ses 6.5 milliards d'habitants, leurs cultures et toutes leurs ramifications, l'évolution de la vie, etc. Deux cerveaux voient la planète différemment, plusieurs encore différemment, et ainsi de suite à l'infini... et en partageant nos visions différentes, on construit une vision collective du monde dans lequel nous vivons. Et cette vision change avec le temps et l'acquisition d'autres données et visions d'autres cerveaux. Paradoxalement, l'univers c'est beaucoup plus simple à se représenter car il n'y a que des objets que l'on voit dans nos télescopes et que l'on interprète avec les connaissances scientifiques, mathématiques, mécanique, physique et chimie.

    RépondreSupprimer
  4. Votre commentaire du 28/11 est interessant.Je me crois capable de discernement et d'analyses au microscope comme de visions "helicopter view".Quant à votre commentaire sur les représentations, il y aurait beaucoup a en dire, mais ce n'est pas l'objet de cette rubrique.
    Entre la réalité des faits-la perche du Nil s'est taillée une place importante dans l'écosystème du lac Victoria et peut menacer l'équilibre entre les espèces- et traduire cela en ,comme le fait le film "Le cauchemar de Darwin", en catastrophe écologique d'abord puis en catastrophe humanitaire ensuite, il y a un pas que je ne franchirais pas.Cela est de la résponsabilité du réalisateur.Comme il est de la responsabilité des médias d'être critique par rapport au flot d'informations disponibles, pour en distinguer le plausible du sensationel approximatif.
    Pour terminer,après avoir vu le film en début d'année, j'ai fait une petite recherche Internet.En particulier sur les statistiques de pêches et des industries de transformation du poisson dans les différents pays qui bordent le lac Victoria.Et je me souviens que si la perche du Nil était en effet majoritaire dans les pêches,d'autres espèces de poissons étaient aussi pêchées et transformées,pas en petites quantités.Donc elles existaient, et mes statistiques dataient d'une période -2/3 ans- où le nombre de prises de perches était déjà en diminution.Ergo...En tirant ensuite sur la ficele, je me suis aperçu qu'elle est tout de même un peu grosse, et que le film était instruit uniquement à charge,contre le capitalisme qui, avait introduit le prédateur, avait ensuite financé les pêcheries et les usines de transformation de poissons(Financement aidé de l'U.E.), et qui s'appropriait ensuite le produit de la pêche pour nourrir l'Europe, l'Inde, le Japon avec des marges confortables, en affamant les pêcheurs, détruisant les structures familiales locales, favorisant la prostitution, le Sida et "last but not least", le transport aérien du poisson favorisant un trafic d'armes, jamais prouvé.Bref, Germinal en Afrique, au 21° Siècle.
    Que dire d'autre?Que le film fut cofinancé par ARTE, si je ne me trompe pas,qu'a une époque la presse lui prédisait un "Oscar" ou autre récompense importante au E.U., avant que la manipulation ne vienne au jour etc...
    Alors, représentation du cerveau?Oui, si elle n'oblige pas à avaler toutes les couleuvres.
    Ah, j'oubliais. La Tanzanie, pays où se situe l'histoire,connait une progression économique à 2 chiffres depuis quelques années.
    Charles D

    RépondreSupprimer
  5. Personnellement je suis 100% d'accord avec vous. Ce que je voulais dire c'est qu'un reporter du genre envoyé spécial, attac ou tier-modiste comme raid, voit les choses à travers sa lorgnette en l'occurence "son cerveau"; et il instruit à charge car il ne s'intéresse qu'à une part de la réalité ou plutot ce qu'il voit et croit avec ses convictions acquises avant d'être venu sur le terrain. Mais la réalité du terrain est plus complexe et ne peut être enfermée dans un seul cerveau ni vue avec une seule lorgnette. Je ne suis ni tier-mondiste, ni attac, ni raid; Je suis une mineur économiste libéral. Et j'ai parcouru le monde entier où j'ai vu la différence entre ce que disent les journalistes et les média et la réalité. Je connais aussi la Tanzanie où j'ai fait une mission mines et métallurgie avant la chute de l'URSS. Je fais justement une étude actuellement pour éclairer une ONG anti-capitaliste sur le projet de réhabilitation de l'industrie du Cuivre et du Cobalt en République Démocratique du Congo ex Gecamines province du Katanga. Voir le site de l'industriel canadien qui est à la base de ce projet. Cette ONG veut y mettre son grain de sel pour que les ressources du Katanga ne soient pas pillées par d'affreux capitalistes des pays riches... Ce sont les auteurs des rapports techniques et économiques qui m'ont appelé à l'aide.

    RépondreSupprimer

Ce blog est ouvert à la contradiction par la voie de commentaires. Je tiens ce blog depuis fin 2005; je n'ai aucune ambition ni politique ni de notoriété. C'est mon travail de retraité pour la collectivité. Tout lecteur peut commenter sous email valide ou sous son nom. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie.
- Je modère tous les commentaires pour éviter le spam et d'autres entrées malheureuses possibles.
- Cela peut prendre un certain temps avant que votre commentaire n'apparaisse, surtout si je suis en déplacement.
- Je n'autorise pas les attaques personnelles. Je considère cependant que ces attaques sont différentes des attaques contre des idées soutenues par des personnes. Si vous souhaitez attaquer des idées, c'est bien, mais vous devez alors fournir des arguments et vous engager dans la discussion.
- Je n'autorise pas les commentaires susceptibles d'être diffamatoires (au mieux que je puisse juger car je ne suis pas juriste) ou qui utilisent un langage excessif qui n'est pas nécessaire pour l'argumentation présentée.
- Veuillez ne pas publier de liens vers des publicités - le commentaire sera simplement supprimé.
- Je suis pour la liberté d'expression, mais il faut être pertinent. La pertinence est mesurée par la façon dont le commentaire s'apparente au sujet du billet auquel le commentaire s'adresse. Si vous voulez juste parler de quelque chose, créez votre propre blog. Mais puisqu'il s'agit de mon blog, je vous invite à partager mon point de vue ou à rebondir sur les points de vue enregistrés par d'autres commentaires. Pour ou contre c'est bien.
- Je considère aussi que la liberté d'expression porte la responsabilité d'être le propriétaire de cette parole.

J'ai noté que ceux qui tombent dans les attaques personnelles (que je supprime) le font de manière anonyme... Ensuite, ils ont l'audace de suggérer que j'exerce la censure.