jeudi, novembre 09, 2006

Evolution des taxes locales 1998-2006 (Callian)

Voir la réflexion et les commentaires sur les taxes locales, la communauté de communes, la relation avec le pouvoir d'achat et la situation économique de la France en cette fin d'année 2006. N'oubliez pas de vous exprimer dans le sondage (le dernier dans la liste).

30 commentaires:

  1. Les caprices ont un coût...

    RépondreSupprimer
  2. Je me demande combien de Callianais sur les 3200 paient la taxe d'habitation (c'est pas un caprice ça )

    RépondreSupprimer
  3. Baisse de la taxe communale ! du "bla bla" regardez les travaux sur la commune et le développement des services pour la jeunesse ils ne se financent pas par les quêtes du dimanche matin ,allons du serieux Pierrot

    RépondreSupprimer
  4. Venant après la décision d'affecter l'essentiel des surplus fiscaux au remboursement d'une dette publique gravement préoccupante, le projet de loi de finances pour 2007 présenté par Thierry Breton et Jean-François Copé, répond, lorsqu'il vise à la réduction du déficit budgétaire, à une préoccupation de responsabilité dans la gestion des finances publiques qui ne saurait être blâmée. Il ne comporte en revanche aucune des mesures qui permettraient de corriger la lourde injustice, aggravée au cours des dernières années, de la répartition du fardeau fiscal entre les citoyens. Les privilèges des revenus du capital sont conservés. La progressivité de l'impôt n'est pas rétablie. Le mode de financement du budget de l'Etat a cessé d'être un moyen de réduire l'écart des revenus et des fortunes. Un tel projet de budget n'exprime aucune ambition sociale.
    La politique budgétaire d'une République moderne et exigeante doit associer responsabilité financière et justice sociale.

    RépondreSupprimer
  5. ... commencerions-nous une discussion de sourds? La leçon a été retenue, il ne faut pas s'en inquiéter:
    "on ne discute pas avec une brouette, on la pousse ou on la contourne"
    pour ma part je la charge !!

    RépondreSupprimer
  6. quelle est la portée de ce lumineux commentaire? si l'on ne tenait que des propos comme ceux-là, l'humanité n'aurait même pas atteint l'âge de pierre...

    RépondreSupprimer
  7. En chassant les prétendus "faux pauvres" (les étudiants) et en ignorant les vrais riches (qui perçoivent des revenus du patrimoine), l'Insee minimise délibérément l'ampleur de la pauvreté, mais aussi son évolution. Ce sont là deux des astuces les plus grossières qu'utilise la statistique officielle pour cacher les pauvres. En cognant fort sur le thermomètre, l'Insee espère faire disparaître la fièvre que chacun voit au coin de la rue et dont témoignent les associations. Un bien mauvais calcul.

    RépondreSupprimer
  8. Entre un et deux millions d'enfants pauvres en France, c'est le constat dressé dans le dernier rapport du Cerc .Une fourchette très large ! Le Cerc et l'Insee, pour mesurer la pauvreté, privilégient le seuil le plus faible (en dessous de 50 % du revenu médian) alors que les statisticiens européens retiennent un seuil plus élevé (60 % du revenu médian). Cela suffit pour expliquer un écart de un à deux. Mais l'Insee se livre aussi à d'autres manipulations.
    L'institut a longtemps répugné à publier des chiffres sur la pauvreté. Ce n'est que dans les années 1990 qu'il a commencé à le faire. Dans un dossier d'une de ses revues, Economie et statistique, consacré en 1997 à la pauvreté, on trouve quelques indications. Combien de pauvres? Environ 5,5 millions en 1994, soit un taux de pauvreté de 10,4 % pour les ménages et un taux très proche en termes de personnes. Le même article indique que le taux de pauvreté serait resté globalement stable entre 1984 et 1994.
    Plus récemment, l'Insee estime le taux de pauvreté à 6,1 % en 2001 (soit 3,5 millions de personnes). Plus de 10 % de pauvres en 1994, environ 6 % en 2001 : la pauvreté aurait-elle baissé de 40 % ? Personne ne peut le croire et les statisticiens le savent bien. Aussi leur commentaire sur cette évolution est-il le même : entre 1984 et 1996, le taux de pauvreté est resté stable, mais autour de 7 % et non de 10 %2. En quelques années, 30 % de pauvres ont donc disparu de la statistique. Comme pour les polices d'assurance, c'est dans les alinéas et les petites notes que le lecteur curieux pourra trouver deux explications.
    Première explication : les ménages d'étudiants sont désormais exclus des chiffres. Cette "correction statistique" écarte plus de 12 % des ménages, soit 7 % des personnes pauvres. Chacun sait en effet que les ménages d'étudiants ne peuvent être vraiment "pauvres"... Et qu'il s'agit là d'une illusion d'optique. Pour enfoncer le clou, l'Insee s'était même risqué à chiffrer dans son dossier de 1997 la ration de survie d'un étudiant en jeans, repas au restaurant universitaire, etc. Résultat : avec une sorte de sous-RMI un étudiant n'était pas pauvre. Les étudiants apprécieront.
    Seconde explication : les données de l'Insee viennent des enquêtes des revenus fiscaux, mais non corrigés de la sous-estimation des revenus du patrimoine. Or ceux-ci sont répartis de façon très inégalitaire. Longtemps, l'Insee s'est vanté de procéder à des redressements pour tenir compte de la sous-estimation de ces revenus dans les déclarations fiscales (environ 80 % des revenus du patrimoine n'apparaissent pas dans les déclarations selon le Conseil des impôts). L'Insee en concluait que la comparaison avec les autres pays européens - où de telles corrections sont rares - était biaisée. Heureux effet de l'harmonisation européenne (?) : l'Insee ne procède donc plus à ces redressements et ignore ainsi une masse de revenus qui explose depuis une quinzaine d'années. Entre 1988 et 2002, les revenus monétaires de la propriété ont été multipliés par plus de trois (+ 202 %) en termes de pouvoir d'achat, alors que le revenu disponible des ménages a augmenté de moins de 35 %. En 2002, ces revenus du patrimoine représentaient l'équivalent d'environ 30 % des prestations sociales monétaires contre moins de 15 % quinze ans plus tôt. Exclure ces revenus financiers pour mesurer la pauvreté est donc scandaleux

    RépondreSupprimer
  9. J'ai 23 ans, je travaille, je gagne 1100 euros nets, je n'ai pas droit aux APL (trop riche hahaha), a la CMU, au RMI, aux reductions étudiantes (réservés aux ETUDIANTS de moins de 25 ans), au demi-tarif, ni q quoi que ce soit d'ailleurs... devrais-je donc arreter de travailler, et avoir droit à la panoplie parfaite du faux pauvre plus riche que moi au final

    RépondreSupprimer
  10. La pauvreté c'est le résultat du sous emploi, de la sous utilisation des ressources humaines et des capacités productives de notre pays. Voilà plus de 20 ans qu'on s'enfonce dans cet abîme et on l'impression que nos politiques sont impuissants à l'empêcher, alors que la plupart savent ce qui ne va pas et ce qu'il faudrait faire. Il faut convaicre et changer les mentalités. Tous les observateurs de la France, français et étrangers, sont unanimes dans leur diagnostic... l'État, la bureaucratie, les règlements... dont résultent les déficits, et la dette hors de contrôle; un état pantagruelique, ça bride l'économie marchande et les salaires; ça crée et ça entretient le chômage (même s'il y a du mieux en ce moment, mais les faibles revenus restent toujours aussi faibles); tout ça conduira au goufre si rien ne change à l'intérieur de chez nous.

    Et pourtant nos grandes entreprises du CAC40 se portent bien; elles ont su s'adapter à la mondialisation; elles délocalisent pour échapper aux rigidités de notre "modèle social". Et c'est tant mieux pour tous, car sans les produits chinois et indiens et autres pays émergents, sans les ventes d'airbus, de matériel ferroviaire, de centrales nucléaires et autres technologies, ce serait encore pire et nous atteindrions plus vite le fond du goufre...

    Le schéma suivant montre le fonctionnement de l'économie en dehors de toute idéologie.

    Voir mon dossier sur la macroéconomie.

    RépondreSupprimer
  11. ben oui les caprices ont un coût. La preuve, quelque soit notre revenu, nous payons tous les caprices d'une majorité. Si ça c'est de la démocratie, c'est quoi la dictature ?

    RépondreSupprimer
  12. Les statistiques Eurostat et INSEE sur la cohésion sociale et la pauvreté sont données dans le document suivant. Suivre ce lien.

    RépondreSupprimer
  13. En quelle année le maire actuel de callian a t'il été élu ?

    RépondreSupprimer
  14. François Cavallier et sa liste ont été élus en 2002. Prochaine échéance électorale, 2008. Voir les modalités des élections municipales en pays de Fayence.

    RépondreSupprimer
  15. Vous vous doutez bien que ma demande de la date des élections n'était pas anodine.
    Impressionante cette envolée depuis 2002, n'est il pas ?

    RépondreSupprimer
  16. Monsieur cavallier n'a pas d'opposants sérieux... il n'en a même pas du tout, aux municipales... c'était ainsi aux dernières élections, ce sera ainsi aux prochaines.. Il doit s'ennuyer, Monsieur Cavallier, à se battre contre personne .. lol

    RépondreSupprimer
  17. Jugement sans fondement; au conseil municipal de Callian les échanges d'idées ou de position sont libres. Mais depuis 2002 le public présent ne représente que 30 personnes en tout avec en moyenne un conseil par mois et demi.
    Il ne me semble pas d'ailleurs y avoir vu les personnes respectables de ce blog ,alors du calme "Vous n'être pas nos professeurs" mais des électeurs qui ont mis en place ce conseil à deux reprises il me semble."
    Je constate que certain "piaffe" a l'idée de faire de l'opposition c'est Français et dans l'air du temps .
    Alors au boulot "camarade" mais attention le peuple n'est pas toujours gentil,malgré certaine théorie vieillotte d'un autre âge .

    LA MOUCHE DU COCHE
    COUPTIF

    RépondreSupprimer
  18. LA DICTATURE CE N EST PAS CA CHER " ANO" MAIS LES BUS QUI BRULES DANS LES ZONES DE NON DROIT
    LES VOLS A LA PORTIERES ECT.....
    ET SI DEMAIN C ETAIT CA ? AVEC EN PLUS PAS LA POSSIBILITE DE DEFOULEMENT SUR CE BLOG !
    REFLECHISSONS CALMEMENT AVANT DE DIRE N IMPORTE QUOI .

    JM L

    RépondreSupprimer
  19. Le blog remplace le défouloir pour ceux qui n'osent pas les échanges d'idées "homme à homme"
    Il permet au parano,frustré,petit,gras ,gros ,anarchiste,gauliste ,coco ,chef, DRH,ingenieur en retraite,de dire comme royaliste de la premiére heure ce que je n'ose pas dire devant.

    RépondreSupprimer
  20. L AUTEUR DU BLOG N APPROUVE PAS LES COMMENTAIRES !!!!!
    DEBUT DE CENSURE ? OU DICTATURE DE LA PENSEE

    RépondreSupprimer
  21. 13H25 BLOQUAGE DES BLOGS PAR PIERROT

    LA MOUCHE DU COCHE

    RépondreSupprimer
  22. En dehors des propos invectives et injurieux, et ceux contraires à la charte du blog, il n'y a pas de censure; tous les commentaires sont les bienvenus; mais il faut me laisser le temps de les voir; je ne suis pas 24h sur 24h devant mon écran à consulter ce blog et à modérer les commentaires...

    RépondreSupprimer
  23. Dans les communes de moins de 3500 habitants, il n'y qu'une seule liste (celle arrivée en tête au scrutin) sans participation proportionnelle d'autres listes éventuelles qui se seraient présentées. A Callian en 2002, il n'y avait qu'une seule liste à se présenter. Rien à dire... Qu'en sera-t-il en 2008, je n'en sais rien...

    La tête de liste qui gagne les élections est en principe élue "maire"; ce fut le cas de François Cavallier. Il avait constitué sa liste, en choisissant des personnalités de Callian, en fonction de ses convictions et de ce qu'il croyait être de l'intérêt général. Il a gagné; rien à dire... Qu'en sera-t-il en 2008, je n'en sais rien...

    Lors de l'exercice du mandat, le maire, après avoir expliqué ses projets et les décisions proposées lors des conseils municipaux, a obtenu leur approbation après délibération et vote. Rien à dire....

    Cela dit, entre la fin du scrutin 2002 et la fin du scrutin 2008 (6 ans), les citoyens peuvent s'exprimer utilement, pour la démocratie et la vie locale, sur divers sujets et dossiers, notamment en utilisant ces formidables moyens de communication que nous offrent l'informatique, les PC, l'internet et l'ADSL, que nous n'avions pas à l'âge de pierre ni pendant le siècle des lumières.

    Les Maires disposent, pour l'élaboration de leurs décisions, de toutes les ressources de l'administration, de la DDE et du conseil général; certains estiment qu'ils n'ont pas besoin d'autres conseils.... D'autres accueillent volontiers, pour développer leur information et les aider à la prise des décisions, des contributions de citoyens ordinaires, en supplément de leurs sources administratives. Ce sont d'ailleurs les mêmes sources de documentation que les uns comme les autres utilisent, car nous montons tous sur les épaules des uns des autres; rien n'est si simple, au point de ne pas nécessiter de débat et de réflexion. Ce sont d'ailleurs les mêmes cerveaux, dans le même environnement culturel de la France du XXIè siècle, qui s'expriment.

    Enfin, si tous les commentaires (hormis les invectives, les injures, les attaques personnelles, et ceux contraires à la charte du blog) sont admis et bienvenus, il est souhaitable, pour qu'ils soient utiles au débat et à l'échange d'idées, qu'ils ne se limitent pas à des phrases lapidaires mais qu'ils soient des présentations d'arguments alimentant la réflexion des uns et des autres.

    Le présent message a trait à l'évolution des impôts locaux et des prix de 1995 à 2006; si les commentaires débordent de cet objet, c'est le résultat de la démocratie des blogs. Il n'est pas question de supprimer ou de manipuler les commentaires...

    RépondreSupprimer
  24. Il a raison l'auteur du blog nous ne sommes plus à l'âge de pierre,pas d'injure pas de diffamation sinon risque de plainte et de convocation devant les gendarmes!!!
    Je suis content qu'il n'y a pas de censure des commentaires, mais de la modération bordel !...
    Et merci pour l'historique municipal.
    C'est quand le prochain conseil de Callian ?
    Je pense que l'on s'écarte des taxes locales.

    RépondreSupprimer
  25. Il manque pas d'air l'anonyme qui parle d'un blog défouloir et de parler d'homme à homme. Il pourrait au moins prendre un pseudo que diable. L'auteur du blog lui ne se cache pas. Et je le vois souvent aux manifs du canton parler avec Pierre Paul et Jacques et les élus.

    RépondreSupprimer
  26. je n'assiste pas aux réunions du conseil municipal de callian et c'est intructif d'apprendre qu'une vingtaine de personnes y assistent car je connnais des réunions de conseil municipal où il y a toujours "dégùn". (c'est pas une insulte, c'est du patois...)A présent, que je me souvienne, il n'y avait pas de liste d'oppostion à celle de cavallier en 2001. Et ça, c'est décevant et à y remédier.

    RépondreSupprimer
  27. Mise au point: il y a 30 personnes
    au total à ce jour qui ont assisté aux différents conseil de Callian depuis 2001 ...Et les portes sont toujours ouvertes ,il y a même du chauffage l'hiver , mais pas de clim l'été .
    En 1995 il y avait cinq listes au premier tour .
    Mais à qui la faute si en 2001 personne n'a eu le courage et la volonté de s'engager pour servir sa commune .A la lecture du blog les imprimeurs vont avoir du travail attendons 2008 .
    Vive la démocratie.

    LA MOUCHE DU COCHE

    RépondreSupprimer
  28. Puisque ce message sur l'évolution des impôts locaux de 1998 à 2006 a dévié vers la question des élections municipales qui se dérouleront en 2008, restons dans cette ligne et continuons d'accumuler les échanges et commentaires sur ce sujet. Voir la suite.

    RépondreSupprimer
  29. On ne peut pas vraiemnt dire que l'augmentation des impôts locaux et les élections municipales soient étrangers l'un de l'autre. Les taxes foncières et d'habitation ne varient elles pas d'une commune à l'autre ?

    RépondreSupprimer

Ce blog est ouvert à la contradiction par la voie de commentaires. Je tiens ce blog depuis fin 2005; je n'ai aucune ambition ni politique ni de notoriété. C'est mon travail de retraité pour la collectivité. Tout lecteur peut commenter sous email valide ou sous son nom. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie.
- Je modère tous les commentaires pour éviter le spam et d'autres entrées malheureuses possibles.
- Cela peut prendre un certain temps avant que votre commentaire n'apparaisse, surtout si je suis en déplacement.
- Je n'autorise pas les attaques personnelles. Je considère cependant que ces attaques sont différentes des attaques contre des idées soutenues par des personnes. Si vous souhaitez attaquer des idées, c'est bien, mais vous devez alors fournir des arguments et vous engager dans la discussion.
- Je n'autorise pas les commentaires susceptibles d'être diffamatoires (au mieux que je puisse juger car je ne suis pas juriste) ou qui utilisent un langage excessif qui n'est pas nécessaire pour l'argumentation présentée.
- Veuillez ne pas publier de liens vers des publicités - le commentaire sera simplement supprimé.
- Je suis pour la liberté d'expression, mais il faut être pertinent. La pertinence est mesurée par la façon dont le commentaire s'apparente au sujet du billet auquel le commentaire s'adresse. Si vous voulez juste parler de quelque chose, créez votre propre blog. Mais puisqu'il s'agit de mon blog, je vous invite à partager mon point de vue ou à rebondir sur les points de vue enregistrés par d'autres commentaires. Pour ou contre c'est bien.
- Je considère aussi que la liberté d'expression porte la responsabilité d'être le propriétaire de cette parole.

J'ai noté que ceux qui tombent dans les attaques personnelles (que je supprime) le font de manière anonyme... Ensuite, ils ont l'audace de suggérer que j'exerce la censure.