samedi, septembre 29, 2007

Polémiquer sur la rigueur n'a pas de sens...

La France a une dette publique qui s'accroît d'année en année depuis plus de 25 ans; les intérêts de la dette font partie du budget de l'état; ils augmentent aussi d'année en année, et représentent plus que le produit de l'impôt sur le revenu...

6 commentaires:

  1. Je suis fatigué de voir toujours comparer la droite et la gauche au sujet de la gestion des finances publiques.et de dire que c'est la même chose, Il est clair que ce message n'a pas d'autre but, surtout dans notre canton, d'enfoncer l'idée que"à quoi bon changer, gardons la droite indéfiniment!".
    Pourtant si l'on fait l'effort de regarder les courbes de l'OCDE sur le sujet(et bien sûr, de celles là on n'en parle pas!), on constatera que pendant la période 1997 à 2002, toutes nos courbes économiques se sont redressées(je sais, on va me dire que l'équipe Jospin a bénéficiée d'une bonne croissance, mais d'abord, pourquoi à ce moment là, fallait-il dissoudre l'Assemblée Nationale?, et ensuite, la croissance mondiale de ces dernières années n'était pas mal non plus, alors pourquoi l'équipe de droite au pouvoir n'a pas su en profiter?).
    Et si l'on compare la pente des courbes(j'espère que vous savez ce que c'est!), vous constaterez que même quand elles n'étaient pas très bonnes alors que la gauche dominait, elles étaient quand même bien meilleures qu'avec la droite.
    Alors avec de tels articles, de qui se moque-t-on?

    RépondreSupprimer
  2. Je crois que vous lisez mal. Le déficit permanent et la dette croissant continuellement sont des réalités incontestables; et que cela ne puisse pas durer indéfiniment, aussi. Je ne prends pas position comme vous semblez le dire. Et je suis d'avis qu'il ne faut pas instrumentaliser cela au profit d'une idéologie politique de droite ou de gauche. Il faut rechercher d'où le vient le déficit, la part des cadeaux fiscaux aux entreprises, aux particuliers les plus aisés, et leur utilité, la nécessité de préserver une solidarité entre les français, de ne pas laisser s'accentuer comme cela se passe depuis des années le fossé entre une France qui s'enrichit et une France qui s'appauvrit. Mais il faut tenir compte aussi du fait qu'on ne peut pas continuer indéfiniment à croître, à augmenter sans cesse notre production et consommation de biens qui vont remplir les déchetteries, polluent l'atmosphère, réchauffent la planète et nous menacent d'extinction.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne pense pas que je lise mal, mais par contre vous me faites dire ce que je ne dis pas.Je suis d'accord avec vous sur l'analyse de la situation, mais je dis que la façon de la gérer n'est pas la même si elle est gérée par la droite ou par la gauche. L'équipe de Lionel Jospin l'avait bien comprise puisqu'elle avait concentré tous ses efforts sur la réduction de la dette et qu'elle commençait à y parvenir.
    Cela ne concerne pas seulement le pouvoir central , mais tous les pouvoirs à tous les échelons, et dans notre canton nous voyons bien dans quelle opacité sont gérées les communes!
    Je reste persuadé que, parce que la gauche c'est la justice dans tous les domaines, elle serait la seule capable actuellement, de nous sortir de cette crise,non pas grace à telle ou telle individualité, mais collectivement et dans sa diversité.
    Mais c'est la droite qui est aux commandes, j'attends donc la suite. Ce que je vois me fait dire que nous ne sommes pas au bout de nos peines, mais les français ont choisi et il est bon qu'ils supportent le poids de leurs votes, même si la minorité dont je suis en subira aussi les conséquences!

    RépondreSupprimer
  4. Je n'entre pas dans le débat droite gauche; je n'ai pas à le faire ici, cela fait partie des choix de chacun. Ce que j'ai voulu dire en employant le mot polémiquer, c'est que l'équilibre budgétaire et une dette supportable, au sens de Maastricht (3% et 60% du PIB), passent nécessairement par une baisse des dépenses et une hausse des prélèvements et une conjugaison des deux. C'est bien ce que disent tous les observateurs, la Commission UE, l'OCDE, à partir des données statistiques de l'INSEE communiquées à l'OCDE et Eurostats.

    RépondreSupprimer
  5. On voit bien dans ces propos l'esprit partisan des "gens de gauche" ...c'est sûr que jospin n'a pas fait "d'ouverture à droite" dans ses gouvernements ..
    Quoiqu'il en soit, ce sont bien les "travailleurs", ouvriers ou patrons qui font la richesse du pays .. si pas de travailleurs, rien à redistribuer aux "pauvres" ..
    Normal de taxer les "riches", mais quand on voit que la moitié de la population, malgré toutes les allocations distribuées, ne paie ni impot sur le revenu, ni taxe d'habitation ni .. ni ..
    Je constate que ce sont les "français riches " qui sont le sponsor d'une France en "faillite", donc , pour le bonheur des français : VIVENT LES RICHES .. sinon ??

    RépondreSupprimer
  6. @anonyme
    Je ne resiste pas à l'envie de vous donner ces deux articles (en anglais... je ne fais pas le traducteur). Faut-il super taxer les super riches. Oui dit l'un, non dit l'autre. Mais vous verrez que le oui et le non ne s'opposent nullement; au contraire ils se complètent et on peut être d'accord avec les deux. En effet, chacun s'attache seulement à des aspects du problème et leurs points de vue sont totalement disjoints (à mon avis...). Cliquer ici.

    RépondreSupprimer

Ce blog est ouvert à la contradiction par la voie de commentaires. Je tiens ce blog depuis fin 2005; je n'ai aucune ambition ni politique ni de notoriété. C'est mon travail de retraité pour la collectivité. Tout lecteur peut commenter sous email valide ou sous son nom. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie.
- Je modère tous les commentaires pour éviter le spam et d'autres entrées malheureuses possibles.
- Cela peut prendre un certain temps avant que votre commentaire n'apparaisse, surtout si je suis en déplacement.
- Je n'autorise pas les attaques personnelles. Je considère cependant que ces attaques sont différentes des attaques contre des idées soutenues par des personnes. Si vous souhaitez attaquer des idées, c'est bien, mais vous devez alors fournir des arguments et vous engager dans la discussion.
- Je n'autorise pas les commentaires susceptibles d'être diffamatoires (au mieux que je puisse juger car je ne suis pas juriste) ou qui utilisent un langage excessif qui n'est pas nécessaire pour l'argumentation présentée.
- Veuillez ne pas publier de liens vers des publicités - le commentaire sera simplement supprimé.
- Je suis pour la liberté d'expression, mais il faut être pertinent. La pertinence est mesurée par la façon dont le commentaire s'apparente au sujet du billet auquel le commentaire s'adresse. Si vous voulez juste parler de quelque chose, créez votre propre blog. Mais puisqu'il s'agit de mon blog, je vous invite à partager mon point de vue ou à rebondir sur les points de vue enregistrés par d'autres commentaires. Pour ou contre c'est bien.
- Je considère aussi que la liberté d'expression porte la responsabilité d'être le propriétaire de cette parole.

J'ai noté que ceux qui tombent dans les attaques personnelles (que je supprime) le font de manière anonyme... Ensuite, ils ont l'audace de suggérer que j'exerce la censure.