lundi, septembre 29, 2008

Bernard Thibault secrétaire de la CGT aux matins de France Culture


J'ai écouté Bernard Thibault secrétaire de la CGT ce matin à France Culture. Avec la crise financière mondiale partie des EU, interprétée comme une crise systémique du capitalisme dans sa forme néolibérale, les opposants au libéralisme retrouvent des couleurs sur la scène médiatique. Mais il y a aussi des idées pour le pays de Fayence...

4 commentaires:

  1. quel fin analyste ce thibaud c'est impressionnant !!

    RépondreSupprimer
  2. Il ne faut pas s’étonner de savoir que Bernard Thibault, à la tête du plus grand syndicat de France, est passé avant par la case SNCF. Mais plus étonnant est le fait qu’il n’est qu’un jeune mécanicien lorsqu’il adhère à la CGT. Du petit cheminot au plus grand contestataire de France, il y a plusieurs étapes. D’abord, la CGT. La confédération est une forteresse difficilement pénétrable. Mais Bernard Thibault franchit les paliers avec aise : secrétaire de syndicat, secrétaire des cheminots de Paris-Est. La section la plus importante de la confédération le fait pénétrer les bureaux fédéraux. Secrétaire au Bureau fédéral puis au Bureau confédéral… Bernard Thibault réussit à se hisser, en 1999, à la tête du syndicat et se fait réélire en 2003. Deuxième étape : les grèves. 1986 et 1995 sont ses années fortes. Par lesquelles il brise l’esprit conservateur des syndiqués, et les convainc de laisser les grévistes non affiliés pénétrer leur mouvement. La CGT repense alors l’organisation de la contestation, et lui doit une fière chandelle. Troisième étape : la modernisation. Depuis qu’il est Secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault s’emploie à résoudre les problèmes du syndicat, notamment et surtout le manque de recrutement de nouvelles têtes. Mais il se heurte à l’arrière-garde lorsqu’il propose de négocier les réformes avec le gouvernement Raffarin. Aucun compromis n’est possible. Bernard Thibault s’emploie donc aujourd’hui à redevenir l’illustre gréviste qu’il a toujours été. En cela, la crise du CPE l’a beaucoup servi. Quitte à mettre la question de la modernisation du syndicat de côté. Point fort : Le syndicat le plus puissant de France derrière lui Point faible : Le syndicat le plus passéiste de France derrière lui

    RépondreSupprimer
  3. « Les hommes sont comme les chiffres, ils n’acquièrent de valeur que par leur position. »


    N B

    RépondreSupprimer
  4. quand je disais qu'il était fin analyste, c'était une boutade. Il a été très flexible et pour la flexibilité, très employable et pour l'employabilité... lorsque le libéralisme semblait la seule alternative... à contrario d'autres syndicats et associations qui eux voyait le libéralisme comme la fin du monde des hommes.. (voyons où celui ci nous a conduit aujourd'hui n'est ce pas...) Je préfère de loin B.T dans son rôle de gréviste. Ce rôle pourra peut être l'aider à servir la cause qu'il est sensé défendre. Celle des salariés.
    A l'avenir, il éprouvera certes des difficultés à prétendre qu'il est un précurseur. La fin du libéralisme il n'a pas vu venir ou s'en est arrangé à des fins qui me paraissent plus personnelles.

    Mais comme Sarko, peut être que B.T est le mieux placé pour faire une politique de gauche vu la confiance que lui a accordé le patronat...

    RépondreSupprimer

Ce blog est ouvert à la contradiction par la voie de commentaires. Je tiens ce blog depuis fin 2005; je n'ai aucune ambition ni politique ni de notoriété. C'est mon travail de retraité pour la collectivité. Tout lecteur peut commenter sous email valide ou sous son nom. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie.
- Je modère tous les commentaires pour éviter le spam et d'autres entrées malheureuses possibles.
- Cela peut prendre un certain temps avant que votre commentaire n'apparaisse, surtout si je suis en déplacement.
- Je n'autorise pas les attaques personnelles. Je considère cependant que ces attaques sont différentes des attaques contre des idées soutenues par des personnes. Si vous souhaitez attaquer des idées, c'est bien, mais vous devez alors fournir des arguments et vous engager dans la discussion.
- Je n'autorise pas les commentaires susceptibles d'être diffamatoires (au mieux que je puisse juger car je ne suis pas juriste) ou qui utilisent un langage excessif qui n'est pas nécessaire pour l'argumentation présentée.
- Veuillez ne pas publier de liens vers des publicités - le commentaire sera simplement supprimé.
- Je suis pour la liberté d'expression, mais il faut être pertinent. La pertinence est mesurée par la façon dont le commentaire s'apparente au sujet du billet auquel le commentaire s'adresse. Si vous voulez juste parler de quelque chose, créez votre propre blog. Mais puisqu'il s'agit de mon blog, je vous invite à partager mon point de vue ou à rebondir sur les points de vue enregistrés par d'autres commentaires. Pour ou contre c'est bien.
- Je considère aussi que la liberté d'expression porte la responsabilité d'être le propriétaire de cette parole.

J'ai noté que ceux qui tombent dans les attaques personnelles (que je supprime) le font de manière anonyme... Ensuite, ils ont l'audace de suggérer que j'exerce la censure.