samedi, février 24, 2018

Lycée: François Cavallier joue pleinement son rôle d'élu, maire et conseiller départemental.

Var Matin édition du 24/2/2018
Lycée de Montauroux: pour François Cavallier, le compte n'y est pas!

On le sait, la décision  de la Région de reporter le calendrier de réalisation du lycée (le Montauroux a vertement fait réagir (notre édition du 21 février). Les élus locaux certes, François Cavallier en tete. mais aussi de nombreux parents d'élèves et des élèves eux-mêmes.


Pour le maire de Callian (il est aussi conseiller départemental), décidément,  les arguments avancés par la Région ne suffisent pas. "La priorité donnée aux autres établissements dans le département (un nouvel établissement en centre Var et la totale reconstruction du lycée du Golf Hôtel de Hyères) était un élément connu de Christian Estrosi, lorsque. en avril dernier, il est venu annoncer le lancement des travaux en 2019", dénonce une nouvelle fois l'élu qui ne nie pas la légitimité des priorités  aujourd'hui brandies par la Région pour justifier sa décision.

De plus, l'État  avance que les besoins démographiques se situent dans le centre Var et s'appuie sur un chiffre de 600 élèves seulement. Or la communauté de communes du pays de Fayence compte 851 élèves (2) transportés ou bénéficiant de l'aide aux transports alloués par la communauté de communes, auxquels s'ajoutent une soixantaine de jeunes qui ne demandent pas l'aide de la collectivité.

Quand il y aura un lycée à Montauroux, il faudra aussi compter sur la fréquentation d'élèves venus de l'extreme ouest des Alpes-maritimes. "C'était aussi l'essence de ce lycée interdépartemental " ajoute d'ailleurs François Cavallier.

La confiance rompue

D'ailleurs, "l'établissement devait ètre adossé à un internat, cela signifie une spécialisation... Donc je maintiens que l'effectif n'est pas de 600; il est déjà à 900".

Sans parler des éléments d'analyse du SCOT du pays de Fayence qui font état d'une progression démographique de 1.3 % par an, sans compter le nombre de permis de construire -1500 - alloués au cours des trois dernières années: "autant d'éléments qui, à mon sens, tendent à démontrer que le chiffre de fréquentation ne va pas baisser!"

Une question demeure: qui a tiré un quelconque bénéfice politique de ce revirement de situation?

"On ne peut pas avoir toutes les raisons de savoir que c'est impossible, et venir dire le contraire en donnant un calendrier", regrette François Cavallier pour qui la confiance est rompue. Et à ce sujet. il n'est pas seul à le penser: "comment à l'avenir, croire la parole donnée?" et comment les élus locaux de proximité pourront-ils aussi, en répondre?

Les parents d'élèves, les élus dont François Cavallier, n'entendent pas renoncer bien au contraire: "on essaie de trouver des actions en gardant à l'esprit l'idée de raccourcir le délai supplémentaire avant la réalisation"... Sur ce point, la Région qui affirme que le lycée se fera ne s'est, cette fois, pas avancée.

Source: KM k m i c h e l@ n i c e m a t i n. f r 24/02/2018

1. Le Rectorat  confirme en effet  que les besoins démographiques se situent dans le centre Var et non en pays de Fayence.
2. Dont 224 de Montauroux,  176 de Fayence, 120 de Callian, 95 deTourettes (NB: ce total fait 615). Ces 851 élèves transportés par la collectivité fréquentent principalement les établissements de Saint-Raphaël (206). Cannes (168), Le Muy (203) Grasse (65) entre autres. (NB: ce total fait 641).

Plus:

6 commentaires:

  1. 600 900? FC joue son rôle? mais surtout sa pérennité politique. Le rectorat dit 60; lui dit 900 alors que les chiffres qu'il cite sont bien 600. Tout ça sent la politique à plein nez. C'est comme la RD101 son autre cheval électoral. D'un côté il nous dit qu'on veut maîtiser la croissance de la population liée au mitage et à l'étalement urbain: cf. son exposé aux voeux 2018 avec le mot clé "stabilisation". De l'autre côté il nous dit que la croissance de la population est de 1.3% par an et qu'il y a des permis de construire à tout va 1500! Donc faut un lycée. Des matières et des profs, présents puis absents et non remplacés. Et FC cet enseignant qui a quitté la fonction pour faire de la politique. C'est tellement mieux.

    RépondreSupprimer
  2. Pourvou qu'ça doure comme disait la mère de Naopéon avec l'accent corse. Politisme = opportunisme. rappelez vous bonnes gens. je m'accroche à Max Piselli et je villipende Olivier Audibert Troin. Je m'accroche à Bruno Le Maire sans succès; puis je m'accroche à nouveau à OAT... et ainsi de suite. Pourvou qu'ça doure.

    RépondreSupprimer
  3. le comte de CALLIAN prend ses sujets pour des niais. Evitons d'évoquer certains sujets, comme l'eau.. trouble à bien des égards, d'une nouvelle route utile aux multiples contours (tour de cons ?), de permis jadis maitrisés pour la galerie, une mine pas si déconfite pour une multinationale, le blabla peuchère du fond d'un pétrin, la construction d'un lycée sans argent, va t il nous faire croire à sa nomination d'animateur auprès de MARLENE CHIAPPA pour la G.C.N.... grande cause nationale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marlène Schiappa , notre distinguée ministre ? Celle qui se dit par ailleurs "écrivaine" et à pondu un bouquin intitulé "les filles bien n'avalent pas" ? C'est sur que comme interlocutrice pour la jeunesse (surtout féminine) on ne peut trouver mieux!

      Supprimer
  4. doit faire mal d'être cocu devant ses sujets... en dévoilant bien des intrigues dignes de mafia organisée.. mais pire de tout, s'abaisser en prenant comme témoin les "abusés".... maintenant désabusés vraiment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il a démissionné de LR avec fracas dit Var Matin en publiant sa lettre; voyez les circonvolutions du politique entre le début je démissionne et la fin mais je reste; toujours s'assurer d'avoir raison.

      Supprimer

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.