lundi, août 19, 2019

Municipales 2020. des petites communes bientôt sans maire ?

Source: Planète.Fr Alors que les élections municipales approchent, de plus en plus de maires ont fait savoir qu'ils hésitaient sérieusement à se représenter. Entre le manque de moyens financiers et les difficultés du quotidien, le métier de maire séduit de moins en moins.

 

Un maire sur deux hésite à se représenter

Vers des villes sans maire ? Selon une récente étude du Cevipof et de l’AMF, près d’un maire sortant sur deux hésiterait à se représenter aux élections municipales de 2020. Un constat qui concerne principalement les maires des petites communes puisqu’ils sont 55 % à se poser la question. C’est le cas de Bernard Eliaume, maire de Maillé (Indre-et-Loire), qui, depuis plusieurs mois déjà, hésite à briguer un quatrième mandat.

Un exemple de ce qu’il vit au quotidien résume le choix cornélien auquel il est confronté. En tant que maire, l’une de ses prérogatives est d’assurer l’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite. Pour ce faire, Bernard Eliaume a dû réaménager les toilettes publiques de son village. "A cause de la proximité avec un monument public, le réaménagement a nécessité quatre ans de travail. Les plans de financement nous ont également posé des difficultés puisque pour avoir un budget à l’équilibre, nous sommes à 100 euros près, détaille le maire de la commune d’environ 600 âmes. Les habitants, eux, ne comprenaient pas toujours pourquoi nous mettions autant de temps car ils ne voyaient pas le travail sous-marin que nous menions".

Parmi les raisons qui poussent les maires à abandonner leur mandat électif : le fait de vouloir privilégier leur vie personnelle (71 %), le trop grand investissement en temps que leur impose le métier (52 %), le manque de moyens financiers pour mener leur action à bien (34 %) ou encore le manque de reconnaissance (15 %). "Beaucoup de ressources et de pouvoir ont été transférés aux intercommunalités, explique Romain Pasquier, directeur de recherche au CNRS et titulaire de la chaire ‘Territoires et mutations de l’action publique’ (TMAP) de Sciences Po Rennes. Le problème, c’est que les maires restent en première ligne vis-à-vis des attentes des habitants".

Si aucun candidat ne se déclare, la commune peut être dissoute

Pour répondre à ces difficultés croissantes, Sébastien Lecornu, ministre en charge des collectivités territoriales, a présenté, le 17 juillet dernier, le projet de loi "Engagement et Proximité", dont l'objectif est de remettre les élus locaux au cœur de la démocratie. Pour Romain Pasquier, ce projet ne fait toutefois que maintenir le statu quo. "La vraie solution consisterait à mettre en place des pôles d’ingénierie publique au niveau des intercommunalités afin que les maires aient accès à un conseil juridique et financier. En même temps, il faut inciter les communes à se regrouper car nous avons de plus en plus de mal à trouver des candidats sur les listes municipales. Cela permettrait également de mutualiser les ressources".

Pour rappel, 75 % des communes françaises ont moins de 1 000 habitants, et 50 % moins de 500 habitants. Alors, que faire dans le cas où aucun candidat ne se présenterait au poste de maire ? Dans ce cas, c’est la préfecture qui prend les choses en main. Une délégation spéciale est nommée pour une durée maximale de trois mois dans le but de gérer les problèmes administratifs. A l’issue des trois mois, si aucun candidat ne s’est déclaré, la préfecture peut alors dissoudre la commune pour la rattacher à une commune voisine. Toutefois, à l’image du maire de Maillé, la décision de nombreux élus n’est pas encore actée et le facteur humain pourrait, jusqu’au dernier moment, fortement peser dans la balance.

3 commentaires:

  1. mais c'est une possibilité de fusion Montauroux-Callian et Fayence-Tourrettes ça! je n'y avais pas pensé!

    RépondreSupprimer
  2. Notre pays très fertile ou l'on sème des fonctionnaires et il pousse des impôts !
    (citation)
    36 000 communes (ou peut être moins avec les derniers regroupements)
    pour quel gain ?
    plus de dépenses ?
    quelle efficacité de gestion ?
    allons , en 2020 un peu de courage et faisons le ménage !

    RépondreSupprimer
  3. Pourquoi pas une ville simplement de trente mille habitants "FAVENTIA" un délégué par village-quartier, ne serait il pas vraiment suffisant ?

    RépondreSupprimer

Ce blog est ouvert à la contradiction par la voie de commentaires. Je tiens ce blog depuis fin 2005; je n'ai aucune ambition ni politique ni de notoriété. C'est mon travail de retraité pour la collectivité. Tout lecteur peut commenter sous email valide ou sous son nom. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie.
- Je modère tous les commentaires pour éviter le spam et d'autres entrées malheureuses possibles.
- Cela peut prendre un certain temps avant que votre commentaire n'apparaisse, surtout si je suis en déplacement.
- Je n'autorise pas les attaques personnelles. Je considère cependant que ces attaques sont différentes des attaques contre des idées soutenues par des personnes. Si vous souhaitez attaquer des idées, c'est bien, mais vous devez alors fournir des arguments et vous engager dans la discussion.
- Je n'autorise pas les commentaires susceptibles d'être diffamatoires (au mieux que je puisse juger car je ne suis pas juriste) ou qui utilisent un langage excessif qui n'est pas nécessaire pour l'argumentation présentée.
- Veuillez ne pas publier de liens vers des publicités - le commentaire sera simplement supprimé.
- Je suis pour la liberté d'expression, mais il faut être pertinent. La pertinence est mesurée par la façon dont le commentaire s'apparente au sujet du billet auquel le commentaire s'adresse. Si vous voulez juste parler de quelque chose, créez votre propre blog. Mais puisqu'il s'agit de mon blog, je vous invite à partager mon point de vue ou à rebondir sur les points de vue enregistrés par d'autres commentaires. Pour ou contre c'est bien.
- Je considère aussi que la liberté d'expression porte la responsabilité d'être le propriétaire de cette parole.

J'ai noté que ceux qui tombent dans les attaques personnelles (que je supprime) le font de manière anonyme... Ensuite, ils ont l'audace de suggérer que j'exerce la censure.