mardi, mars 10, 2020

Municipales: Irène Geay présente sa liste "ExpérienceS et Bon Sens" pour Fayence


L’élue de l’opposition, Irène Geay, a présenté sa liste et un programme qu’elle veut ambitieux et réalisable pour Fayence.Irène Geay, conseillère municipale d’opposition à Fayence, a présenté son programme et ses colistiers lors d’une réunion publique dans la salle Iris-Barry.Elle conduira la liste « ExpérienceS et Bon Sens » qui propose un programme réaliste et réalisable selon la tête de liste.

« Ce programme à la Prévert est destiné à démontrer que nous pouvons changer les choses et que nous voulons nous engager pour améliorer le quotidien de chacun à Fayence. Il faudra gérer avec sagesse, discernement, fermeté et avec une vision d’avenir ».

Les projets
Bien entendu, comme pour tous les candidats, les idées ne manquent pas, encore faut-il pouvoir les mettre en pratique et c’est ce que propose la candidate. « Concernant le conseil municipal nous voulons une organisation novatrice, plus efficace, plus proche de vous avec un maire accessible 7/7j, moins d’adjoints, dix conseillers délégués aux quartiers, des permanences des élus en mairie y compris le samedi matin et six élus communautaires avec des personnalités fortes et compétentes ».
Irène Geay et son équipe veulent également, entre autres, une démocratie participative « et ce n’est pas parce que c’est à la mode que nous l’avons inclus dans notre programme » précise-t-elle. En matière de communication « un bulletin municipal complet pour informer sur la vie de la commune à l’instant T, plus de panneaux d’affichage et des équipements pour banderoles sur les giratoires ». Pour le personnel communal, « nous voulons une meilleure écoute, un suivi et des évaluations et n’oublions pas que les élus ont une mission d’intérêt général provisoire.

Egalement une priorité à la réorganisation, la formation, la mise en place de référents de quartiers et l’identification des dangers sur les lieux de travail ».

Concernant le développement durable, Irène Geay a énuméré et détaillé les points forts. « Il ne faut pas tout attendre des pouvoirs publics et chacun d’entre nous doit faire un effort sur ce point. Nous nous voulons améliorer l’entretien du village, lutter contre les nuisances sonores aériennes ou terrestres, faire la chasse au gaspi, revoir les modes d’énergies et d’éclairages, instaurer des circuits courts, bio et locaux pour les cantines scolaires, développer le réseau d’arrosage agricole, créer des serres maraîchères et favoriser l’installation de jeunes agriculteurs. »

Les autres projets portent sur le secteur de la santé, du social avec entre autres, l’achat et l’extension de la résidence autonomie La Roque et la création d’un EHPAD, le développement du tourisme vert et d’affaire, favoriser les animations commerciales, le maintien d’une supérette au village, le soutien aux associations, la création d’aires de jeux et d’un festival jeunesse, déménager et agrandir la médiathèque. La tête de liste a également dit « vouloir renforcer la police municipale, sécuriser les sorties d’écoles, lutter contre les dépôts sauvages en créant une brigade verte et répressive et mettre en place le Système d’Alerte et d’Information des Populations ».

La culture, l’animation et le patrimoine font également partie des préoccupations de la liste tout comme les finances « avec un choix des priorités, un équilibre des dépenses, la renégociation des emprunts et la pêche aux subventions européennes. En matière d’urbanisme et voiries, nous voulons réduire les problèmes liés aux inondations, sécuriser les arrêts de bus, améliorer les chemins communaux, lancer une révision partielle du P.L.U. car nous sommes conscients de ses faiblesses et de ses erreurs. »

Intercommunalité
 
« Au sein de notre ComCom, nous voulons prendre la compétence santé, créer une Maison de santé pluridisciplinaire d’urgence, couvrir la piscine de Fayence, revoir l’organisation du service tourisme, créer une véritable communication, améliorer le tri et le ramassage des ordures ménagères et renégocier le coût de traitement de nos déchets. Mais aussi protéger nos espaces naturels et plans d’eau, soutenir le projet de refuge pour animaux en pays de Fayence et mettre en place un réseau de transport intercommunal. »

Les 29 noms de sa liste
Irène Geay, 64 ans, cadre tourisme en retraite ; Cédric Moulin, 48 ans chef d’entreprise ; Isabelle Rudi-Rygole, 48 ans, comptable en cabinet d’expertise ; Claude Bricat, 63 ans, formateur consultant en environnement durable ; Josy Desmed, 71 ans, directrice financière multinationale en retraite ; Jean-Yves Davril, 73 ans, journaliste retraité ; Géraldine Cox, 61 ans, directrice publicité en pré-retraite ; Jean-Hugues Muller, 61 ans, responsable SAV international en pré-retraite ; Michèle Bricat, 63 ans, DRH en retraite ; Serge Meyer-Bisch, 64 ans, chirurgien en retraite ; Malicia Frebault, 22 ans étudiante ; Patrick Joxe, 69 ans, cadre DDE en retraite ; Audrey Roux, 28 ans, cuisinière ; Philippe Thouvenel, 66 ans, cadre commercial en retraite ; Françoise Roux, 56 ans, régisseuse de propriétés ; Jean-François Filippi, 48 ans, chef d’entreprise ; Patricia Trierweiler, 58 ans, auxiliaire de vie ; Fabrice Muradore, 47 ans, artisan ; Claude Davril, 76 ans, directrice de mode en retraite ; Thomas Valin, 44 ans, électricien ; Maïllys Inghilleri, 30 ans, thérapeute ; Francesco Di Giovanni, 68 ans, retraité de la métallurgie ; Julie Willame, 33 ans, gérante d’entreprise ; Yann Zanforlin, 39 ans, artisan menuisier ; Dominique Pansera, 57 ans, cuisinière ; Alexandre Lebourgeois, 26 ans, entrepreneur ; Céline Morin, 48 ans, secrétaire de direction ; Julien Fortuné, 39 ans, entrepreneur ; Brigitte Belotti, 59 ans, gestionnaire de patrimoine ; JeanFrançois Chiabolotti, 52 ans, artisan maçon.

6 commentaires:

  1. Oh quel plaisir de lire un programme avec un projet de piscine couverte à Fayence.
    Nous sommes nombreux maintenant dans le canton et toujours la même piscine.
    Enfin une candidate qui pense aux enfants, ’ jeunes et moins jeunes en hiver qui aiment faire de la natation . Pourvu que celà puisse se réaliser

    RépondreSupprimer
  2. Tout est beau chez Irène, comme son second, "chef d'entreprise" limitée à lui même, auto entrepreneur.
    Pas de sot métier mais un abus amusant de langage.
    (La piscine de Fayence n'a pas été conçue pour être couverte, elle ne peut donc l'être dans des conditions raisonnables et la sortie ne peut être qu'une nouvelle installation hors des moyens actuels de Fayence, à suivre coté communauté de communes ...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette réponse. Je me doutais bien qu'un projet de piscine dépendait de la communauté de commune. Et bien je renouvelle, moi et tellement d'autres habitants du Canton, mon désir de piscine couverte. Ne pas oublier qu'une piscine toute l'année permet à beaucoup de gens d'Etre en forme et c'est plus facile que de partir en voiture ou en bus pour les scolaires, pour pouvoir faire 1 heure de natation. Il y a de toutes petites communautés de commune en France et je pense bien moins riches que celle du Pays de Fayence qui peuvent se féliciter d'avoir de pratiques piscines couvertes.

      Supprimer
    2. je réfléchissais justement au pourquoi du comment dans les finances Voir. En voici un extrait:
      Je ne sais pas bien apprécier le pourquoi du comment.

      Les dépenses de fonctionnement sont de multiples  services rendus à leurs habitants. Les investissements sont des créations d'actifs pour accroître ou améliorer les services rendus à la population. S'il n'y  a pas ou peu d'excédent de la section fonctionnement par rapport aux recettes, excédent transféré à la section  investissements, cela rend les investissements souhaités plus difficiles à financer car il faudra emprunter davantage ce qui grèvera la section fonctionnement, par le service de la dette. Les communes comptent alors sur l'intercommunalité pour financer des investissements souhaités. L'intercommunalité par son budget propre et les dotations de l'état est en mesure de le faire. 

      Supprimer
    3. Pour accroître le solde excédentaire de la section fonctionnement, seulement 2 possibilités: accroitre les recettes ou réduire les dépenses.


      Dépenses: on ne peut pas réduire les dépenses en réduisant les services rendus. Donc il faut augmenter la productivité; ce qui signifie rendre les mêmes services avec moins de moyen, en personnel, plus de machines, plus de numérisation, une meilleure organisation... une évolution sur le temps long d'un voire plusieurs mandats électoraux.


      Recettes: augmenter les impôts? quand on est déjà au dessus de la moyenne de la strate? et la suppression de la taxe d'habitation est une incertitude majeure. Aors la seule solution est l'accroissement de la population  contributive aux recettes. Donc urbanisation. Le cercle vicieux!

      Supprimer
  3. les marges de manoeuvre - qualifiées de rigidité structurelles - sont visibles sur ce graphique. Rouge E.

    RépondreSupprimer

Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer tout commentaire indésirable selon les critères ci-après: propos racistes, attaques et invectives personnelles; et que les commentaires soient signés et accompagnés d'une adresse email valide.