Monday, November 22, 2021

Rififi à Fayence: suite...

 Je lis ceci sur le site de la mairie de Fayence par le maire Bernard Henry!

Fayençoises, Fayençois, Mesdames, Messieurs,
Une erreur dans le choix de la page Facebook m’a amené à publier le 9 novembre sur la page de la mairie, une communication en réponse à un conseiller municipal de l’opposition.
L’article visé avait été publié sur son site personnel, ma réponse, sans cette maladresse, aurait dû être publiée sur ma page personnelle.
Je vous prie de m’excuser de cette confusion.
Monsieur le conseiller Municipal de l’opposition ayant estimé devoir bénéficier d’un droit de réponse, je vous prie de trouver ci-dessous son communiqué.
« Monsieur Marco ORFEO, Conseiller Municipal, dans le cadre de son mandat, a émis des critiques et interrogations sur la localisation de la future maison de l’eau sur la Commune de FAYENCE.
Il s’agit de son droit d’élu.
En réponse, le Maire de la commune de FAYENCE sur le site Facebook de ladite Commune, a inséré un communiqué contenant des attaques et mises en cause personnelles, se manifestant notamment par la phrase suivante :
« Vous qui avez monté et coulé moultes entreprises sur la bande littorale, vous êtes mal placé pour donner des leçons »
De tels propos sont inadmissibles et constitutifs de diffamation au sens de la loi sur la presse.
Ils laissent entendre que les faillites de sociétés commerciales seraient un mode habituel de fonctionnement de Monsieur ORFEO.
Cette affirmation est totalement fausse, puisqu’aucune structure ou société par Monsieur ORFEO n’a fait l’objet de procédure collective.
De tels propos, qui sont faux, sont de nature à porter atteinte à la considération et à l’honneur de Monsieur ORFEO et peuvent recevoir une qualification pénale.
Monsieur ORFEO se réserve le droit d’agir par voie de citation directe, et ce d’autant plus que de tels propos polémiques sont insérés sur la page « officielle » de la commune de FAYENCE. »
 
>>>>>>>>>>>>
ça n'est donc qu'une confusion! Bernard  Henry aurait dû diffamer Marco Orfeo via sa page personnelle. Je crois que Bernard Henry ne connaît pas la loi de 1881 sur la diffamation.

1 comment:

  1. donc ce n'est pas le maire qui diffame un conseiller d'opposition sur le site de la mairie, mais bernard Henry qui diffame marco Orfeo, sur sa page facebook personnelle.

    tout va pour le mieux...

    ReplyDelete

Ce blog est ouvert à la contradiction par la voie de commentaires. Je tiens ce blog depuis fin 2005; je n'ai aucune ambition ni politique ni de notoriété. C'est mon travail de retraité pour la collectivité. Tout lecteur peut commenter sous email google valide. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie.
- Je modère tous les commentaires pour éviter le spam et d'autres entrées malheureuses possibles.
- Cela peut prendre un certain temps avant que votre commentaire n'apparaisse, surtout si je suis en déplacement.
- Je n'autorise pas les attaques personnelles. Je considère cependant que ces attaques sont différentes des attaques contre des idées soutenues par des personnes. Si vous souhaitez attaquer des idées, c'est bien, mais vous devez alors fournir des arguments et vous engager dans la discussion.
- Je n'autorise pas les commentaires susceptibles d'être diffamatoires (au mieux que je puisse juger car je ne suis pas juriste) ou qui utilisent un langage excessif qui n'est pas nécessaire pour l'argumentation présentée.
- Veuillez ne pas publier de liens vers des publicités - le commentaire sera simplement supprimé.
- Je suis pour la liberté d'expression, mais il faut être pertinent. La pertinence est mesurée par la façon dont le commentaire s'apparente au sujet du billet auquel le commentaire s'adresse. Si vous voulez juste parler de quelque chose, créez votre propre blog. Mais puisqu'il s'agit de mon blog, je vous invite à partager mon point de vue ou à rebondir sur les points de vue enregistrés par d'autres commentaires. Pour ou contre c'est bien.
- Je considère aussi que la liberté d'expression porte la responsabilité d'être le propriétaire de cette parole.

J'ai noté que ceux qui tombent dans les attaques personnelles (que je supprime) le font de manière anonyme... Ensuite, ils ont l'audace de suggérer que j'exerce la censure.