samedi, août 20, 2011

Prix de l'immobilier en pays de Fayence

Prix de l'immobilier en pays de Fayence.
NB: le site part de Callian; mais vous pouvez passer d'une commune à l'autre en naviguant sur la carte.

Et lire ce billet du blog d'Olivier Berruyer (cliquer). C'est une absurdité que la hausse des prix de l'immobilier soit supérieure à la croissance économique, surtout en temps de crise...

11 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  2. Mes SAGES suppriment ce qui peut fâcher... ce qui peut... mais continuez ainsi l'indignation monte chaque jour, un peu plus, c'est bizare, mais sans
    détenir une quelconque vérité, les indignés se rejoindront prochainement.
    YANN AHMARE.

    RépondreSupprimer
  3. Les SAGES que vous mentionnez, je suppose que c'est moi. Mr l'anonyme tantôt JEAN RIGOLE, Jean Rigole Angkor etc.... avec un style spécial toujours le même! NON Mr, je ne peux pas publier vos posts quand ils attaquent FC ad hominem, laissant entendre à propos de ce terrain de 1.5ha à l'ouest du sien qu'il bénéficierait d'avantages liés à cette transaction et que le permis de construire de sa maison moderne résulterait d'un passe droit... Je suis responsable de ce blog devant la loi tandis que vous restez dans l'anonymat et ne risquez rien. Cela dit l'information que vous avez donnée est intéressante car vous touchez le fond du problème des rapports ambigüs de l'urbanisme et de la propriété privée (lien).

    Renseignements pris, le terrain auquel vous faites référence est en zone U; cela signifie qu'on peut le diviser en 10 lots; la valeur de lots constructibles dont certains auraient une vue imprenable sur l'Esterel et jusqu'au cap Camarat est de 350k€ au moins selon les agences que j'ai consultées. Le maire ne peut malheureusement rien quand un vieux propriétaire veut monétariser un bien acquis par héritage .... Voyez le même phénomène en plus fort sur la presqu'île de Saint-Tropez! Le maire commence à réaliser qu'avec le PLU et en voulant être restrictif, il a ouvert une boite de pandorre que le maire de Montauroux ne veut pas ouvrir.

    "L'intervention publique en matière d'urbanisme n'est pas neutre : énoncer une règle d'urbanisme , c'est fixer la valeur de propriétés foncières et immobilières. En définitive, la valeur des biens fonciers dépend en grande partie des décisions publiques sur lesquelles le propriétaire n'a que peu de prise: le droit de construire est soumis à déclaration ou à autorisation ; s'il s'exerce, il reste soumis à des règles restrictives. Il y a donc une contradiction de plus en plus grande entre le caractère absolu du droit de propriété et le droit positif qui tend de plus en plus à le limiter et à organiser un partage de l'usage du sol entre le propriétaire et la collectivité. "

    Pendant ce temps le territoire de nos communes continue de se transformer à grande vitesse. La population a plus que doublé cet été avec les résidents secondaires présents avec leurs familles, les campeurs et autres visiteurs. Tout le monde veut jouir de ce beau pays. En même temps, j'observe de plus en plus de chevaux ici et là au pré ou en écuries ouvertes au public - ces dernières sont soumises à des règlements de santé animale et de salubrité publique (lien). Ces règlements sont-ils respectés? Encore un domaine où les maires doivent être vigilants.

    RépondreSupprimer
  4. Même si certains rêvent tout évéillés en considérant l'immense valeur de leur minable bien immobilier - toujours a vendre, mais jamais vendu- il ne faut pas se faire trop d'illusions. Le temps est bien terminé des plus values fantastiques sur des saletés. De plus le morcellement continuel des terrains avec les conséquences que cela implique rendent de moins en moins attractifs les terrains et villas que les idiots pensent pouvoir vendre au prix de l'or (au cours actuel, c'est très bien) a de très riches étrangers.Ces crétins ne peuvent même pas imaginer que pour un - très - riche, il est bien plus agréable de faire une heure d'avion de plus pour aller sur la cote croate que ses habitants ont eu la sagesse de préserver de ce véritable foutoir qu'est en train de devenir le Canton de Fayence. Continuez comme cela et vous aurez le sort des "grandes banlieues" de métropoles régionales, avec tout ce qui va avec (je connais, je l'ai vécu). Pour le coup, bonsoir le cinéma du "voulem vivre al pays". Et ce ne sera qu'un juste retour des choses pour les héritiers de ce que mr. Ratcliff appelle un "ancien propriétaire voulant optimiser" c'est a dire ponctionner a mort les pigeons . Ses enfants, même héritiers, vivront dans la m..ee, eux aussi. Et ce ne sera que justice. Bande de rats !

    RépondreSupprimer
  5. Je comprends la rage d'Anonyme. Mais cela ne permet pas de résister. Pour résister à l'urbanisation horizontale financière (un des domaines de l'économie financière), il faut promouvoir une alternative. Cette alternative ne peut être qu'une urbanisation verticale logique, avec une sobriété energétique, avec une agriculture urbaine et peri-urbaine recyclant l'eau et les déchets, avec des transports de proximité verticaux et des transports inter-urbains à grande vitesse...
    Une telle vision implique, entr'autres:
    -d'interdire de construire sur des terrains agricoless
    -d'imposer de construire en hauteur, avec des voies de circulation rapides et enterrées
    -de ne pas perdre de l'argent dans des usines à merde et des incinérateurs.
    L'urbanisation actuelle rend fou (ou enragé...) parce qu'elle n'obéit à aucune logique humaine.
    En attendant la mise en place d'un conservatoires agricole, sanctuarisant les terrains agricoles urbains ou péri-urbains (combinant nue-propriété publique et exploitation privée, comme le fait le conservatoire du littoral), chaque pouce de terrain agricole doit être défendu. Pour cette raison les chevaux de bobos sont les bienvenus...à conditions de réutiliser le fumier, de produire du fourrage sur place et de ne pas induire de pollutions (odeurs? mouches? nitrate dans les eaux souterraines?).

    RépondreSupprimer
  6. L'ironie de l'affaire c'est la relation avec la crise actuelle annoncée par les Cassandres de tous poils depuis Malthus, le club de Rome, les ATTAC, les économistes atterrés, le cercle des économistes, l'OFCE... etc... crise toujours retardée. Les évènements actuels nous laissent pantois car on ne sait manifestement pas quoi faire pour le moment!
    En 2008, on pouvait mettre fin aux excès du système financier, créateur de monnaie virtuelle en abondance - pas seulement les subprimes américains - et consacrée à l'économie casino... On ne l'a pas fait et début 2009 on criait "la crise est derrière nous". Nous voilà au début du "double dip" (lien). Compte tenu des déséquilibres de ce pays de Fayence, la crise ne nous épargnera pas, notamment les moins favorisés. L'immobilier est calme disent les agences! Mais concernant le prix d'un terrain, l'État connait les prix de marché - grâce au fichier des notaires; donc gare à l'impôt sur la fortune pour les propriétaires de terrains bien situés et chers; gare aussi aux bénéficiaires de donations de tels terrains par leurs parents; les droits à payer sont élevés et le donataire n'a pas toujours les moyens de payer ces droits... sauf à construire lui-même et emprunter pour la totalité, droits de succession compris... Nous sommes dans une drôle de situation!

    RépondreSupprimer
  7. Aucune attaque orienté Cher Monsieur Pierre Racliff,alors qu'en réponse vous n'y allez pas de main morte en mettant les points sur les "i"- là bravo.
    Se poser des questions,avoir des réflexions sur des sujets divers (même d'été..) à la maison, souvent certes, quant mémère blogeuse sans le savoir, envoie un "tu me les casses pépéres" quant on en vient a répépiller. Alors saisissant le clavier (pas christian pour l'instant), d'un doigt fébrile qui reste bien "sage" en faisant marcher sa mémoire qui flanche parfois je me souviens comment avec des tableaux on peut échapper au pire, par l'opération
    d'un romain, nommé Fabius, qui avait évité un ISF sur des oeuvres d'art. aINSI PAR EFFET DE RICOCHET, une riche héritière peut sortir un serviteur de
    l'embarras, tandis qu'aujourd'hui on nous rabat les oreilles sur une justice fiscale, de la bouche même d'une élue qui avait eu du mal avec ce sigle ISF. Ouais, simple réflexion, car malgré tout, malgré la crise, les belles choses gardent une certaine valeur. Les flêches sont restées à la cave car elles n'atteindront pas les "durs à cuire", ceux qui viennent nous expliquer
    qu'à la suite d'un voyage d'étude chez son ami ARISTIDE, est maintenant convaincu que nous n'avons pas à nous plaindre. Sur le moment, sûr, je n'y ai vu que du feu, mais maintenant avec toutes ces agitations avec une bannière verte, je comprend mieux l'intérêt de nous la faire rabaisser.
    AVANT LA CHANCE D'AVOIR UNE D.D.E ou D.D.A de proximité n'était pas appréciée a sa juste valeur. Aujourd'hui, EUREKA, nous avons CITADIA !A l'époque société privée montée pour des études sur les H.L.M... non ? ah bon. Maintenant, c'est bien, la FRANCE entière se tourne vers CITADIA...
    donc, une réflexion toute bête, un pan social encore PRIVATISE.Poussant encore plus loin la réflexion, le personnel qualifié des directions départementales a cinquante ans oû se trouve-t-il recyclé ??? Il est possible de vivre béatement, car pris en charge par une société bienveillante, je suis le plus heureux du monde, pourtant à la naissance je fus atteint d'une maladie orpheline : aimer traire les mouches avec des gants de boxe... alors vous voyez, impossible d'orienter des attaques quelconques
    car à force on PERD LE NORD. La dernière est souriante, le conseil municipal à l'unanimité à voté la vente d'un ancien terrain de foot datant des années 1940 à un groupe sérieux qui veulent en faire une beau stade de foot avec leurs deniers personnels... mais avec une condition (je crois), que la commune en garde L'ENTRETIEN.... avec en prime un terrain en herbe. Rien contre, mais gare aux impôts locaux, et verra t-on les gamins du canton
    sur cette verte pelouse ??? AUCUNE ATTaQUE VOYEZ VOUS mais une simple question. Enfin à quant un référendum sur cette communauté de communes à quatorze ?? bref, avec mémère :
    JEAN RIGOLE

    RépondreSupprimer
  8. info complémentaire du "provençal" ressucité : ce conseil municipal est celui de Tourrettes de Fayence. Dont acte.

    RépondreSupprimer
  9. Dans sa dernière parution, le bulletin -luxueux, elle en a les moyens semble t il, de la mairie de Tourrettes, on affirme que le manque de terrains disponibles aurait pour conséquence de faire monter le prix des rares terrains constructibles actuels. Bien voyons ! Comme si un propriétaire héritier, n'ayant jamais rien payé, ni rien fait d'une surface de cailloux, allait subitement accepter de la céder a aun prix raisonnable pour qu'un "travailleur" local puisse y construire sa demeure dans des conditions supportables. D'ou la nécessité d'accéléerer le PLU puisqu'hélas et contrairement aux illusions perdues, il n'est plus possible de bricoler des zones NB (qui ne coutaient rien aux vendeurs mais leur rapportait beaucoup, a tel point que la composition des conseils municipaux de certaines communes font sourire, tellement elles concentrent de propriétaires terriens soucieux de refourgueur au prix fort des surfaces sans réelle valeur exploitable, dont la compétence est loin d'être prouvée, mais dont l'intérêt, lui, ne fait pas de doute. Il faut vraiment etre naif ou de mauvaise fois pour sortir une telle imposture. En fait les responsables sont pressés de déclasser les zones en "U" puisqu'ils ne peuvent plus le faire en NB et de satisfaire ainsi leurs soutients, quand ce n'est pas leur propre intérêt. Quant a savoir comment et de quoi les "nouveaux" propriétaires acquéreurs de nouveaux morceaux achetés au prix fort pourront vivre, cela ne semble pas beaucoup les soucier, pourvu qu'ils ramassent le paquet a l'occasion des transactions.

    RépondreSupprimer
  10. C'est bien là une découverte de ce processus de travail avec ces bureaux d'études engagés par les mairies; "à voulor être restrictifs, on craint de faire grimper davantage les prix des terrains". Mais c'est seulement un constat d'impuissance devant les forces du marché libre: les vendeurs qui veulent monétariser leur bien et les acheteurs intéressés se mettent d'accord sur un prix de transaction. Que peut faire une mairie en dehors d'acheter du foncier à prix élevé de marché en exerçant son droit de préemption, souvent cassé par la justice: lotir et vendre à perte et voir ensuite les acquéreurs revendre en faisant de confortables plus values (ce serait le cas au lotissement de la Colle Noire à Montauroux!)? La mairie ne peut agir que par le POS/PLU, les zonages et le règlement. C'est le seul moyen d'encadrer la propriété privée par le droit publique. Les prix monteront tant qu'il y aura des acheteurs capables de payer les prix offerts et de contracter du crédit bancaire; cela est lié à la politique de l'état et des banques d'offrir du crédit à des taux faibles et à longue durée.

    RépondreSupprimer
  11. hahahah, j'en rigole aussi. Pauvres naïfs.
    Regardez ce qui se passe à Callian. ce zonage du PLU.
    Les zones NB n'existent plus! Il n'y a que le nom qui change. En fait tous ses terrains sont en UB, même surface minimale pour construire... Il n'y a pas de grand changement... Les propriétaires de terrains de 2500 m2, ici où là peuvent dormir tranquille, le plu de Callian ne va que nuire à la verdure.
    Dire qu'au dernier voeux le maire parlait d’augmenter la surface minimum des terrains constructibles pour pouvoir interdire toute ses constructions éparses! paroles et paroles et paroles...

    RépondreSupprimer

Bonjour, vous êtes les bienvenus pour partager ici vos commentaires sur la vie du pays de Fayence. Liberté de penser, de commenter et de s'exprimer, est un des fondements d'une vraie démocratie; celle qui permet le bonheur et la prospérité des peuples par la qualité des institutions et leur mode de fonctionnement. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie des propos. Les commentaires sont de la responsabilité de leurs auteurs, mais j'en suis seul pénalement responsable.

Les commentaires sont modérés. Vous pouvez commenter sous pseudo ou anonyme; mais je me réserve de supprimer ou modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus ou sans rapport avec le billet: propos racistes, attaques et invectives personnelles, propos insultants, injurieux, diffamatoires...

Je recommande d'utiliser l'option nom/url. Le champ url est lien vers un site web ou une photo; il est facultatif, il peut rester vide.

Mais les personnes qui ne souhaitent pas utiliser de compte peuvent commenter en anonyme; merci d'indiquer un pseudo en début ou fin de commentaire pour faciliter les échanges.