lundi, janvier 02, 2017

Actualité : pour un lycée en pays de Fayence

extrait de la newsletter de François Cavallier Janvier 2017 No 55

Ironie de l'histoire : c'est au moment même où celui qui avait porté la première association pour un lycée en pays de Fayence, M.Busetta, se cherche un successeur (voir article ci-dessous), que le dossier refait parler de lui avec la nouvelle majorité régionale, dans la lignée des engagements qu'elle a pris durant la dernière campagne électorale. Il y aura un lycée construit dans le Var pendant cette mandature, et celui du pays de Fayence est en concurrence avec le projet du Luc. Pourquoi l'avis des élus régionaux ne suffit-il pas nécessairement ? Parce que la décision appartient conjointement à la Région et aux services de l’État, et que ces derniers, qui connaissent mal notre territoire, considèrent qu'un lycée pour le pays de Fayence serait un lycée "de confort".

Le sous-entendu, un peu brutalement formulé, revient à dire que , lorsqu'on a choisi d'habiter en milieu rural, on n'a pas à revendiquer des équipements qui sont l'apanage des villes. Voilà bien un des symptômes du déclassement de la ruralité dans l'administration française : quand on a plus de 1400 collégiens recensés, et 840 lycéens sans compter ceux qui échappent aux écrans radar du transport scolaire parce qu'ils n'y sont pas inscrits, n'est-on pas mécaniquement éligible pour obtenir un lycée ? Imagine-t-on une ville de 25 000 habitants sans lycée ? Non. Eh bien nous sommes 25 000, et la seule raison, discriminatoire, qui fasse que nous n'avons pas de lycée est donc que nous ne sommes pas une ville.
Évidemment très sensibles à ce dossier, les associations de parents d'élèves ont bien compris qu'il fallait se manifester. Elles l'ont fait, par une pétition forte à ce jour de plus de 1700 signatures (le lien est ci-dessous, je ne peux qu'engager chacun à ajouter sa signature). Elles l'ont fait aussi en partageant de façon virale sur les réseaux sociaux le reportage récent de France 3 sur cette question, vidéo qui a été vue plus de 12 000 fois à ce jour ! Il faut dire que, quand certains de nos lycéens passent plus de 3 heures par jour dans les transports, c'est la simple notion d'égalité des chances qui est remise en cause. Et c'est bien en cela qu'il ne faut pas cette fois laisser passer l'occasion.
Lien vers la pétition pour le lycée en pays de Fayence :
et l'ultime lettre ouverte que voici.... 

8 commentaires:

  1. on voit bien sur ce dossier l'intérêt d'une vois unique pour 25000 fayençois

    RépondreSupprimer
  2. voix unique bien sûr, sans cacophonie!

    RépondreSupprimer
  3. Tout est dit dans cet extrait. FC nous transmet ce qu'on lui dit en haut lieu. Un Lycée en pays de Fayence pour 9 communes dispersées correspond à une demande de "confort" de parents d'élèves. Nous ne sommes - pas encore - une ville de 25000 habitants, même si Fayence, Tourrettes, Callian et Montauroux zone urbaine en font plus de 20000. En fait nous étions 27114 au recensement 2013. Voir les données INSEE sur le pays de Fayence.

    RépondreSupprimer
  4. pas de voix unique donc pour notre blogueur qui semble suivre le point de vue de l'administration : pas de confort pour les ados fayençois ...
    il manque à tout cela les normes d'implantation de ce type d'équipement qui permettraient de se demander qui des (40000) lucois? (communauté de communes coeur de var) et des 27000 fayençois justifient la prochaine installation à partir de l'analyse des lycées actuels de desserte.

    RépondreSupprimer
  5. une analyse rapide donne un lycée pour 2 collèges, ce qui est assez cohérent et peut, toujours en 1° analyse, justifier une implantation.
    reste probablement à trouver la bonne formule du petit lycée ...

    RépondreSupprimer

Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer tout commentaire indésirable selon les critères ci-après: propos racistes, attaques et invectives personnelles; et que les commentaires soient signés et accompagnés d'une adresse email valide.