Premier effort mondial pour empêcher le charançon rouge de détruire les palmiers

Les experts devraient adopter un plan d’action international visant à endiguer la progression du coléoptère destructeur

29 mars 2017, Rome - Un petit charançon rouge détruisant les palmiers s'est rapidement répandu à travers le monde et menace la production de dattes et de noix de coco, si rien n'est fait pour l'en empêcher....  Lire la suite sur le site de la FAO

3 commentaires:

  1. Le temps presse, il y a une telle pression du charançon et du papillon sur tous les palmiers que cette année est celle de la dernière chance. Toutes les communes et collectivités voisines sont concernées, y comprs nous! Le préfet du Var est intervenu. Il faut attaquer les traitements ce printemps pour éradiquer le charançon rouge du palmier. Voir l'arrêté préfectoral du 1/09/2017.

    RépondreSupprimer
  2. Pour qu'il y ait suppression totale , il faudrait que les personnes dans le domaine privé s'en occupe aussi !!
    S'il n'y a pas amende rien ne se passe civiquement ,
    malheureusement...

    RépondreSupprimer
  3. Le cout annuel d'un traitement vraiment sérieux et efficace dépasse souvent le prix d'un palmier. Sauf pour les administrations qui ne comptent pas les dépenses financées par l'impot, il y a peut de chances que tout le monde attaque le problème. De sorte que ça recommence. Il faut maintenant considérer le "palmier" comme un luxe, vu le cout de sont entretien : soit vous avez les moyens, soit vous oubliez. C'est aussi simple que cela. L'autre solution classique pour des particuliers, même frickés , c'est la "solidarité" : vous déclarez que vous n'avez pas les sous et demandez que les soins soient payés par la commune, autrement dit les couillons. Ca marche en partie pour l'ANC, pourquoi ne pas élargir l'expérience. Tous ensemble!

    RépondreSupprimer

Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-après: propos racistes, attaques et invectives personnelles.