samedi, mars 28, 2020

Symptômes, incubation… les réponses aux questions que vous vous posez sur le coronavirus

Symptômes, incubation… les réponses aux questions que vous vous posez sur le coronavirus
Lu sur l'OBS/ Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, vous vous posez tous les jours de nombreuses questions sur cette maladie. Et chaque jour, l’équipe de « l’Obs » tente d’y répondre. Voici les questions auxquelles nous avons déjà répondu sur le virus (cet article sera régulièrement alimenté) :

Combien de temps le SARS-CoV-2 survit-il dans l’air et sur les surfaces ?

Risque-t-on d’être contaminé en touchant des surfaces qui sont ou ont été en contact avec des malades du Covid-19 ? A combien de temps est estimée la « survie » du virus Sars-CoV-2 sur des surfaces inanimées ? Pourquoi ne désinfecte-t-on pas les rues ? Notre journaliste scientifique Jean-Paul Fritz répond à toutes ces questions, études à l’appui.

Comment bien se laver les mains ? Quels gestes d’hygiène sont importants ?

Comment bien se laver les mains pour éviter la contamination ? Et les ongles ? Faut-il se rincer le nez ? On fait le point sur l’hygiène

Quels sont les symptômes du coronavirus ?

Les symptômes les plus courants du coronavirus sont la fièvre ou la sensation de fièvre (fébrilité) et une toux sèche. Ce sont les deux symptômes les plus fréquents et que la majorité des patients malades auront seulement. Le Dr Fontanet précise :
« Les patients passent tous par une journée de fatigue avec des douleurs musculaires. Le lendemain, c’est la fièvre, et assez rapidement la toux. Ensuite, il y a un essoufflement pour ceux qui développent une pneumonie. » « Il y a cet entre-deux des individus dits paucisymptomatiques. Ces derniers présentent des symptômes de faible intensité. Ils ont la gorge qui gratte, toussent un petit peu. Eux suscitent plus d’inquiétude, car ils sont potentiellement de grands fabricants de virus » et donc être très contaminants, explique au « Parisien » le docteur Matthieu Calafiore, médecin généraliste et directeur du département de médecine générale de l’université de Lille. Il existe également des porteurs totalement asymptomatiques, qui n’ont pas forcément conscience de pouvoir transmettre le virus.
La perte brutale de l’odorat, sans obstruction nasale et disparition totale du goût est également un symptôme qui a été observé chez les malades, surtout chez des personnes jeunes atteintes de formes non graves. On vous en parle ici :
C’est un symptôme spécifique qui peut permettre de distinguer la maladie de la grippe. Mais tous les malades ne l’ont pas.
Les personnes touchées peuvent donc ressentir les symptômes suivants :
  • toux sèche
  • fièvre supérieure à 38,1°C
  • grande fatigue
  • perte soudain de l’odorat et du goût sans obstruction nasale
Mais aussi :
  • écoulement nasal (nez qui coule)
  • mal de gorge
  • diarrhées
  • difficultés respiratoires
  • courbatures
  • maux de tête
  • douleurs musculaires
  • frissons
  • conjonctivite dans de rares cas (1 sur 30 d’après une étude du Journal of Medical Virology)
Les symptômes manifestant une complication sont la sensation d’oppression ou d’essoufflement, cela signifie que la pneumonie devient aiguë. C’est le cas où il faut rapidement appeler le 15.
Pour savoir si vous êtes infecté par le virus en évaluant vos symptômes et savoir vers qui vous orienter, le gouvernement propose un test anonyme et gratuit en ligne sur maladiecoronavirus.fr. On vous explique tout par ici :

Que faire en cas de symptômes ?

Si vous déclarez les premiers symptômes de la maladie, à savoir une toux sèche et de la fièvre, ne vous rendez surtout pas aux urgences, et n’appelez pas le 15, cela risque d’encombrer les lignes. Privilégiez la téléconsultation avec un médecin généraliste ou contactez votre médecin traitant par téléphone. Il vous dira si votre état est jugé préoccupant. Dans la plupart des cas, il vous prescrira du paracétamol pour lutter contre la fièvre et les courbatures. L’ibuprofène est quant à lui à proscrire, et il n’est pas recommandé d’avoir recours à l’automédication. De façon générale, il est peu recommandé d’utiliser des anti-inflammatoires et des corticoïdes qui pourraient avoir un effet aggravant sur la maladie. Il faut par ailleurs rester à son domicile pendant toute la durée de la maladie et protéger son entourage au maximum en respectant des mesures d’hygiène et d’isolement.
En cas de détresse respiratoire, d’essoufflement, de fièvre très forte ou de malaise, il faut appeler le Samu au 15.
On vous explique tout ça ici :

Combien de temps dure l’incubation ?

« Les études convergent pour dire que l’incubation est de 2 à 12 jours, avec une moyenne de 5 à 6 jours », assure Arnaud Fontanet, spécialiste de l’épidémiologie des maladies émergentes à l’Institut Pasteur. Notons tout de même qu’une étude chinoise, cosignée par Zhong Nanshan, l’éminent scientifique qui a géré l’épidémie de Sras, cite de rares cas à 24 jours.

Peut-on être infecté deux fois par le coronavirus ?

Est-il possible d’attraper deux fois le Covid-19 ? Peut-on être immunisé contre la maladie une fois qu’on l’a eue ? Pourquoi les autorités chinoises et japonaises ont rapporté que plusieurs personnes guéries de l’infection du coronavirus ont été testées positives une deuxième fois au nouveau coronavirus ? Réinfection réelle ou erreur de test et de diagnostic ? On s’est penché sur la question :

Pourquoi n’avons-nous pas d’alternative au confinement (pour l’instant) ?

Trois stratégies principales ont été utilisées jusque-là par les pays dans la lutte contre la pandémie : le confinement, comme en Chine, les tests massifs, comme en Corée du Sud, et la recherche de l’immunité de la population, comme aux Pays-Bas ou au Royaume-Uni (qui a changé son fusil d’épaule). Alors, pourquoi avoir privilégié des règles de confinement drastiques ? Réponses par là :

Le Covid-19 épargne-t-il vraiment les enfants ?

Pékin, le 22 mars 2020. Pékin, le 22 mars 2020.
Pourquoi les enfants semblent-ils relativement épargnés par le nouveau coronavirus, tout en étant a priori des porteurs asymptomatiques et grands fabriquant de virus ? On examine toutes les hypothèses, études à l’appui :

Quelles sont les personnes les plus à risque ?

Mortalité en fonction de l’âge et des pathologies, marqueurs sanguins, contagiosité des malades : voici ce qu’une étude chinoise parue dans « The Lancet » nous apprend sur les cas les plus graves de la maladie :
Que sait-on précisément aujourd’hui sur les jeunes et le coronavirus ? Développent-ils des formes moins sévères de la maladie ? Peut-on associer les formes sévères à la prise d’ibuprofène ? Réponses avec professeur Philippe Juvin, chef du service des urgences de l’hôpital Georges-Pompidou à Paris :

Ne faut-il prescrire l’hydroxychloroquine que dans les cas graves ?

Dans l’attente d’un hypothétique vaccin, qui pourrait être disponible dans un an voire davantage, l’hydroxychloroquine est actuellement expérimentée, avec d’autres molécules, dans plusieurs pays, contre le Covid-19.
Deux publications, une chinoise et une française, font part de résultats positifs avec des essais cliniques, c’est-à-dire sur des patients atteints du Covid. Mais de nombreux scientifiques et l’OMS en pointent les limites.

Faut-il administrer largement de l’hydroxychloroquine au nom de l’urgence sanitaire ?

L’avis du professeur Christian Perronne, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de Garches :
Et le point sur les nouveaux tests prometteurs :

Qui est le « patient zéro » chinois du coronavirus ?

Les soupçons se sont longtemps portés sur des malades ayant fréquenté le marché de Wuhan, dans le centre de la Chine. Mais rien ne certifie qu’il s’agisse du foyer de l’épidémie, explique Sylvie Briand, directrice du département épidémies et pandémies à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) :

Que sait-on vraiment des décès dus au coronavirus dans les Ehpad ?

Plusieurs établissements hébergeant des personnes âgées ont déjà fait état de décès liés ou « en lien possible » avec l’épidémie. Mais ils ne sont pas pris en compte dans le bilan communiqué chaque jour par le ministère. Explications :

source: nouvelobs.com Par Laura Thouny

1 commentaire:

  1. J'ai voulu savoir quelle était la période d'incubation. J'ai été servi 1 à 5jours, 24 même... et pour toutes mes questions c'est la même chose. Le flou absoul. On ne sait rien.

    RépondreSupprimer

Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer tout commentaire indésirable selon les critères ci-après: propos racistes, attaques et invectives personnelles; et que les commentaires soient signés et accompagnés d'une adresse email valide.