mardi, septembre 08, 2020

Callian le maire organise une information "quartiers" sur les INONDATIONS

POST FB sur les inondations
Je vois sur la page FB de François Cavallier ce post "La gestion du risque inondation est une des grandes priorités du mandat"
 Cette réunion concernait les quartiers de la route de Saint-Cézaire, le lotissement des Tanières et les plaines de Mireur, C'est à dire le plus haut de la partie Est de la commune Image geoportail.. L'image montre  une trentaine de personnes.

Je veux donner ici un éclairage sur ce que le post désigne "Risque d'inondation". 
Primo: Qui dit risque d'inondation dit urbanisation.  Callian, comme toutes les autres communes du pays de Fayence, se caractérise par une très grande dispersion de l'habitat en zones qui étaient autrefois rurales et très peu habitées.  La compatibilité de ce type d'habitat avec les écoulements naturels des eaux, du haut vers le bas des reliefs, en passant pas des zones plates, est le problème inondations-urbanisation.  

Deuxio: Nous sommes en reliefs karstiques, c'est à dire que tout le sous sol géologique des roches sédimentaires du jurassique se dissout lentement (à l'échelle du temps géologique) et forme des grottes où s'accumule et se stocke l'eau des pluies avant de continuer sa descente vers le bas en souterrain. La grotte de Saint-Cézaire en est l'exemple chez nous. 

Tertio: Enfin la topographie des terrains est constituée par une succession de plats (qu'on appelle poljes) et de parties pentées. Dans les plats, l'eau s'accumule et stagne un temps, en attendant de s'infiltrer complètement dans les karsts sous-jacents; dans les parties pentées, l'eau s'écoule vers les points plus bas, autres plats et poljes et karsts plus bas;  et ce jusqu'au point le plus bas;  le point ultime le plus bas étant le mer. Chez nous en pays de Fayence, le point le plus bas est le Riou Blanc, devant le Biançon puis le vallon du Biançon occupé aujourd'hui par la retenue du lac de Saint-Cassien.

Alors quid de la compatibilité avec l'urbanisation? 

Je rappelle que tous les PLU élaborés par les communes et le SCOT, n'ont eu  cesse de montrer les effets délétères de l'urbanisation non maîtrisée. Il est clair que l'urbanisation en zone de plats ou en zones basses est un facteur qui transforme les pluies et l'écoulement naturel en inondations, causes de sinistres aux biens. Et si tout le monde veut canaliser les eaux sur son terrain et les envoyer dans le réseau de voirie publique ou chez son voisin, cela provoque des inondations et des sinistres. C'est ce qui est arrivé à Montauroux à la ferme du Vosgien après les pluies diliviennes de fin novembre 2019. Un évènement que j'avais relaté en son temps LIEN.

Cela dit, il faut bien faire quelque  chose, vu que l'urbanisation est là, qu'elle y restera et qu'elle se  développera encore plus.

 C'est la raison d'être du géologue appelé par la commune (cf. le post de FC). Il faut constuire ou adapter un réseau de collecte des eaux pluviales, l'entretenir (pas au moment des pluies diluviennes quand tout est bouché), et  trouver un exutoire pour ce réseau. Dans les parties les plus hautes comme la plaine des mireurs, cela signifie trouver un rû, une doline ou un aven, en relation avec le réseau karstique  pour y conduire les eaux.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer tout commentaire indésirable selon les critères ci-après: propos racistes, attaques et invectives personnelles; et que les commentaires soient signés et accompagnés d'une adresse email valide.