lundi, septembre 07, 2020

Lettre de François Cavallier - Septembre 2020 - Une lettre particulièrement opportune en cette période troublée.

La lettre mensuelle de François Cavallier me parvient ce matin.  Je la trouve particulièrement opportune en cette période difficile de coronavirus, de port du masque, de distanciation sociale; et d'interrogations sur la poursuite de notre modèle économique, basé sur une croissance exponentielle de la production-consommation, au détriment de la nature, ce qui provoque le changement climatique qui  menace  l'humanité entière. Voir cet article de Die Zeit par un journaliste allemand, que j'ai relayé sur mon blog généraliste. Cela dit, cette lettre mensuelle me semble reflèter un bon équilibre politique et démocratique  au sein de la CCPF. Pourquoi?
Je  vois cet équilibre dans l'attribution des vice présidences dont voici le fond.
Les vice présidences me semblent bien reflèter la réalité des choses: aux communes les plus importantes, Montauroux et Fayence les deux premières: finances et aménagement du territoire, Régie des eaux...  à Bagnols en Forêt les déchets, à Tanneon le lac de Saint-Cassien, à Mons l'Agricultre (le maire est président du syndicat des agriculteurs), à Saint-Paul l'économie, à Tourrettes le tourisme et à Callian le numérique (la fibre et le déploiement de l'internet) auquel l'attributaire a demandé d'ajouter l'éducation et la jeunesse, ce qui très important vu cette pandémie et son impact sur les jeunes, leur formation et leur intégration à la société.

Quant au vote qui a porté René Ugo à la présidence de la CCPF, de préférence à François Cavallier (par 17 voix contre 13), je considère que c'est aussi une preuve de l'exercice de la démocratie locale. Le projet Fonsante, par Suez, que FC porte depuis 2017 a suscité trop d'oppositions locales.

 Lire sa lettre  de septembre 2020

2 commentaires:

  1. Mon cher FC ,vous etes trop conciliant .Moi qui vous aurez 3000 fois préféré a ce UGOTILLON ,et 5000 fois a ce HUETILLON ,pour votre tres tres grande expérience et votre parfaite connaissance des problemes je ne partage pas votre opinion !!
    HUET ET UGO ne reflète pas le moins du monde la COMCOM. . Loin de la .

    RépondreSupprimer

Ce blog est ouvert à la contradiction par la voie de commentaires. Je tiens ce blog depuis fin 2005; je n'ai aucune ambition ni politique ni de notoriété. C'est mon travail de retraité pour la collectivité. Tout lecteur peut commenter sous email valide ou sous son nom. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie.
- Je modère tous les commentaires pour éviter le spam et d'autres entrées malheureuses possibles.
- Cela peut prendre un certain temps avant que votre commentaire n'apparaisse, surtout si je suis en déplacement.
- Je n'autorise pas les attaques personnelles. Je considère cependant que ces attaques sont différentes des attaques contre des idées soutenues par des personnes. Si vous souhaitez attaquer des idées, c'est bien, mais vous devez alors fournir des arguments et vous engager dans la discussion.
- Je n'autorise pas les commentaires susceptibles d'être diffamatoires (au mieux que je puisse juger car je ne suis pas juriste) ou qui utilisent un langage excessif qui n'est pas nécessaire pour l'argumentation présentée.
- Veuillez ne pas publier de liens vers des publicités - le commentaire sera simplement supprimé.
- Je suis pour la liberté d'expression, mais il faut être pertinent. La pertinence est mesurée par la façon dont le commentaire s'apparente au sujet du billet auquel le commentaire s'adresse. Si vous voulez juste parler de quelque chose, créez votre propre blog. Mais puisqu'il s'agit de mon blog, je vous invite à partager mon point de vue ou à rebondir sur les points de vue enregistrés par d'autres commentaires. Pour ou contre c'est bien.
- Je considère aussi que la liberté d'expression porte la responsabilité d'être le propriétaire de cette parole.

J'ai noté que ceux qui tombent dans les attaques personnelles (que je supprime) le font de manière anonyme... Ensuite, ils ont l'audace de suggérer que j'exerce la censure.