samedi, janvier 09, 2021

Industries minières ... et la suite à Fontsantes

La France a abandonné son histoire minière au cours de ces 30 dernières années. Et pourtant il nous reste toujours des ressources. Comme pour la concurrence urbanisation-agriculture-forêts, la même concurrence s'est exercée avec les mines. L’expansion des villes, le développement des infrastructures, l’agriculture et la conservation de la nature ont eu des effets préjudiciables sur l’espace disponible pour la  prospection et l’exploitation des ressources minérales. J'ai écrit ce billet avec des anciens collègues BRGM Y a t il encore place pour l'industrie minière extractive en France métropolitaine?

Je trouve aujourd'hui ce site de l'UE "Minland" qui confirme cette vision, cette fois au niveau de l'Europe entière. La réindustrialisation de la France doit avoir une composante renouveau des activités minières. Le même phénomène se produit avec les sites industriels... On ne veut pas, ou on ne veut plus,  d'un site industriel à proximité de chez soi. Alors ils vont où?

23 commentaires:

  1. Si c’est de l’or , de l’uranium ou du Molibdene , oui on peut recommencer , ca payent . Le reste NON !

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Savez vous que le molibdene ( on l’utilise en petite dose )est plus cher que l’or car il y a tres peu de gisement .

      Supprimer
    2. plus cher que l'or NON!!!! le Mo est à 10$/livre l'or est à 1900$ l'once (moy 2019).. Il y a 16 onces par livre. Mais puisque vous abordez le sujet Voir mon blog mines.

      Supprimer
    3. Les derniers tarifs que nous avions ,( pour là réalisations de prothèses chirurgicale. , il etait a 3 fois le prix de l’or , on n’avait pas le choix c’était ca ou rien !!!!) la quantité etait minime , après nous avons trouvé d’autres sources , dans d’autres pays et la concurrence a fait le reste .( C’est pas une réponse de robot mais de cliniciens )( depuis on utilise moins ce produit !!!!!! ) VOs tarif c’est du pipot . Demandez à POUTINE LE PRIX chez lui . L’or pour les clinicien etait pas chair car pour etre rigide il ne devait pas etre pur.!!!

      Supprimer
    4. Vous avez sûrement raison mais cela n'est pas la même chose. Je comprends qu'il s'agit d'une élaboration du métal pour une application très pointue - prothèses chirurgicales. 3 fois le prix de l'or, car d'une extrême rareté. Avez vous la source de cette info?

      Supprimer
    5. 800 % d’augmentation prix d’achat . Tous les labos allemand qui sont les grandscspecialiste de transformation de ces metaux ou la. Création de tous les outils chirurgicaux , prothèses ......etc. Peuvent vous en parler .Mais e se calme .

      Supprimer
  3. Ne rêvez pas !
    la France n'a ni l'envie ni les moyens de se réindustrialiser !
    le parc d'attraction qu'est devenu notre pays ou tout a été mis sur la consomation,le service,le tourisme(qui reprendra dès la crise sanitaire terminée)le maintien d'une fonction publique inutile et obsolète pour une grande partie,
    et enfin un réservoir de chômeurs et autres sans emploi....pour la future main-d'oeuvre à bas coup tant recherchée depuis des décennies par le grang patronat.Non si réindustrialisation il y aura se sera au niveau Européen et dans d'autres pays que le nôtre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La crise sanitaire, va mettre beaucoup de temps a se terminer .C’est vos arrière petits enfant qui payeront nos dettes( les votres aussi ) et peut être que les chômeurs français seront moins bien indemniser ( comme les autres , anglais , allemand , espagnol .......) et que peut etre qu’ils trouveront plus vite du travail . NOn je deconne c’est pas possible ca , vous pensez avec la CGT, SUD ?La CFDT , Les MULTICOLORES GILETS JAUNES,et sans compter sur les courageux cagoulermasqués Pilleurs ,voleurs casseurs .....( la classe quoi ) . La sécu ne pourra plus rien rembourser , il y aura donc moins de malades , non je deconne c’est pas possible ......; sans sécu il y era plus d’étranger pour travailler .... non je deconne ......

      Supprimer
  4. Oui et dans le pays de Fayence pays de retraités aisés et de migrants venus d'ailleurs occupant leurs belles villas avec jardins et piscines pas question d'industrie autour d'eux car ça dévaluerait leurs biens. Alors chômeurs chômeurs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est puéril comme réflexion...

      Supprimer
    2. Oui mais a t il vraiment tord ce Monsieur ??? C’est pas sur .

      Supprimer
  5. Comme pour tout, il faut que ce soit économiquement viable (rentable), donc, si on prend en compte, le cout foncier, le cout du travail, les cout des infrastructures pour une durée inconnue et les couts indirect de transport, etc, ll est difficilement possible que ce type d'industrie puisse etre présente dans notre région.
    il faut une trés forte valeur ajoutée comme les extraits de parfum vers Grasse, pharma et électronique de pointe à Sophia antipolis, ou satellites à Cannes pour bien en vivre. Les services connexes (scooter électriques, solaire, brumisations des étals de légumes, et autres petites industries, profites des premiers (fort pouvoir d'achat des personnels des premiers) une industrie minière n'aurait pas de personnel à fort pouvoir d'achat bien au contraire pour être viable)

    RépondreSupprimer
  6. Analyse parfaitement clair et objective.
    Arrêtons de rêver à des choses qui n'arriveront plus.
    Il y a suffisament de nouveaux métiers et activités liées à la transition écologique , services aux entreprises et particuliers , nouvelle agriculture , ....pour faire venir des investisseurs et surtout former les jeunes entrant sur le marché du travail.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Intéressantes réflexions. Je participe. Si j'ai publié ce billet sur les activités minières en Europe et en France, c'est pour noter qu'on les avait délaissées au cours des 30 dernières années pour s'approvisionner ailleurs dans le monde,  d'abord en raison de la concurrence par les prix sur les marchés, devenus internationaux par la mondialisation; et ensuite parce que socialement, les gens sont de plus en hostiles à ce que de nouvelles  activités minières et industrielles se déroulent près de chez eux. Ils refusent même les explorations. Je parle d'activités hors énergie, charbon pétrole et gaz. Donc les mineraux métalliques et industriels. Et j'ai mis ce billet sur le blog pays de Fayence par rapprochement avec Fontsante car le refus est pour les mêmes raisons. Cela dit je reviens au sujet mines et à ces deux réflexions.

      Pas ou plus de lien local avec ça... L'exploitation minière du spath fluor c'est du passé. Le potentiel minier du massif cristallin de l'Esterel a bien été l'objet de recherches par le BRGM. La scheelite, minerai de tungstène, est connue  en plusieurs points du massif Tanneron. Et aux Adrets-de-l'Estérel, le gisement de la Favière a produit 250000 t de minerai 1 à 6 % W03 qui, traités en laverie  ont donné 1145t de concentrés à 72 % W03 et 45 t à 55 %, soit environ 850t W03.  Le potentiel minier local est donc exclu aujourd'hui dans l'optique de mon billet sur le renouveau des activités minières en France.

      Cela dit l'Europe et la France dépendent de l'étranger pour les métaux de base et les métaux stratégiques pour leurs industries alors que les ressources géologiques sont toujours là dans des massifs cristallins. On a arrêté des mines qui exploitaient à cause de la concurrence internationale. La rentabilité d'une exploitation minière dépend du prix de vente et des coûts. Le prix de vente dépend de l'utilité sociale et économique du produit et de la concurrence. Aujourd'hui les conditions qui ont conduit par le passé à l'arrêt des mines  ont changé. Des mines  nouvelles pourraient recommencer. Pour cela il faut faire de l'exploration.

      La rentabilité économique c'est les ventes moins les coûts directs et le personnel = la  marge brute. Cette marge doit couvrir les investissements, la rémunération des apporteurs de capitaux, les impôts et l'entretien de l'outil de production dont les amortissements. Mais dans une mine, l'outil de production principal c'est le gisement c'est à dire les réserves. Il faut les renouveler en en trouvant d'autres, soit sur place par des explorations supplémentaires ou ailleurs. Des projets rentables ont été étudiés par des sociétés minières  mais il sont refusés par des oppositions locales.

      .

      Supprimer
  7. Bien voila , on part au debut d’un truc tout a fait debile et on arrive a la fin a des réflexions précises claires qui regroupent un peut toutes les conneries( dites volontairement et conneries a moitiées !!!) dites plus haut .
    L’homme va toujours du cote ou il y a une solution vraie et nouvelles .

    RépondreSupprimer
  8. Soit la chaîne industrielle complète est amortissable avec les gisements locaux, soit il faut rayonner sur toute la région ou la France ou l'Europe. Faut avoir une vision à long terme appuyée par les recherches de gisements.
    Questions :
    Est-ce que la dissémination de petits gisements a des chance de devenir rentable ? quand on a des fournisseurs à bas coût (Russie, Chine, Afrique)
    Est-ce que l'autonomie d'approvisionnement Européenne pourrait palier à cette limite de rentabilité ? cela dépend de la volonté politique.
    Question somme toute valable pour tous les produits importés.
    Est-ce que la main d'oeuvre "locale" accepterait de retourner à la mine ? Cela pourrait être une très grande chance pour notre industrie de robotisation.
    Est-ce que l'Europe serait intéressée par le développement d'une industrie de robotisation ayant plusieurs types de débouché (automobile, industrie minière, spatial, logistique, Drones ?
    Voila des pistes (peut être un peu utopique à ce jour) pour développer de nouvelles filières.
    Est-ce écologiquement (politiquement) correct (ou acceptable) ?
    Sans conteste : OUI
    Mais est-ce acceptable par le peuple à proximité ? rien n'est moins sur.
    Voila donc le PROBLEME.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec tout ça. Mais si nouvelle mine se fait quelque part, sur des réserves certaines et des ressources probables, avec un projet bien étudié y compris l'étude d'impact environnemental, l'exploitation se fera avec les techniques modernes, y compris des robots, pas comme au 19è siècle ou de mon temps....

      Supprimer
  9. Le premier de cordée dans dans les énergie vertes, M Elon MUSK est devenu la première fortune du monde en très peu de temps.
    Comme quoi, certain se moquent de la transition écolo, mais notre Président a une bien meilleure vision de l'avenir que beaucoup de part le monde qui ne pensent qu'a critiquer en restant sur les modèles économiques obsolètes.
    Pour assurer le "ruissellement" cher à notre président, nous aurons certainement besoin de minéraux dont certain n'ont pas encore trouvé toute leur utilité dans les domaines des hautes technologies. Sont-il sur nos territoires ? Rien n'est moins sur. Sait-on jamais !
    Nous avons en France toutes les capacités technologiques et peut-être minérales pour assurer cette transition écologique.
    Il faut positiver (mais pas au Covid-19).
    L'avenir c'est pour demain !

    RépondreSupprimer
  10. Société Géologique de France. La crise actuelle liée à la pandémie COVID-19 a souligné l’importance d’une maîtrise des chaines d’approvisionnement stratégiques pour notre industrie. Les matières premières s’intègrent pleinement dans ce constat. En parallèle, la mise en place de l’indispensable transition vers une énergie décarbonée et des technologies numériques, en particulier pour la production et le stockage des énergies renouvelables et les nouvelles mobilités, implique des besoins de plus en plus élevés en métaux, métaux de base (cuivre, zinc) ou métaux critiques (lithium, cobalt, silicium, graphite, terres rares…), et matières premières minérales (ciment, béton, granulats, sable). Pour y répondre, l’activité extractive est incontournable, alors que le recyclage, bien qu’indispensable, restera insuffisant. Voir la suite...

    RépondreSupprimer
  11. C'est un lointain conseil de Confucius (Philosophe, 551-479 av. JC) " Qui ne se préoccupe pas de l'avenir lointain, se condamne aux soucis immédiats",

    RépondreSupprimer

Ce blog est ouvert à la contradiction par la voie de commentaires. Tout lecteur peut commenter sous anonymat, pseudo ou alias ou sous son nom en clair avec ou sans email valide. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. Les commentaires sont modérés par moi cad. je les publie ou pas, et j'en suis responsable. Je me réserve de supprimer tout commentaire qui serait susceptible de m'attirer des ennuis: propos diffamatoires ou qui pourraient être considérés comme tels; propos racistes, attaques et invectives personnelles. y compris à mon égard.
Je tiens ce blog depuis fin 2005; je n'ai aucune ambition ni politique ni de notoriété. C'est mon travail de retraité pour la collectivité.