samedi, septembre 21, 2019

Comprendre nos PLU... et la loi Alur










Je suis informé de l'action de ce marchand de biens sur notre commune de Callian.
Il a envoyé un courrier à  un de nos habitants en lui proposant d'acheter une parcelle inscrite au cadastre dans une des zones U. La méthode consiste donc pour cette petite société de Paris à chercher des terrains dans les communes attractives dotées de PLU.... Examiner le PLU, et le plan des zones, regarder le cadastre, choisir une ou des parcelles qui semblent intéressantes... Demander aux services de l'urbanisme, le nom et l'adresse des propriétaires... et leur envoyer un courrier insistant. En cas de réponse favorable proposer un prix.... Ensuite faire quelques travaux si  nécessaires, pour le racccordement aux réseaux VRD... Projeter une ou plusieurs villas selon la loi Alur. Et revendre le terrain ainsi viabilisé en faisant une plus value. Voilà l'exercice du PLU et de la loi Alur. Clairement, les propriétaires fonciers en zones U, voient là une aubaine;  d'autres, souvent ayant hérité de leurs parents, sont confrontés aux problèmes des taxes sur les  successions;  d'autres enfin refusent, mais la pression reste. Cf. aussi le site des Touos Vignon.  mainenant commercialisé par agence du réseau de franchise Calixte

3 commentaires:

  1. main sur le cœur, la déclaration du premier magistrat me revient à chaque fois lorsque l'on aborde ce sujet qui fâche, celle pour le bien être de ses assujettis, de n'accorder qu'un nombre limité de PC...

    RépondreSupprimer
  2. De quoi se plaignent - ils les propriétaires des terrains concernés en zone (constructibles) : ils n'attendaient que le chaland pour se faire de burnes en or. Voila maintenant qu'un "parisien" - ho horreur, veut leur apporter une aide intéressée. Dans notre région, il y a belle lurette que de nombreuses familles ne vivent sans rien foutre d'autre que de la prise de valeur de terrain qui, il y a cinquante ou soixante ans ne valaient pas tripette car carrément imprOpres à l'agriculture. Ne parlons même pas des bois et forets qui ne produisent aucun bois d'oeuvre, mais sont mis à sac pour du bois de chauffage à basse valeur. Ce n'est pas la foret de Tronçais ici!

    RépondreSupprimer

Ce blog est ouvert à la contradiction par la voie de commentaires. Je tiens ce blog depuis fin 2005; je n'ai aucune ambition ni politique ni de notoriété. C'est mon travail de retraité pour la collectivité. Tout lecteur peut commenter sous email valide ou sous son nom. Tout peut être écrit mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie.
- Je modère tous les commentaires pour éviter le spam et d'autres entrées malheureuses possibles.
- Cela peut prendre un certain temps avant que votre commentaire n'apparaisse, surtout si je suis en déplacement.
- Je n'autorise pas les attaques personnelles. Je considère cependant que ces attaques sont différentes des attaques contre des idées soutenues par des personnes. Si vous souhaitez attaquer des idées, c'est bien, mais vous devez alors fournir des arguments et vous engager dans la discussion.
- Je n'autorise pas les commentaires susceptibles d'être diffamatoires (au mieux que je puisse juger car je ne suis pas juriste) ou qui utilisent un langage excessif qui n'est pas nécessaire pour l'argumentation présentée.
- Veuillez ne pas publier de liens vers des publicités - le commentaire sera simplement supprimé.
- Je suis pour la liberté d'expression, mais il faut être pertinent. La pertinence est mesurée par la façon dont le commentaire s'apparente au sujet du billet auquel le commentaire s'adresse. Si vous voulez juste parler de quelque chose, créez votre propre blog. Mais puisqu'il s'agit de mon blog, je vous invite à partager mon point de vue ou à rebondir sur les points de vue enregistrés par d'autres commentaires. Pour ou contre c'est bien.
- Je considère aussi que la liberté d'expression porte la responsabilité d'être le propriétaire de cette parole.

J'ai noté que ceux qui tombent dans les attaques personnelles (que je supprime) le font de manière anonyme... Ensuite, ils ont l'audace de suggérer que j'exerce la censure.